Saison 2013-2014 des Kings de Los Angeles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Informations générales
Ligue Ligue nationale de hockey
Directeur général Dean Lombardi
Entraîneur Darryl Sutter
Capitaine Dustin Brown
Patinoire Staples Center
Saison régulière
Classements 6e Association de l'Ouest
10e de la LNH
Meilleurs joueurs Anže Kopitar (70 points - 29 buts - 41 aides)
Séries éliminatoires
Progression Symbol support vote.svg 4-3 Sharks de San José
Symbol support vote.svg 4-3 Ducks d'Anaheim
Symbol support vote.svg 4-3 Blackhawks de Chicago
Symbol support vote.svg 4-1 Rangers de New York
Meilleurs joueurs Anže Kopitar (26 points - 14 aides)
Marián Gáborík (14 buts)
Récompenses
Collectives Coupe Stanley
Trophée Clarence S. Campbell
Individuelles Justin Williams - Trophée Conn Smythe

Autres saisons

La saison 2013-2014 est la 47e saison de hockey sur glace jouée par les Kings de Los Angeles dans la Ligue nationale de hockey.

Saison régulière[modifier | modifier le code]

Contexte de la saison[modifier | modifier le code]

Transferts[modifier | modifier le code]

Faits marquants[modifier | modifier le code]

Classement[modifier | modifier le code]

Pour les significations des abréviations, voir statistiques du hockey sur glace.

Division Pacifique
Clt Équipe PJ  V   D  DP BP BC Pts
+001, Ducks d'Anaheim 82 54 20 8 266 209 116
+002, Sharks de San José 82 51 22 9 249 200 111
+003, Kings de Los Angeles 82 46 28 8 206 174 100
+004, Coyotes de Phoenix 82 37 30 15 216 231 89
+005, Canucks de Vancouver 82 36 35 11 196 223 83
+006, Flames de Calgary 82 35 40 7 209 241 77
+007, Oilers d'Edmonton 82 29 44 9 203 270 67
  •      Vainqueurs de division
  •      Qualifiés pour les séries

Match après match[modifier | modifier le code]

Composition de l'équipe[modifier | modifier le code]

Statistiques des joueurs lors de la saison régulière[1]
Nom PJ  B   A  Pts Pun +/-
Kopitar, AnžeAnže Kopitar 82 29 41 70 34 24
Carter, JeffJeff Carter 72 27 23 50 8 44
Williams, JustinJustin Williams 82 19 24 43 14 48
Richards, MikeMike Richards 82 11 30 41 -6 −6 28
Doughty, DrewDrew Doughty 78 10 27 37 18 64
Voïnov, ViatcheslavViatcheslav Voïnov 82 4 30 34 6 44
King, DwightDwight King 77 15 15 30 16 18
Toffoli, TylerTyler Toffoli 62 12 17 29 21 10
Stoll, JarretJarret Stoll 78 8 19 27 9 48
Brown, DustinDustin Brown 79 15 12 27 7 66
Muzzin, JakeJake Muzzin 76 5 19 24 8 58
Martinez, AlecAlec Martinez 61 11 11 22 17 14
Gáborík, MariánMarián Gáborík 19 5 11 16 7 4
Regehr, RobynRobyn Regehr 79 3 11 14 6 46
Mitchell, WillieWillie Mitchell 76 1 11 12 14 58
Lewis, TrevorTrevor Lewis 73 6 5 11 -1 −1 6
Nolan, JordanJordan Nolan 64 6 4 10 -1 −1 54
Clifford, KyleKyle Clifford 71 3 5 8 6 81
Pearson, TannerTanner Pearson 25 3 4 7 2 8
Greene, MattMatt Greene 38 2 4 6 6 47
Frattin, MattMatt Frattin 40 2 4 6 -6 −6 11
Vey, LindenLinden Vey 18 0 5 5 0 0
Fraser, ColinColin Fraser 33 0 2 2 -4 −4 30
Campbell, AndrewAndrew Campbell 3 0 0 0 0 0
Carcillo, DanielDaniel Carcillo 26 1 1 2 -1 −1 57

Séries éliminatoires[modifier | modifier le code]

Quarts de finale d'association contre San José[modifier | modifier le code]

Photographie de Jonathan Quick dans la tenue des Kings de Los Angeles
Jonathan Quick encaisse 16 buts en trois matches.

Le derby californien opposant le 2e au 3e de la division Pacifique voit les Sharks de San José accueillir les Kings de Los Angeles. La saison précédente, les deux franchises se sont affrontées en demi-finale d'association, demi-finale que les Kings ont remporté en 7 matches. Cette saison, les deux clubs se sont rencontrés à 5 reprises pour un bilan de 3 victoires à 2 pour les Kings[2]. Les Sharks sont menés par Joe Pavelski qui a marqué 41 buts et 79 points en 82 matches[3] ; Anže Kopitar est le meilleur buteur, passeur et pointeur des Kings avec 29 buts, 41 passes et 70 points, soit 20 points de plus que son dauphin Jeff Carter[4].

Les Sharks débutent idéalement le premier match en marquant 5 buts consécutifs par cinq joueurs différents : Joe Thornton, Tomáš Hertl, Patrick Marleau, Raffi Torres et Marc-Édouard Vlasic. Le gardien des Kings, Jonathan Quick fait les frais de ce début de match raté et est remplacé par Martin Jones pour la troisième période. Les Kings se reprennent et marquent 3 buts par Jake Muzzin, Viatcheslav Voïnov et Trevor Lewis. Ils décident de faire sortir le gardien au profit d'un joueur supplémentaire pour tenter de revenir au score mais les Sharks profitent de ce filet désert pour marquer un sixième but et remporter le match[5].

Pour le deuxième match, Quick est de retour devant le but des Kings. Ces derniers entament idéalement le match en menant 2-0 à l'issue de la première période mais ils ne parviennent pas à conserver cet avantage et encaissent 3 buts en 2e période et 4 lors de la période suivante pour perdre le match 7-2. Jonathan Quick, pour sa part, se voit crédité de 12 buts encaissés en seulement 5 périodes de jeu[6].

Malgré tout, Quick est à nouveau devant les buts pour le 3e match joué à Los Angeles. Les Sharks marquent d'abord en première période puis les Kings prennent l'avantage avant d'être rejoint lors du deuxième tiers-temps qui se termine sur le score de 2 buts partout. Los Angeles reprend l'avantage en tout début de troisième période mais San José égalise à nouveau et le match doit se décider en prolongation. Après 6 minutes 20, Patrick Marleau marque le but de la victoire pour les Sharks et permet à son équipe de mener 3-0 dans la série. Quick, quant à lui, termine le match avec 36 arrêts[7].

Menés 3-0, les Kings ne peuvent plus se permettre de perdre sous peine d'être éliminés de ces séries. Ils marquent en début de match par Marián Gáborík mais les Sharks égalisent 7,3 secondes avant de rentrer au vestiaire. Justin Williams redonne l'avantage aux Kings mais les Sharks reviennent à nouveau 5 minutes plus tard. Williams marque ensuite son deuxième but puis, 3 minutes plus tard, Tyler Toffoli donne deux buts d'avance à Los Angeles à la fin du deuxième tiers. Dès le retour des vestiaires, Gáborík inscrit lui aussi un doublé qui permet aux Kings de prendre 3 buts d'avance et provoque la sortie de Niemi, remplacé dans les filets des Sharks par Alex Stalock. San José parvient à réduire l'écart mais Los Angeles marque une sixième et dernière fois dans le but déserté par Stalock au profit d'un attaquant supplémentaire et évite l'élimination. Au cours de ce match, 12 joueurs des Kings ont marqué au moins un point alors que 10 seulement l'avaient fait lors des 3 premières rencontres[8].

Lors du cinquième match, les Kings mènent 2-0 après 13 minutes de jeu. En deuxième période, après 22 secondes de jeu, ils marquent à nouveau et Niemi est encore remplacé par Stalock après avoir encaissé 3 buts en 19 tirs. Stalock ne laisse passer aucun tirs mais son vis à vis Quick en fait de même en arrêtant 30 tirs et enregistre un blanchissage, le 4e de sa carrière en séries[9],[10]. Pour le 6e match, l'entraîneur des Sharks décide de changer de gardien ; Stalock, qui a arrêté les 26 tirs auxquels il a fait face lors des deux matchs précédents, débute la rencontre à la place de Niemi[11]. Sa série sans but s'arrête après 5 minutes 39 quand Williams ouvre la marque pour Los Angeles puis San José parvient à égaliser en milieu de deuxième tiers-temps. Les deux équipes se neutralisent ensuite jusqu'à la 52e minute de jeu. Les Kings marquent alors 3 fois en 3 minutes, le premier par Williams encore puis deux fois par Kopitar. Quick termine la partie avec 25 arrêts sur 26 tirs et les Kings égalisent dans la série pour disputer un 7e match décisif[12].

