Simon Pelloutier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Simon Pelloutier
Simon Pellovtierius.jpg

Portrait (1744) par Johannes Jacob Haid

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 62 ans)
BerlinVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Historien, antiquaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Membre de

Simon Pelloutier (27 octobre 1694 à Leipzig - 2 octobre 1757 à Berlin) est un historien et antiquaire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Simon Pelloutier naît le 27 octobre 1694 à Leipzig. Son père est Jean Pelloutier, un négociant à Lyon ; sa mère, Françoise Claparède, provient du Languedoc en France[1]. Simon étudie les humanités dans un gymnasium à Halle en Saxe-Anhalt. En 1712, reconnu pour sa grande érudition, il est gouverneur des fils du duc de Wurtemberg à Montbéliard en France[2]. Il les accompagne ensuite à Genève en 1712-1713, où il étudie la théologie avec Alphonse Turretin et Bénédict Pictet. En 1713, il est à Berlin où il étudie avec Jacques Lenfant.

De 1740 à 1750, il publie son Histoire des Celtes et particulièrement des Gaulois et des Germains, depuis Les Tems fabuleux jusqu'à la Prise de Rome par les Gaulois en 8 volumes[3].

Œuvre[modifier | modifier le code]

  • Histoire des Celtes et particulièrement des Gaulois et des Germains, depuis Les Tems fabuleux jusqu'à la Prise de Rome par les Gaulois, La Haye, Isaac Beauregard, (lire en ligne)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Samuel Formey, Nouvelle bibliothèque nouvelle germanique ou Histoire littéraire de l'Allemagne, de la Suisse & des Pays du Nord : Première partie, Jean Schreuder & Pierre Mortier Le jeune, (lire en ligne), p. 211
  2. Louis-Gabriel Michaud (dir.), Biographie universelle ancienne et moderne : Histoire, par ordre alphabétique, de la vie publique et privée de tous les hommes qui se sont fait remarquer par leurs écrits, leurs actions, leurs talents, leurs vertus ou leurs crimes, t. XXXII, Paris, Delagrave & Cie., (lire en ligne), p. 417
  3. Marie-Claude Chaudonneret, « "Musées" des origines : de Montfaucon au Musée de Versailles », Romantisme, vol. 24, no 84,‎ , p. 12 (lire en ligne)