Schering-Plough Corporate

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Schering (homonymie).
Schering-Plough
logo de Schering-Plough Corporate

Création
Disparition 2009 (achat par Merck & Co. puis fusion)
Fondateurs Dr Ernst Schering
Slogan Nous partageons votre préoccupation pour la santé publique
Siège social 2000 Galloping Hill Road
Kenilworth (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité Industrie pharmaceutique
Produits Temodal, Rebetol, Integrilin, Remicade

Subutex, Trilafon

Filiales Santé humaine ; Vétérinaire (santé animale)
Site web www.schering-plough.comVoir et modifier les données sur Wikidata

Schering-Plough était une entreprise pharmaceutique américaine, rachetée en 2009 par le laboratoire Merck & Co., également américain.

Histoire[modifier | modifier le code]

Naissance[modifier | modifier le code]

Constitution du groupe[modifier | modifier le code]

  • 1940/1945 : La filiale américaine se sépare de la maison mère.
  • 1952 : Schering Corporation devient définitivement une société américaine cotée en bourse.
  • 1971 : Fusion entre Schering et Plough.

Internationalisation[modifier | modifier le code]

  • 1980 : Acquisition de Kirby-Warrick.
  • 1982 : Acquisition de DNAX (recherche immunologique).
  • 1986 : Acquisition de Key Pharmaceuticals (cardiologie).
  • 1990 : Utilisation du nom de Schering-Plough par les filiales du groupe.
  • 1996 : Acquisition de CANJI (recherche en thérapie génétique).
  • 1997 : Acquisition de Mallinckrodt (activité vétérinaire).

Le 7 septembre 2006, AkzoNobel décide de scinder ses activités pharmaceutiques dans une nouvelle entité Organon BioSciences, qui est cédée en mars 2007 à Schering-Plough pour 11 milliards d'euros soit 14,4 milliards de dollars[1].

Le , Merck annonce officiellement sa fusion avec Schering-Plough, pour un montant de 41,5 milliards USD, qui va donner naissance au deuxième groupe pharmaceutique au monde, baptisé Merck[2],[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Imperial Chemical Agrees to Takeover Offer, Julia Werdigier, The New York Times, 14 août 2007
  2. Les Échos, 10 mars 2009 : « Merck devient numéro deux mondial en rachetant Schering-Plough ».
  3. (en) Personnel de rédaction, « Merck's manoeuvres », The Economist,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]