Le dernier match de la série est joué à San José où Niemi est de retour devant le filet. Après une première période sans but, les joueurs locaux prennent l'avantage dès le début du 2e tiers-temps. Les Kings égalisent grâce à une supériorité numérique puis marquent 2 nouveaux buts pour mener 3-1 alors qu'il ne reste que 15 minutes de match. San José ne parvient pas à revenir au score et finit par faire sortir son gardien au profit d'un attaquant supplémentaire. New York en profite alors pour marquer 2 nouveaux buts, remporter la victoire 5-1 et se qualifier ainsi pour le 2e tour. Quick, qui avait encaissé 16 buts lors des 3 premiers matchs, n'en a plus accordé ensuite que 5 en 4 matchs.

Dans l'histoire de la LNH, les Kings sont seulement la 4e équipe à se qualifier après avoir perdu les 3 premières rencontres ; ils succèdent aux Maple Leafs de Toronto en 1942, aux Islanders de New York en 1975 et aux Flyers de Philadelphie en 2010[13].

17 avril San José 6-3
(3-0, 2-0, 1-3)
Los Angeles SAP Center at San Jose
17 562 spectateurs


20 avril San José 7-2
(0-2, 3-0, 4-0)
Los Angeles SAP Center at San Jose
17 562 spectateurs


22 avril Los Angeles 3-4 (Pr)
(0-1, 2-1, 1-1, 0-1)
San José Staples Center
18 390 spectateurs


24 avril Los Angeles 6-3
(1-1, 3-1, 2-1)
San José Staples Center
18 376 spectateurs


26 avril San José 0-3
(0-2, 0-1, 0-0)
Los Angeles SAP Center at San Jose
17 562 spectateurs


28 avril Los Angeles 4-1
(1-0, 0-1, 3-0)
San José Staples Center
18 384 spectateurs


30 avril San José 1-5
(0-0, 1-2, 0-3)
Los Angeles SAP Center at San Jose
17 562 spectateurs


Demi-finale d'association contre Anaheim[modifier | modifier le code]

Photographie couleur de Selänne
Teemu Selänne (ici avec les Ducks d'Anaheim en 2010) joue ses derniers matchs dans la LNH contre les Kings de Los Angeles qui remportent la série en sept rencontres.

Les deux franchises se rencontrent pour la première fois de leur histoire en séries éliminatoires. Au cours de la saison, elles se sont rencontrées à cinq reprises ; les Kings ont remporté la première confrontation en fusillade puis les Ducks ont remporté les quatre suivantes, y compris un match de la série des stades[14].

Les Ducks reçoivent les Kings pour le premier match de la série mais ce sont ces derniers qui ouvrent le score en 1re période. Un peu plus de deux minutes plus tard, Anaheim égalise et les deux équipes sont à égalité 1-1 à la fin de la première période. Aucune ne parvient à marquer lors du 2e tiers-temps et les Ducks prennent l'avantage en 3e période et se dirigent vers la victoire quand Los Angeles égalise à 7 secondes de la fin du temps réglementaire grâce à Marián Gáborík. Lors de la période de prolongation, Gáborík marquer son deuxième but et son troisième point du match après 12 minutes et permet à son équipe de mener 1-0 dans la série[15].

Dès le début de la 2e rencontre, Gáborík se signale à nouveau en marquant après seulement 34 secondes de jeu. Les Ducks égalisent en milieu de 1er tiers-temps mais les Kings reprennent l'avantage moins de 3 minutes plus tard. Plus rien n'est ensuite marqué jusqu'à la 59e minute, Quick terminant la partie avec 36 arrêts dont 15 dans la seule 3e période, et Los Angeles profite du filet déserté par le gardien d'Anaheim au profit d'un attaquant supplémentaire pour marquer un 3e et dernier but et mener 2-0 dans la série[16].

Lors du 3e match, ce sont les Ducks qui marquent les premiers en supériorité numérique après 4 minutes de jeu. Les Kings répliquent également en supériorité en 2e période mais Anaheim reprend l'avantage, toujours avec un avantage d'un joueur, avant la fin du tiers-temps. En milieu de 3e période, le gardien des Ducks, Andersen, se blesse et doit céder sa place à Hiller qui avait joué les deux premières rencontres. Ce dernier Lovejoy marque un 3e but pour Anaheim à 3 minutes de la fin du match et Hiller n'encaisse qu'un seul but à moins d'une minute de la fin du match. Les Ducks remportent la rencontre 3-2 et reviennent à 2 matches à 1 dans la série[17].

Andersen blessé, Anaheim fait appel au gardien recrue John Gibson qui a disputé 3 matchs avec les Ducks en saison régulière pour le suppléer lors de la 4e rencontre. Anaheim ouvre la marque après 16 minutes de jeu puis inscrit un deuxième but, à la suite d'une supériorité numérique. Gibson repousse les 9 tirs auxquels il fait face et son équipe rentre au vestiaire en menant 2-0. Lors du 2e tiers-temps, Anaheim ne parvient pas à tirer une seule fois au but mais Gibson repousse à nouveau tous les tirs. En 3e période, les Ducks son encore dominés, 7 tirs à 3 cette fois-ci. Aucune équipe ne parvient à marquer et les Ducks remportent leur 2e match pour égaliser dans la série grâce au blanchissage de Gibson lors de son premier match en séries éliminatoires. Le dernier gardien recrue à avoir réussi un blanchissage à son premier match en séries était Andrew Raycroft, 10 ans auparavant[18].

le cinquième match se joue sur la glace du Honda Center des Ducks et après un peu plus de deux minutes, ce sont les joueurs locaux qui ouvrent le score par Bonino. Lewis réduit l'écart sept minutes plus tard en étant aidé par le défenseur des Ducks, Bryan Allen, qui trompe Gibson. Les deux équipes se séparent sur le score de 1-1 mais au début du deuxième tiers-temps, les joueurs locaux prennent rapidement les devants en inscrivant trois buts, dont deux réalisations par Devante Smith-Pelly en un peu plus d'une minute. Les Ducks profitent alors des erreurs défensives des Kings qui parviennent petit à petit à revenir dans le jeu mais ils finissent tout de même derrière au tableau des buts à la fin de la rencontre avec 39 arrêts réalisés par Gibson sur 42 tirs subis[19].

Les Ducks ne parviennent pas à profiter de cet avantage et perdent la sixième rencontre sur la glace du Staples Center le 14 mai. Jake Muzzin trompe en premier Gibson à la suite d'une passe d'Anže Kopitar pour donner l'avantage aux Kings 1-0 au premier tiers. Un peu après la mi-match alors que les Kings semblent peiner pour sortir de leur zone Trevor Lewis fait un tir assez lointain sur le gardien des Ducks qui ne tombe pas assez vite à genou et laisse passer la rondelle entre ses genoux. Kyle Palmieri inscrit l'unique but de la partie pour Anaheim une minute plus tard en faisant semblant d'aller au premier poteau puis au dernier moment en contournant le but avant que Quick ne parvienne à changer de position. Comme les deux séries de l'association de l'Est, cette série se prolonge donc pour une septième et dernière date[20].

Cette dernière rencontre tourne rapidement à l'avantage des Kings qui inscrivent trois buts lors des douze premières minutes de jeu. Kopitar inscrit un quatrième but au début du deuxième tiers-temps ; Bruce Boudreau, entraîneur des Ducks, décide alors de sortir Gibson pour le remplacer par Hiller. Malgré ce changement, le but suivant est inscrit par Gáborík et il faut attendre la 37e minute pour vior les Ducks inscrire leur premier but de la soirée par l'intermédiaire de Palmieri. De retour sur la glace dans le troisième tiers-temps, Perry inscrit un deuxième but pour Anaheim. Mais à la 53e minute, les Kings inscrivent un nouveau but par Pearson et se qualifient pour la suite des séries éliminatoires[21]. À la suite de cette élimination, le joueur vétéran Teemu Selänne met un terme à sa carrière après 21 saisons dans la LNH à presque 44 ans[22]

3 mai Anaheim 2-3 (Pr)
(1-1, 0-0, 1-1, 0-1)
Los Angeles Honda Center
17 393 spectateurs


