Setaria sphacelata

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Setaria sphacelata
Description de cette image, également commentée ci-après
Aspect de la plante à la floraison.
Classification APG III (2009)
Règne Plantae
Clade Angiospermes
Clade Monocotylédones
Clade Commelinidées
Ordre Poales
Famille Poaceae
Sous-famille Panicoideae
Super-tribu Panicodae
Tribu Paniceae
Sous-tribu Cenchrinae
Genre Setaria

Nom binominal

Setaria sphacelata
(Schumach.) Stapf & C.E.Hubb. ex Moss, 1930[1]

Synonymes

  • Chaetochloa aurea (A.Braun) Hitchc.[1]
  • Chaetochloa glauca var. aurea (Hochst. ex A.Br.) W.F.Wright[1]
  • Panicum aureum (Hochst. ex A.Br.) Nees[1]
  • Panicum chrysanthum Steud.[1]
  • Panicum rudimentosum Steud.[1]
  • Panicum sphacelatum Schumach.[1]
  • Pennisetum aureum A.Rich.[1]
  • Setaria almaspicata de Wit[1]
  • Setaria bussei R.A.W.Herrm.[1]
  • Setaria cana de Wit[1]
  • Setaria decipiens de Wit[1]
  • Setaria flabellata Stapf[1]
  • Setaria glauca var. aurea (A.Braun) K.Schum.[1]
  • Setaria homblei De Wild.[1]
  • Setaria laxispica Stapf[1]
  • Setaria myosuroides Peter[1]
  • Setaria neglecta de Wit[1]
  • Setaria perennis Hack.[1]
  • Setaria rudimentosa (Steud.) T.Durand & Schinz[1]
  • Setaria scalaris Peter[1]
  • Setaria tenuispica Stapf & C.E.Hubb.[1]

Setaria sphacelata est une espèce de plantes monocotylédones de la famille des Poaceae, sous-famille des Panicoideae, originaire d'Afrique et de la péninsule arabique. Ce sont des plantes herbacées vivaces, cespiteuses, aux tiges (chaumes) pouvant atteindre 300 cm de long, et aux inflorescences en panicules.

Setaria sphacelata est parfois cultivée comme plante fourragère, notamment en Australie. Elle doit être pâturée de préférence à l'état jeune et avant la montaison, lorsqu'elle est plus appétente et plus digestible pour le bétail[2].

Toxicité[modifier | modifier le code]

Cette espèce peut accumuler des oxalates dans les feuilles, en particulier dans les jeunes pousses vigoureuses et bien fertilisées. Cela peut conduire à l'hyperparathyroïdisme (maladie de la « grosse tête ») chez les équidés (chevaux et ânes) et chez les ruminants, à une maladie rénale (néphrose), et notamment chez les vaches laitières à forte production à l'hypocalcémie (fièvre de lait) ou à l'hypomagnésémie (tétanie d'herbage)[2].

Liste des variétés et sous-espèces[modifier | modifier le code]

Selon Tropicos (25 décembre 2017)[3] (Attention liste brute contenant possiblement des synonymes) :

  • sous-espèces :
    • Setaria sphacelata subsp. aquamontana de Wit
    • Setaria sphacelata subsp. sphacelata
  • variétés:
    • Setaria sphacelata var. anceps (Stapf) Veldkamp
    • Setaria sphacelata var. aurea (Hochst. ex A. Braun) Clayton
    • Setaria sphacelata var. breviseta Chiov.
    • Setaria sphacelata var. sericea (R.E. Massey ex Stapf) Clayton
    • Setaria sphacelata var. sphacelata
    • Setaria sphacelata var. splendida (Stapf) Clayton
    • Setaria sphacelata var. torta (Stapf) Clayton

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u et v The Plant List, consulté le 25 décembre 2017
  2. a et b (en) Bruce G. Cook, « Factsheet - Setaria sphacelata », sur Pastures Australia, (consulté le 10 février 2018).
  3. Tropicos, consulté le 25 décembre 2017

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :