Sara Ginaite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Sara Ginaite
Sara Ginaite.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 94 ans)
OntarioVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Domicile
Activités
Professeur d’université, résistante, écrivaine, universitaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Domaines

Sara Ginaite (née à Kaunas le et morte le )[1] est une écrivaine et universitaire canadienne d'origine lituanienne. Elle est célèbre pour son engagement dans la résistance à l'Allemagne nazie dans la Lituanie occupée pendant la Seconde Guerre mondiale[2],[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Née à Kaunas le 17 mars 1924, Sara Ginaite grandit dans une famille juive aisée. Son père, Yosef Ginas, est ingénieur, diplômé en France. Sa mère sort d'un lycée polonais[4],[5]. Sara Ginaite est sur le point de terminer ses études quand l'Allemagne nazie envahit la Lituanie, en 1941. Après que trois de ses oncles sont tués dans les Pogrom de Kaunas, elle est emprisonnée avec le reste de sa famille dans le Ghetto de Kovno.

Dans le ghetto, elle rejoint l'Anti-Fascist Fighting Organization, un groupe de résistants juifs[6]. Avec Misha Rubinson, qu'elle épouse, elle s'échappe pendant l'hiver 1943-1944. Au dehors, ils montent une unité militaire de résistance nommée "Morts aux Occupants". Elle retourne deux fois dans le ghetto pour aider d'autres juifs à s'échapper. En 1944, elle et son mari participent à la libération de Vilnius et de son ghetto,  puis à la libération du ghetto de Kaunas. Cependant, la plupart des juifs est tuée ou déportée en camp d'extermination par les Allemands, dans une entreprise de démolition et de purge de ce ghetto où sa famille se trouvait. De sa famille, seules ont survécu sa sœur, et une nièce.

Lors de la libération de Vilnius, elle est prise en photo par les forces soviétiques. Le cliché est devenu célèbre, car il est l'un des rares à représenter une femme dans les premières lignes du combat.

Elle devient après la guerre professeur d'économie à l'université de Vilnius, et le reste jusqu'à la mort de son mari, en 1983. Elle déménage ensuite au Canada avec ses deux filles.

Son ouvrage Resistance and Survival: The Jewish Community in Kaunas, 1941–1944 est traduit en anglais et publié à Oakville. En 2008, il remporte le Canadian Jewish Book Award, dans la section Histoire de la Shoah (Holocaust History). Elle a aussi publié un certain nombre d'ouvrages en lituanien.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Resistance and Survival: The Jewish Community in Kaunas, 1941–1944, Oakville, Mosaic Press, 2005.

Références[modifier | modifier le code]

  1. SARA GINAITE-RUBINSON. The Globe and Mail, 9 avril 2018.
  2. « Sara Ginaite », The Female Soldier, (consulté le 19 décembre 2016)
  3. « Sara Ginaite-Rubinson », Canadian Society for Yad Vashem (consulté le 19 décembre 2016)
  4. Doris L. Bergen, War and Genocide: A Concise History of the Holocaust, Rowman & Littlefield Publishers, , 23– p. (ISBN 978-1-4422-4229-6, lire en ligne)
  5. « Portrait of female partisan, Sara Ginaite at the liberation of Vilna. The photograph was taken by a Jewish, Soviet major who was surprised to see a female, Jewish partisan standing guard », United States Holocaust Memorial Museum (consulté le 19 décembre 2016)
  6. « Sara Ginaite Lithuanian Jewish Partisan, Witness - BBC World Service », sur BBC (consulté le 19 septembre 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]