Sandra Jayat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jayat.
Sandra Jayat
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
(80 ans)
Nationalité
Activité

Sandra Jayat, née le [1], est une artiste tsigane.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sandra Jayat est née de parents tziganes en 1940 entre la frontière italienne et française- d'autres sources fixent son département de naissance dans l'Allier [réf. nécessaire].

À l’âge de 15 ans, fuyant le mariage qui lui est imposé par la tradition, elle quitte son campement tzigane. Arrivée à Paris, elle peint pour subvenir à ses besoins. Herbes Manouches, son premier recueil de poèmes, paraît en 1961 illustré par Jean Cocteau, suivi par un deuxième opus Lunes nomades aux Éditions Seghers.

En 1972, elle fait paraître un disque dans lequel elle lit ses poèmes, accompagnée par des musiques originales de Django Reinhardt. Au début des années 70, elle commence à exposer aux galeries Ades et Castiglione de Paris. Dès 1983, elle participe à la Biennale des Beaux-Arts du Grand Palais, et devient en 1985 présidente de la première Mondiale d’Art Tzigane à la Conciergerie de Paris. En 1991, le Musée d’Art Sacré de Venise lui consacre une exposition-rétrospective (1977-1991), par la suite elle est exposée au Musée d’Art Moderne de Pékin, au Jacob Jarvis Center de New York, au Musée d’Herzliya en Israël et à Paris à la galerie du Carrousel du Louvre, à la galerie Furstenberg, à la galerie Art'et Miss, à l’église de la Madeleine et au Musée Bourdelle.

Fervente promotrice de la culture tzigane à travers le monde, son œuvre artistique a été distinguée par de nombreux prix. Chevalier de la Légion d'honneur, elle est membre de la Société nationale des beaux-arts et de la Société des gens de lettres. Sandra Jayat vit à Paris. Ses toiles sont exposées de façon permanente à la galerie BernArt à Anvers.

Citations[modifier | modifier le code]

  • Les nomades, je le sens mieux que je ne l'exprime, développent leurs incantations et leurs musiques lourdes de mystères qui est proprement la musique intérieure de Sandra Jayat. Marcel Aymé[réf. nécessaire]
  • Les émotions, les images qui coulent de source dans "Lunes Nomades" trouvent, grâce à vos dons, le tissu difficile et solide dont elles sont dignes". Roger Caillois[réf. nécessaire]
  • Baudelaire nous avait parlé de cette "tribu prophétique aux prunelles ardentes" dont Sandra Jayat possède le charme sombre. Ses poèmes atteignent les cordes sensibles, secrètes dont elle joue comme le vent dans les peupliers des routes. Pierre Seghers[réf. nécessaire]
  • Nous découvrons la force même de la poésie, cette errance qui donne à ses vers une certaine fièvre, une légende, une voix. Jean Cayrol[réf. nécessaire]
  • Elle crache le feu et avec ses pieds elle l'éteint. Jean Cocteau[réf. nécessaire]

Œuvres[modifier | modifier le code]

Poésie[modifier | modifier le code]

  • Moudravi où va l'amitié, illustration de Marc Chagall, Paris, Seghers, 1966
  • Lunes nomades, Paris, P. Seghers, 1963
  • Herbes manouches, Paris, la Colombe, Éditions du Vieux Colombier, 1961
  •  Je ne suis pas née pour suivre, Edition Philippe Auzou, 1983

Contes[modifier | modifier le code]

  • Le Roseau d'argent (1973)
  • Les Deux lunes de Savyo (1972) dessins de Jean-Paul Barthe
  • Kourako (1972) illustrations de Jean-Paul Barthe

Romans[modifier | modifier le code]

Disque[modifier | modifier le code]

  • Yves Mourousi, Sandra Jayat, La Pastorale des Gitans, Unidisc UD 30 1307, 1976
    cinq chansons de Sandra Jayat (Serani Maille (guitare), Raymond Guyot, Ennio Morricone)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jayat, Sandra (1939-....), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 40726-frfre (consulté le 26 février 2018)

Liens externes[modifier | modifier le code]