Site archéologique de Cabezo Lucero

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Site archéologique de Cabezo Lucero
Image illustrative de l’article Site archéologique de Cabezo Lucero
Vestiges de la nécropole de Cabezo Lucero
Localisation
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Communauté autonome Valencienne
Province Alicante
Comarque Vega Baja del Segura
Commune Guardamar del Segura
Site archéologique Centre urbain et nécropole
Coordonnées 38° 05′ 23″ nord, 0° 39′ 18″ ouest
Géolocalisation sur la carte : Europe
(Voir situation sur carte : Europe)
Site archéologique de Cabezo Lucero
Site archéologique de Cabezo Lucero
Géolocalisation sur la carte : Espagne
(Voir situation sur carte : Espagne)
Site archéologique de Cabezo Lucero
Site archéologique de Cabezo Lucero
Géolocalisation sur la carte : Communauté valencienne
(Voir situation sur carte : Communauté valencienne)
Site archéologique de Cabezo Lucero
Site archéologique de Cabezo Lucero

Le site archéologique de Cabezo Lucero est un complexe protohistorique ibère daté des Ve et IVe siècles av. J.-C., de 500-475 jusqu'à 330-325 av. J.-C.[1]. Cabezo Lucero est localisé sur la Commune de Guardamar del Segura, à environ 2,5 km de celle de Rojales[2], dans la région dite de Cabezo Pallarés, au sein des Monts de Estany et se développe sur la rive droite du fleuve Segura[1], à 6 km de son embouchure[3].

Le site archéologique est constitué de deux parties, un centre urbain fortifié en éperon barré, d'une superficie d'environ 15 000 m2 et une nécropole. Les vestiges architecturaux, rares, se présentent sous une forme extrêmement arasée. De ces ruines subsistent néanmoins les structures d'un bâtiment de ce qui pourrait être identifier comme étant une tour à plan carré/rectangulaire. Les vestiges de ce bâtiment ont été mis en évidence grâce à des fouilles entreprises au cours des années 1980[4].

Le village fortifié est situé sur la marge de ce qui a été [dans les [temps anciens], durant l'âge du fer, une lagune ou une zone marécageuse[1],[5],[6]. De l'autre côté se trouvaient les complexes urbains protohistoriques de El Oral (es), de La Escuera (es) et la nécropole de El Molar[7],[1].

La nécropole, localisée à environ 160 mètres au sud du complexe urbain de Cabezo Lucero, à des altitudes plus élevées que le village, sur une petite colline[8], se développe sur une superficie estimée à plus de 4 200 m2 (120 × 35 m)[1]. À la surface du cimetière protohistorique, subsistent les vestiges de structures tumulaires[9], tandis que d'autre sépultures sont construites en pierre[8].

L'une des découvertes les plus importantes effectuées sur le site ibérique, est la mise au jour d'une sculpture, en buste, dénommée la Dame de Cabezo Lucero (es). Cette scultpure, recueillie sous forme fragmentée, a été identifiée, après reconstitution, comme présentant de nombreuses similitudes avec la Dame d'Elche[10],[11],[9].

Contexte géographique[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Parure urbaine[modifier | modifier le code]

Fortifications[modifier | modifier le code]

Habitats[modifier | modifier le code]

Nécropole[modifier | modifier le code]

Vue d'ensemble[modifier | modifier le code]

Architecture[modifier | modifier le code]

Structures de pierre[modifier | modifier le code]

Structures tumulaires[modifier | modifier le code]

Pratiques funéraires[modifier | modifier le code]

Incinération[modifier | modifier le code]

Inhumation[modifier | modifier le code]

Déposition[modifier | modifier le code]

Sépultures remarquables[modifier | modifier le code]

Tombe 100 dite tombe de l'orfèvre[modifier | modifier le code]

Tombe 137[modifier | modifier le code]

Autres tombes remarquables[modifier | modifier le code]

Mobilier[modifier | modifier le code]

Céramiques[modifier | modifier le code]

Sculpture[modifier | modifier le code]

Armes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Sonia Gutiérrez, Pierre Moret, Pierre Rouillard et Pierre Sillières, « Le peuplement du Bas Segura de la protohistoire au Moyen Age (prospections 1989-1990). », Lvcentvm, Servicio de Publicaciones de la Universidad de Alicante, nos 17-18,‎ , p. 25-74 (lire en ligne [PDF], consulté le 28 septembre 2020).
  2. (es) Joan Llidó i Herrero, chap. 2.5 « Los toros del Cabezo Lucero. Rojales (Alicante) », dans Huellas del espíritu en la prehistoria castellonense, Publicacions de la Universitat Jaume I, (lire en ligne).
  3. Rouillard 1990, p. 538.
  4. Pierre Moret, « Alicante », dans Les fortifications ibériques: de la fin de l'âge du bronze à la conquête romaine, vol. 56, Casa de Velázquez, (lire en ligne), p. 275. El Cabezo Lucero.
  5. (es) Antonio García Menárguez, chap. 1 « EL Territorio », dans Guardamar del Segura : Arqueología y Museo, MARQ, (lire en ligne [PDF]).
  6. (es) Carlos Ferrer García, chap. 2 « El medio físico de la Vega Baja y el litoral de Guardamar: La génesis cultural de un paisaje », dans Guardamar del Segura : Arqueología y Museo, MARQ, (lire en ligne [PDF]).
  7. Jodin 1981, p. 522.
  8. a et b Jodin, Llobregat et Rouillard 1981, p. 522-523.
  9. a et b Rouillard, Llobregat et Aranegui 1990, p. 552-555.
  10. Rodríguez 2006, p. 29-30.
  11. (es) Héctor Uroz Rodríguez et José Uroz Sáez, « Rito, religión y sociedad de la Guardamar ibérica. La necrópolis de Cabezo Lucero », dans Guardamar del Segura : Arqueología y Museo, MARQ, (lire en ligne [PDF]).

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • André Jodin, Enrique Llobregat Enrique, Pierre Rouillard et al., « Fouilles du site ibérique de Cabezo Lucero (Guardamar del Segura, Alicante), première campagne 1980. », Mélanges de la Casa de Velázquez, t. 17,‎ , p. 521-529 (DOI 10.3406/casa.1981.2822, lire en ligne, consulté le 27 septembre 2020).
  • Rouillard Pierre, Llobregat Enrique, Aranegui Carmen, Grévin Gilles, Jodin André et Uroz José, « Du nouveau sur la civilisation ibérique : les fouilles de Cabezo Lucero (Alicante). », Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, vol. 134e année, no 2,‎ , p. 538-557 (DOI 10.3406/crai.1990.14872, lire en ligne, consulté le 27 septembre 2020).
  • André Jodin, Pierre Rouillard, Carmen Aranegui et al., « Fouilles du site ibérique de Cabezo Lucero ( Guadamr del Segura, Alicante ) cinquième campagne, 1985. », Mélanges de la Casa de Velázquez, t. 22,‎ , p. 549-558 (DOI 10.3406/casa.1986.2480, lire en ligne, consulté le 27 septembre 2020).
  • Pierre Rouillard, Carmen Aranegui, André Jodin et al., « Fouilles du site ibérique de Cabezo Lucero (Guardamar del Segura, Alicante), Deuxième campagne - 1981 », Mélanges de la Casa de Velázquez, no 1,‎ , p. 427-436 (DOI 10.3406/casa.1982.2375, lire en ligne, consulté le 27 septembre 2020).
  • André Jodin, Pierre Rouillard, Carmen Aranegui et al., « Fouilles du site ibérique de Cabezo Lucero (Guardamar del Segura, Alicante) troisième campagne, 1982. », Mélanges de la Casa de Velázquez, t. 19,‎ , p. 487-496 (DOI 10.3406/casa.1983.2404, lire en ligne, consulté le 9 août 2017).
  • André Jodin, Pierre Rouillard, Carmen Aranegui et al., « Fouilles du site ibérique de Cabezo Lucero (Guardamar del Segura, Alicante) quatrième campagne, 1984. », Mélanges de la Casa de Velázquez, t. 21,‎ , p. 393 à 404 (DOI 10.3406/casa.1985.2452, lire en ligne, consulté le 9 août 2017).
  • (es + fr) Carmen Aranegui Gascó (dir.), Gilles Grévin (dir.) et al., La nécropole ibérique de Cabezo Lucero (Guardamar del Segura, Alicante), Casa de Velázquez, , 346 p. (lire en ligne).
  • Hélène Le Meaux, « Questions d'échanges », dans Hélène Le Meaux, L'iconographie orientalisante de la Péninsule Ibérique : questions de styles et d'échanges : VIIIe – VIe siècle av. J.-C.., Casa de Velázquez, , 201 p. (lire en ligne).
  • (es) Héctor Uroz Rodríguez et José Uroz Sáez, « Rito, religión y sociedad de la Guardamar ibérica. La necrópolis de Cabezo Lucero », dans Guardamar del Segura. Arqueología y Museo, , 90-113 p. (lire en ligne).
  • (en) Alicia Perea et Barbara Armbruster, « Tomb 100 at Cabezo Lucero : new light on goldworking in fourth-century BC Iberia », Antiquity, vol. 85, no 327,‎ (lire en ligne, consulté le 9 août 2017).
  • (es) Cabezo Lucero, Necrópolis Ibérica, Guardamar del Segura (Alicante) : catálogo de la exposición, Museo Arqueologico Provincial, Alicante, (lire en ligne [PDF]).
  • Pierre Paris, Essai sur l'art et l'industrie de l'Espagne primitive, t. 2, (lire en ligne), p. 21-22.
  • Sonia Gutiérrez, Pierre Moret, Pierre Rouillard et Pierre Sillières, « Le peuplement du Bas Segura de la protohistoire au Moyen Age (prospections 1989-1990). », Lvcentvm, Servicio de Publicaciones de la Universidad de Alicante, nos 17-18,‎ , p. 25-74 (lire en ligne [PDF], consulté le 28 septembre 2020).
  • (es) Héctor Uroz Rodríguez, El programa iconográfico religioso de la "Tumba del Orfebre" de Cabezo Lucero (Guardamar del Segura, Alicante), vol. 3, Musée de l'art ibère El Cigarralejo, (lire en ligne [PDF]).
  • Rouillard Pierre, Llobregat Enrique, Aranegui Carmen, Grévin Gilles, Jodin André et Uroz José, « Du nouveau sur la civilisation ibérique : les fouilles de Cabezo Lucero (Alicante). », Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, vol. 134e année, no 2,‎ , p. 538-557 (DOI 10.3406/crai.1990.14872, lire en ligne, consulté le 9 octobre 2020).
  • (es) Héctor Uroz Rodríguez et José Uroz Sáez, « Rito, religión y sociedad de la Guardamar ibérica. La necrópolis de Cabezo Lucero », dans Guardamar del Segura, arqueología y museo. Museos municipales en el MARQ : [MARQ, diciembre 2010-febrero 2011], (ISBN 978-84-614-5275-0, lire en ligne [PDF]).
  • (es) Pierre Rouillard, « La cerámica griega en la necrópolis de Cabezo Lucero », dans Guardamar del Segura, arqueología y museo. Museos municipales en el MARQ : [MARQ, diciembre 2010-febrero 2011], (ISBN 978-84-614-5275-0, lire en ligne [PDF]).
  • (es) Alejandro Ramos Folqués, « Cerámicas del Cabezo Lucero, Rojales (Alicante) », Archivo Español de Arqueología, vol. 42, nos 119-120,‎ , p. 26-36 (lire en ligne [PDF], consulté le 9 octobre 2020).
  • (es) Martín Almagro-Gorbea, « Una pelíke del pintor de Eucharides procedente de Cabezo Lucero (Alicante) », Lvcentvm, vol. XXVIII,‎ , p. 9-22 (lire en ligne [PDF], consulté le 9 octobre 2020).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

(en + es) « Cabezo Lucero », sur Musée archéologique de Guardamar (MAG) (consulté le 28 septembre 2020).