Sebastian Barry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Barry.
Sebastian Barry
Naissance (64 ans)
Dublin
Activité principale
écrivain, dramaturge, poète
Distinctions
prix James Tait Black, Fellow of the Royal Society of Literature
Auteur
Genres
théâtre, poésie, roman

Œuvres principales

Annie Dunne, Un long long chemin, Le Testament caché

Compléments

Aosdána, Société royale de littérature

Sebastian Barry, né le à Dublin, est un écrivain, dramaturge et poète irlandais.


Biographie[modifier | modifier le code]

Il est l'auteur de pièces de théâtre (Boss Grady's Boys, The Steward of Christendom, Hinterland), de romans (Macker's Garden, The Engine of Owl-Light, The Whereabouts of Eneas McNulty...) et de poèmes, publiés depuis le début des années 1980.

Barry atteint véritablement la notoriété en 2005 avec Un long long chemin (A Long Long Way), histoire de soldats irlandais engagés dans la Première Guerre mondiale : le roman est sélectionné pour le Man Booker Prize for Fiction.

La consécration est venue en 2008 avec Le Testament caché (The Secret Scripture) qui a pour protagoniste une centenaire enfermée depuis sa jeunesse dans un asile pour avoir « fauté ». Ce livre est lauréat du prix James Tait Black et du prix Costa 2008.

Souvent inspirées par des histoires de sa propre famille, les œuvres de Barry ont pour thèmes le mensonge, ou plutôt la vérité telle qu'elle est interprétée par chacun, la mémoire et les secrets familiaux. Leur décor est pour la plupart celui de l'Irlande au moment de son indépendance (1910-1930).

En 2016, Sebastian Barry publie Des jours sans fin, dédié à son fils gay Toby[1]. Dans ce roman, l'hebdomadaire Télérama estime que « l’écriture de Sebastian Barry se métamorphose en épopée lyrique pour décrire la boucherie des champs de bataille mais aussi la beauté des grandes plaines au soleil couchant »[2]. Le roman vaut à Sebastian Barry un second prix Costa, faisant de l'auteur le seul romancier a avoir reçu cet honneur à deux reprises.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Poésie[modifier | modifier le code]

  • The Water Colourist (1983)
  • The Rhetorical Town (1985)
  • Fanny Hawke Goes to the Mainland Forever" (1989)

Romans et nouvelles[modifier | modifier le code]

  • Mackers Garden (1982)
  • The Engine of Owl-Light (1987)
  • The Whereabouts of Eneas McNulty (1998)
  • Annie Dunne (2002)
  • A Long Long Way (2005)
  • The Secret Scripture (2008)
  • On Canaan's Side (2011)
  • The Temporary Gentleman (2014)
  • Days Without End (2016)

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • The Pentagonal Dream (1986)
  • Boss Grady's Boys (1988)
  • Prayers of Sherkin (1990)
  • White Woman Street (1992)
  • The Only True HIstory of Lizzie Finn (1995)
  • The Steward of Christendom (1995)
  • Our Lady of Sligo (1998)
  • Hinterland (2002)
  • Whistling Psyche (2004)
  • Fred and Jane (2004)
  • The Pride of Parnell Street (2008)
  • Dallas Sweetman (2008)
  • Tales of Ballycumber (2009)
  • Andersen's English (2010)

Œuvres traduites en français[modifier | modifier le code]

  • Le Régisseur de la chrétienté (The Steward of Christendom), trad. de Jean-Pierre Richard, Paris, Éditions théâtrales, 1996, 71 p. (ISBN 2-907810-93-6).
  • Les Tribulations d'Eneas McNulty, (The Wereabouts of Eneas McNulty), trad. de Robert Davreu, Paris, Éditions Plon, coll. « Feux croisés », 1999, 300 p. (ISBN 2-259-18811-7).
  • Annie Dunne, trad. de Florence Lévy-Paoloni, Paris, Éditions Joëlle Losfeld, coll. « Littérature étrangère », 2005, 247 p. (ISBN 2-07-078912-8).
  • Un long long chemin (A Long Long Way), trad. de Florence Lévy-Paoloni, Paris, Éditions Joëlle Losfeld, coll. « Littérature étrangère », 2006, 317 p. (ISBN 2-07-078974-8).
  • Les Fistons (Boss Grady's Boys), trad. d'Émile-Jean Dumay, Paris, L'Harmattan, 2006, 89 p. (ISBN 978-2-296-00967-7).
  • Le Testament caché (The Secret Scripture), trad. de Florence Lévy-Paoloni, Paris, Éditions Joëlle Losfeld, coll. « Littérature étrangère », 2009, 328 p. (ISBN 978-2-07-078763-0).
  • Du côté de Canaan (On Canaan's Side), trad. de Florence Lévy-Paoloni, Paris, Éditions Joëlle Losfeld, coll. « Littérature étrangère », 2012, 280 p. (ISBN 978-2-07-244899-7).
  • L'Homme provisoire (The Temporary Gentleman), trad. de Florence Lévy-Paoloni, Paris, Éditions Joëlle Losfeld, coll. « Littérature étrangère », 2014, 256 p. (ISBN 978-2-07-253274-0).
  • Des jours sans fin (Days Without End), trad. Laetitia Devaux, Paris, Gallimard, coll. « Littérature étrangère/Joëlle Losfeld », 2018, 272 p. (ISBN 9782072736872).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Thomas Stélandre, « "Des Jours sans fin", Sebastian Barry affranchit le gay », Libération,‎ (lire en ligne)
  2. Télérama, « Des jours sans fin, Sebastian Barry », Télérama,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]