Sophie Monk

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Monk (homonymie).
Sophie Monk
Description de cette image, également commentée ci-après

Sophie Monk en avril 2011

Informations générales
Nom de naissance Sophie Charlene Akland Monk
Naissance (37 ans)
Activité principale Chanteuse, actrice, personnalité de télévision, animatrice radio
Genre musical Pop, dance
Années actives Depuis 1999
Labels Warner Music Group (2000–2004)
Site officiel sophiemonk.com.au

Sophie Charlene Akland Monk, née le 14 décembre 1979, est une chanteuse, mannequin, actrice, personnalité de télévision et animatrice radio australienne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sophie Monk est née en Angleterre, mais ses parents ont ensuite déménagé en Australie à Gold Coast, Queensland quand elle avait 2 ans[1]. Elle a été membre du groupe de filles australien Bardot après avoir participé à l'émission de télé-réalité Popstars, et a depuis établi une carrière solo avec la sortie de l'album Calendar Girl. Elle est ensuite devenue actrice et a joué dans des films comme Date Movie (2006), Click (2006), ou encore Sex and Death 101 (2007) et Spring Breakdown (2009).

Carrière de chanteuse[modifier | modifier le code]

La carrière musicale professionnelle de Sophie Monk a commencé en 1999 quand elle a répondu à une annonce qui demandait des filles avec une expérience vocale et dans la danse. L'annonce a été publiée pour la version australienne de la série télévisée Popstars, un programme qui visait à créer un nouveau groupe de filles. À une audition, elle a interprété la célèbre chanson "Happy Birthday, Mr. President" de Marilyn Monroe, suite à sa précédente expérience en tant qu'interprète. Après de nombreuses séances de chant et de danse, Monk a été sélectionnée en tant que membre du groupe, qui a été nommé Bardot.

Bardot fut le premier groupe australien à atteindre la première place aux ARIA Charts avec leur premier single "Poison" et leur premier album éponyme. Les singles "I Should've Never Let You Go" et "These Days" ont suivi puis en août 2000, le groupe a embarqué pour sa première tournée. Bardot a interprété aux ARIA Awards de 2000 et a été nominé dans trois catégories. En juillet 2001, le groupe sort "ASAP", le premier single de leur deuxième album. Depuis, Bardot avait plus de contrôle dans leur musique et leur image. Le single atteint la cinquième place aux ARIA Charts, de même que le suivant "I Need Somebody", le single qui a eu le plus de succés depuis "Poison". Leur deuxième album Play It Like That atteint la seizième place aux ARIA Charts et a été certifié disque d'or par la suite. En 2002, le dernier single "Love Will Find a Way" atteint le Top 20 aux ARIA Charts puis le groupe a embarqué pour sa seconde tournée. En mai 2002, les membres de groupe se sont séparées.

Peu après la séparation de Bardot, Sophie Monk a signé en 2002 un contrat avec Warner Music Australia a commencé sa carrière musicale solo. Elle a sorti en octobre 2002 son premier single "Inside Outside", qui atteint la cinquième place aux ARIA Charts. Son deuxième single "Get the Music On" est sorti en mars 2003 et atteint la dixième place aux ARIA Charts. En mai 2003, elle a sorti son premier album solo Calendar Girl, qui atteint le numéro 35 aux ARIA Charts. Le troisième et dernier single "One Breath Away" est sorti en juillet 2003 et atteint numéro 23 aux ARIA Charts. En 2004, Monk s'est séparée de Warner Music Group.

Carrière d'actrice[modifier | modifier le code]

En 2004, Sophie Monk est devenue actrice en jouant son premier rôle de Marilyn Monroe dans le téléfilm Natalie Wood : Le Prix de la gloire. La même année, elle apparaît dans le clip "Always" du groupe de punk rock Blink-182. En 2005, Monk s'est établie à Los Angeles et a par la suite eu des rôles secondaires dans de nombreux films. En février 2006, elle a joué dans son premier long métrage en interprétant Andy, une fille coquette et séduisante, dans la comédie Date Movie. En juin 2006, elle a interprété un bref rôle d'une secrétaire bimbo dans la comédie Click.

En juillet 2007, elle joue dans un épisode de la série télévisée Entourage. La même année, elle joue le rôle de Cynthia Rose dans la comédie Sex and Death 101 avec Simon Baker, et où elle apparaît entièrement nue dans une des scènes du film. En 2009, Monk a joué dans la comédie Spring Breakdown aux côtés de Parker Posey et Amy Poehler, en incarnant le rôle de la principale antagoniste du film, une bimbo nommée Mason. La même année, elle joue le rôle d'Alexa dans le film d'horreur The Hills Run Red, après que Dark Castle Entertainment ait annoncé en septembre 2008 qu'elle ferait partie de la distribution. Elle joue par la suite le rôle principal de Brooke Anchel dans le film d'horreur Life Blood sorti en 2010.

Carrière à la télévision[modifier | modifier le code]

En avril 2010, Nine Network annonce que Sophie Monk serait une présentatrice invitée de Gateway, une émission de téléréalité consacrée aux voyages, mais elle est ensuite devenue présentatrice récurrente. En mai 2012, elle a été annoncée comme une des célébrités pour intégrer l'émission de téléréalité américaine The Choice, une spin-off de l'émission The Voice et diffusée sur la chaîne Fox.

En 2015, Sophie Monk a participé en tant que concurrente dans la quatrième saison du concours de téléréalité The Celebrity Apprentice Australia (la version australienne de The Celebrity Apprentice), diffusé sur Nine Network, où elle a été la grande gagnante. En 2016, elle est une des juges dans la huitième saison du concours Australia's Got Talent diffusé sur Seven Network.

Radio[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

  • Calendar Girl (2003)

Singles[modifier | modifier le code]

  • "Inside Outside" (2002)
  • "Get the Music On" (2003)
  • "One Breath Away" (2003)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Richard Jinman, « The blonde one », sur The Sydney Morning Herald, Australie,‎ (consulté le 23 mars 2014)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :