Sobibor (roman)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Sobibor (livre))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sobibor.
Sobibor
Auteur Jean Molla
Pays Drapeau de la France France
Genre Roman
Éditeur Gallimard
Collection Scripto
Lieu de parution Paris
Date de parution
Nombre de pages 192
ISBN 978-2070546121

Sobibor est un roman pour adolescents de l'écrivain français Jean Molla, publié en 2003 aux éditions Gallimard.

Ce roman traite principalement de deux thèmes : l'anorexie et la Shoah.

Résumé[modifier | modifier le code]

Emma est une jeune femme anorexique âgée de 17 ans. La découverte d'un vieux journal, à la mort de sa grand-mère va faire surgir des secrets sur la vie de celle-ci et d'un jeune soldat pendant la Seconde Guerre mondiale. Cela concerne notamment le camp d'extermination de Sobibor.

Contenu[modifier | modifier le code]

Prologue[modifier | modifier le code]

Emma, une jeune fille présentant des troubles du comportement alimentaire, nous est présentée. Son destin semble lié à celui d'une certaine Eva Hirschbaum, morte avec son fils, dans un camp d'extermination lors de la seconde guerre mondiale.

Chapitre 1[modifier | modifier le code]

Emma, qui a bientôt dix-sept ans, vole dans un supermarché. Elle se fait prendre mais ne tente pas de résister. Après quelques minutes à discuter avec le directeur qui semble lui porter de l'attention, son père la ramène chez elle, sans prononcer un mot, ce qui l'énerve d'autant plus. Elle avale alors, dans un épisode boulimique, de la pâtée pour chat, vomit volontairement puis perd connaissance. Dans son sommeil, elle rêve d'une chambre obscure où quelqu'un essaye de l’entraîner par la force...

Mémorial et musée du camp de Sobibor.

Chapitre 2[modifier | modifier le code]

Emma rend visite à sa grand mère qui est de plus en plus en plus malade. Elle assiste à un rêve étrange de la vieille dame dans lequel elle semble affolée et prononce des noms qui n'ont aucun sens pour la jeune fille : « Jacques », « Sobibor » ou encore « Eva Hirschbaum ». À son réveil, elle harcèle sa grand-mère de questions qui restent sans réponse...

Chapitre 3[modifier | modifier le code]

Ce chapitre retranscrit le début du journal de Jacques Desroches dont nous ne connaissons rien. Celui-ci raconte sa préparation mentale et physique, afin d'entrer dans la légion volontaire française. Au cours de son voyage, il rencontre Konrad von Lebbe, un de ses anciens amis, qui va le mettre sur la voie d'une mission qui l'amènera plus tard à Sobibor...

Chapitre 4[modifier | modifier le code]

Ce chapitre débute sur le récit de la rencontre des grands-parents d'Emma puis explique le commencement des troubles anorexiques de la jeune fille. Le décès de sa grand-mère entraine des crises de boulimie.

Chapitre 5[modifier | modifier le code]

Emma assiste à l'enterrement de Mamouchka, sa grand-mère. Elle entame une discussion avec son grand-père: elle lui demande s'il connait les noms de Jacques et d'Eva Hirschbaum mais celui-ci, mal à l'aise, feint de ne pas les connaître.

Chapitre 6[modifier | modifier le code]

Julien, l'ancien petit-ami d'Emma, se préoccupe de sa santé et tente de prendre des nouvelles, après deux mois de silence. Emma, quant à elle, ne ressent plus rien pour lui et a l'impression d'avoir en face d'elle un inconnu.

Chapitre 7[modifier | modifier le code]

Emma prend un bain où elle somnole, s'endort presque. En sortant, elle s'essuie, se regarde dans le miroir et voit un corps qu'elle a façonné, dont elle a effacé toutes traces de féminité.

Chapitre 8[modifier | modifier le code]

Après l'enterrement de sa femme, le grand-père vient s'installer chez les Lachenal. Quelques jours plus tard, la mère d'Emma lui propose d'aller chercher quelques affaires chez lui. Sur une étagère, la jeune fille découvre alors le journal de Jacques Desroches.

Chapitre 9[modifier | modifier le code]

Après avoir fait la découverte du cahier, Emma le ramène chez elle. Elle hésite longtemps et décide finalement de lire un passage. Elle commence peu à peu à faire le lien entre sa grand-mère et Sobibor.

Chapitre 10[modifier | modifier le code]

Ce chapitre est un extrait du journal de Jacques Desroches qui, après quelques jours de familiarisation à Sobibor, vit d'affreux cauchemars, tourmenté par le rôle qu'il joue dans l'extermination massive des juifs. Il rencontre alors Anna qui le sert lors d'un dîner et dont il tombe amoureux. Emma, en lisant ces mots, se sent trahie, dépitée ; ses liens avec sa grand-mère sont rompus.

Chapitre 11[modifier | modifier le code]

Emma poursuit la lecture du journal de Jacques Desroches. Elle découvre, au fil de sa lecture, l'environnement effroyable dans lequel a vécu sa grand-mère ainsi que ce Jacques. Elle découvre que ce dernier a massacré deux juifs, une mère et son fils, sans ressentir le moindre sentiment. Desroches serait mort sur le front russe le 3 juillet 1943.

Chapitre 12[modifier | modifier le code]

Emma vient de finir la lecture du journal de Jacques Desroches. Elle se pose de nombreuses questions sur ses grands-parents et leur lien avec Sobibor. En examinant le journal, elle découvre une photo d'Eva Hirschbaum et de Jacques. Prise de panique, elle tente de se suicider en avalant une boîte entière de somnifères.

Chapitre 13[modifier | modifier le code]

Emma se réveille aux Urgences. Ici, on la nourrit de force et on l'oblige à suivre des soins. Elle promet à toute l'équipe soignante de s'alimenter afin de reprendre du poids car son anorexie devient dangereuse pour elle.

Chapitre 14[modifier | modifier le code]

Lors de son hospitalisation, Emma repense à sa terrible découverte. Elle constate que son anorexie s'est aggravée lorsqu'elle s'est rendu compte des zones d'ombre de sa grand-mère. En cessant de s'alimenter, elle redevient enfant et échappe à la vérité.

Chapitre 15[modifier | modifier le code]

Emma retourne dans le magasin où elle avait volé des gâteaux. Elle cherche à rencontrer le directeur, monsieur Prade. Durant leur rencontre, ils parlent de la raison de son vol, de son apparence physique. Emma souhaite lui confier un lourd secret mais le directeur ne pouvant pas l'aider lui conseille d'aller voir un magistrat et l'encourage fortement à se libérer de ce secret.

Chapitre 16[modifier | modifier le code]

Emma se rend chez son grand-père et lui révèle sa découverte : il a participé au massacre des juifs en tant que SS au camp d'extermination de Sobibor.

Chapitre 17[modifier | modifier le code]

Le grand-père d'Emma raconte les événements qui ont suivi la fin du journal. Il lui avoue comment et pourquoi ils sont parvenus à s'enfuir du camp, à changer d'identité et à trouver refuge, pendant plusieurs années, dans une ferme.

Chapitre 18[modifier | modifier le code]

Le grand-père d'Emma lui raconte tout sur Sobibor mais ne manifeste aucun regret. Elle lui fait croire qu'elle a porté son journal à la justice.

Chapitre 19[modifier | modifier le code]

Emma a une discussion au petit déjeuner avec son père. Lorsque celui-ci part, le téléphone sonne. Elle apprend alors que son grand-père vient d'être retrouvé pendu. Elle n'en ressent rien et décide de continuer sa démarche auprès du juge. À partir de ce moment-là, elle décide de mettre fin à son anorexie et de devenir une femme.

Analyse[modifier | modifier le code]

Jean Molla traite de deux thèmes compliqués à aborder : l'anorexie qui s'est développée chez Emma Lachenal, l’héroïne du roman, et l'extermination des juifs durant la Seconde Guerre mondiale.

Réception[modifier | modifier le code]

Le roman est recommandé par le ministère français de l'Éducation nationale en classe de troisième[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Fiche du livre », sur gallimard-jeunesse.fr

Articles connexes[modifier | modifier le code]