Serment du test

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Serment du Test (1673 - 1828) était un serment qui assujettissait tous les fonctionnaires et officiers anglais et qui avait pour but d’exclure les catholiques de toutes les charges administratives. Ainsi, ceux qui professaient la religion de Rome ne pouvaient pas obtenir d’emplois de l’État ou d’organismes officiels, tout comme ils ne pouvaient pas être membres d’un jury.

Celui qui prêtait ce serment devait déclarer par écrit qu'il ne reconnaissait pas l’autorité du pape, ni ne croyait à la transsubstantiation, dogme catholique[1] rejeté par l'Anglicanisme[2].

En 1678, on ajouta à la formule du Test la réprobation du culte de la Vierge et des saints comme étant une idolâtrie. On introduisit en Écosse en 1682 un Test qui exigeait une ferme adhésion au protestantisme, et la renonciation au Covenant.

Historique[modifier | modifier le code]

Ce serment fut institué par un bill de 1673, et inspiré par les ennemis du duc d'York (depuis Jacques II), notamment de Shaftesbury. En effet, un de ses premiers effets fut de contraindre le duc d'York à se démettre de sa charge de grand amiral. Charles II et, après lui, son frère Jacques II accordèrent à leurs partisans de nombreuses dispenses du serment. Ces dispenses, combattues par le parlement, contribuèrent fortement à la révolution de 1688 qui renversa les Stuarts.

C’est ce serment que l’on introduisit dans la province de Québec, en 1763, après le traité de Paris consacrant la défaite française. On retira cependant ce serment en 1774 pour essayer d’obtenir l’appui des Canadiens contre les révolutionnaires américains et parce que la faiblesse de l’immigration anglaise dans le Québec rendait difficile l’administration de la justice. De plus, l'agitation des Treize colonies, depuis 1773, amena les autorités anglaises à se concilier l'opinion des francophones du Québec. Le serment du Test fut donc remplacé par un nouveau serment n'exigeant que l'allégeance à la couronne britannique, sans référence anti-catholique. Cette exception continua dans les deux provinces ayant succédé à celle-ci, le Bas-Canada et le Haut-Canada.

Le serment du Test est aboli en 1828 dans le reste de l'Empire britannique.

Notes et références[modifier | modifier le code]