Simon Savignol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Simon Savignol
Simon Marius Savignol.jpg
Portrait photographique en sénateur (1928).
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 71 ans)
NiceVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Simon Marius SavignolVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Lieu de travail
Distinction

Simon Marius Savignol est un pharmacien, dessinateur caricaturiste et homme politique français né le à Toulouse (Haute-Garonne) et mort le à Nice (Alpes-Maritimes)

Biographie[modifier | modifier le code]

L'Assiette au beurre du 27 avril 1907 signée Savignol.

Pharmacien à Saint-Lys, il devient conseiller d'arrondissement, puis est élu maire de Saint-Lys le , pour réélu en 1908 et 1912. Il devient conseiller général de 1913 à 1937 comme radical-socialiste. Il est élu sénateur de la Haute-Garonne en , siège qu'il occupe jusqu'à sa mort, inscrit au groupe de la Gauche démocratique. Il s'occupe surtout des sujets relatifs à l'enseignement des beaux-arts. Il est président du groupe de l'art du Sénat en 1937.

Son intérêt pour l'art s'explique sans doute par ses activités de caricaturiste humoriste menées dès les années 1900 et jusque dans les années 1920 : signant « Marius Savignol » ou « Savignol », son coup de crayon est très stylisé et immédiatement reconnaissable ; Savignol ne cachait en rien son goût pour le dessin et son art était apprécié de son vivant[1].

Pour L'Assiette au beurre, il crée en 1907 le personnage de César Tripet, un vagabond plein d'humour et assez irrespectueux[2]. Ses dessins satiriques furent également publiés dans Le Rire, Le Sourire, La Question du jour, Les Galonnés... Pour Le Cri de Toulouse, après guerre, il invente un personnage longiligne et échevelé, Piroulet. Antigermaniste convaincu, certaines de ses caricatures anticipent très tôt le conflit de 1914-1918. Il croqua également des hommes politiques de tous bords.

Il se lie à Nadar qui l'admirait, expose au Salon des humoristes, ainsi qu'à la galerie La Boétie et au Palais des Glaces à Paris.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Marius Savignol » par Clément Morot, in La Revue moderne des arts et de la vie, daté 15 mai 1921, p. 11-12.]
  2. Trois autres numéros de L'Assiette furent composés par Savignol : « Le couac de Chante-Clair » (qui fut saisi et interdit en Allemagne), « Le syndicat des ouvriers du trône », « Le drapeau ».

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Simon Savignol », dans le Dictionnaire des parlementaires français (1889-1940), sous la direction de Jean Jolly, PUF, 1960 [détail de l’édition]
  • [PDF] « Marius Savignol » in Saint Lys et vous n° 32, , p. 23 - article en ligne.

Liens externes[modifier | modifier le code]