5 mai Anaheim 1-3
(1-2, 0-0, 0-1)
Los Angeles Honda Center
17 281 spectateurs


8 mai Los Angeles 2-3
(0-1, 1-1, 1-1)
Anaheim Staples Center
18 622 spectateurs


10 mai Los Angeles 0-2
(0-2, 0-0, 0-0)
Anaheim Staples Center
18 489 spectateurs


12 mai Anaheim 4-3
(1-1, 3-1, 0-1)
Los Angeles Honda Center
17 233 spectateurs


14 mai Los Angeles 2-1
(1-0, 1-1, 0-0)
Anaheim Staples Center
18 519 spectateurs


16 mai 2014 Anaheim 2-6
(3-0, 2-1, 1-1)
Los Angeles Honda Center
17 395 spectateurs


Finales d'association contre Chicago[modifier | modifier le code]

Photographie d'un joueur de hockey avec un maillot blanc, de la barbe et pas de casque
Jeff Carter (ici en 2012) inscrit un coup du chapeau pour les Kings lors du 2e match de la série et la victoire 6-2 contre Chicago.

À l'Ouest, la finale oppose les Kings aux Blackhawks avec une qualification au bout du septième match pour Los Angeles et du sixième pour Chicago. Les deux formations se sont rencontrées à trois reprises au cours de la saison régulière avec trois victoires pour Chicago. Il s'agit de la troisième confrontation entre les deux équipes en séries éliminatoires dont la dernière remonte aux séries précédentes avec une victoire de Chicago 4-1[23].

Le premier match de la série se joue le 18 mai et Chicago inscrit le premier but à la 14e minute de jeu, deux secondes avant la sortie de pénalité d'Alec Martinez. Les joueurs de Chicago passent la majorité de la pénalité dans la zone défensive des Kings avant que le défenseur Nick Leddy décroche une frappe puissante depuis la ligne bleue. Saad, placé juste devant Quick, détourne la rondelle dans le filet des Kings. La deuxième période voit la réduction du score par Toffoli qui reprend juste devant Crawford une passe de Pearson alors qu'un but est refusé à Toews pour Chicago en raison d'un contact entre Quick et Toews avant que le palet n'ait franchit la ligne de but. À la mi-match, c'est au tour de Keith de faire un lancer en force depuis la ligne bleue ; Quick est une nouvelle fois battu à la suite d'une déviation de son coéquipier Trevor Lewis. Au cours de la troisième période, Los Angeles fait tout pour revenir une nouvelle fois au score mais à quelques minutes de la fin du match, Toews reprend une passe de Johnny Oduya pour porter la marque à 3-1[24].

Les joueurs de Chicago débutent bien le deuxième match de la série puisqu'ils inscrivent le premier but de la soirée en première période par Leddy puis doublent la marque au tout début de la deuxième période par Smith. Williams permet aux Kings de revenir à 2-1 à la fin du tiers-temps. Le dernier tiers-temps est totalement dominé par les Kings qui inscrivent cinq buts sur 12 lancers sur Crawford dont un coup du chapeau pour Jeff Carter qui compte également une aide pour un total de quatre points lors de la soirée[25].

Le troisième match de la série, joué à Los Angeles, voit les visiteurs marquer en premier par l'intermédiaire de Toews mais les Kings répliquent 50 secondes après et égalisent. Toews, à nouveau, redonne l'avantage 7 minutes plus tard à Chicago qui mène 2-1 à l'issue de la première période. Après avoir mené 2 fois, les Blackhawks encaissent ensuite 3 buts consécutifs, 2 lors du 2e tiers-temps et 1 lors du 3e, qui permettent aux Kings de mener 4-2 alors qu'il ne reste que 8 minutes à jouer. Chicago bute sur la défense de Los Angeles et ne parvient à marquer un troisième but qu'à 5 secondes de la fin du match, trop tard pour espérer égaliser. Les Kings remportent le match et prennent alors l'avantage 2-1 dans la série[26],[27].

Les Kings accueillent à nouveau les Blackhawks pour le 4e match. Ce sont les locaux qui marquent les premiers en avantage numérique après 9 minutes de jeu. 2 minutes 13 plus tard, ils augmentent leur avance puis, encore en supériorité numérique, marquent un 3e but et regagnent les vestiaires sur le score de 3-0. Los Angeles accroît son avance grâce à un 4e but marqué en 2e période avant que Chicago ne réagisse enfin et réduise le score 2 minutes plus tard. Les Blackhawks parviennent à marquer un 2e but lors du 3e tiers-temps mais Tanner Pearson se charge de clore définitivement la rencontre dans le but laissé vide par Crawford et les Kings remportent le match 5-2 pour mener 3-1 dans la série et se retrouver à une victoire de la finale[28]

De retour à Chicago, les Blackhawks sont les premiers à marquer en tout début du 5e match lors d'une supériorité numérique. Ils marquent un 2e but 2 minutes plus tard mais les Kings réduisent l'écart peu avant la moitié du tiers-temps par Gáborík qui, avec ce 11e but en séries, est en tête des buteurs. Chicago reprend 2 buts d'avance peu après mais les Kings répliquent à nouveau et les deux équipes terminent la 1re période sur le score de 3-2 pour les Blackhawks. En 2e période, les Kings dominent les Blackhawks 16 tirs à 11 et marquent 2 buts en 2 minutes pour prendre l'avantage 4-3. Chicago réplique en 3e tiers temps et parvient à égaliser après 1 minute 13. Les deux gardiens repoussent ensuite tous les tirs auxquels ils font face et le temps réglementaire se termine sur un match nul 4-4 qui oblige les deux formation à jouer une prolongation. La 1re prolongation voit les deux équipes se neutraliser et il faut attendre le début de la 2e prolongation pour que le match se termine par un but de Handzuš, sur la 4e passe de la soirée de Kane, qui permet aux Blackhawks de remporter une 2e victoire dans la série et de garder un espoir de qualification[29],[30]

De retour à Los Angeles, les Kings ont l'occasion de se qualifier pour la 2e fois de suite, cette fois-ci devant leur public lors du 6e match. Ils sont les premiers à marquer par King et mènent 1-0 à l'issue du 1er tiers-temps. Les Blackhawks se reprennent en début de 2e période et marquent deux buts en 1 minute 37, d'abord par Kane en supériorité numérique, puis par Smith et mènent 2-1 à l'orée du 3e tiers-temps. Le début de la 3e période voit les Kings marquer 2 buts, par Doughty et Martinez en un peu plus de 2 minutes et qui reprennent l'avantage 3-2 mais Chicago égalise par Keith sur une passe de Kane peu après le milieu de la période. Kane marque ensuite et inscrit son 3e point dans la partie après avoir marqué 4 points lors du match précédent. Le match se termine sur le score de 4-3 pour les Blackhawks qui égalisent et obligent les Kings à disputer une 7e rencontre décisive à Chicago pour la qualification pour la finale[31].

Pour la troisième fois des séries, les Kings disputent un 7e match à l'extérieur. Les Blackhawks ouvrent la marque par Saad après 5 minutes 6 de jeu puis Toews donne une avance de 2 buts à son équipe 3 minutes 30 plus tard en supériorité numérique. Carter puis Williams, en 51 secondes, permettent ensuite aux Kings de revenir à la marque mais Sharp redonne un but d'avance à Chicago 12 secondes plus tard. En milieu de 2e période, Los Angeles égalise à nouveau mais Sharp marque le 4e but de Chicago qui rentre au vestiaire en menant 4-3. Lors du 3e tiers-temps, Gáborík marque son 12e but des séries et égalise pour les Kings. Les deux équipes doivent alors disputer une prolongation décisive. Après 5 minutes 47, Martinez marque pour Los Angeles et qualifie les Kings pour la finale de la Coupe Stanley où, cette fois, ils auront l'avantage de la glace face aux Rangers[32],[33].

18 mai Chicago 3-1
(1-0, 1-1, 1-0)
Los Angeles United Center
21 832 spectateurs


21 mai Chicago 2-6
(1-0, 1-1, 0-5)
Los Angeles United Center
22 019 spectateurs


24 mai Los Angeles 4-3
(1-2, 2-0, 1-1)
Chicago Staples Center
18 374 spectateurs


26 mai Los Angeles 5-2
(3-0, 1-1, 1-1)
Chicago Staples Center
18 468 spectateurs


28 mai Chicago 5-4 (2 pr)
(3-2, 0-2, 1-0, 0-0, 1-0)
Los Angeles United Center
21 871 spectateurs


30 mai Los Angeles 3-4
(1-0, 0-2, 2-2)
Chicago Staples Center
18 471 spectateurs


1er juin Chicago 4-5 (Pr)
(3-2, 1-1, 0-1, 0-1)
Los Angeles United Center
22 315 spectateurs


Finale de la Coupe Stanley contre les Rangers de New York[modifier | modifier le code]

Photographie du joueur avec le maillot blanc des Kings
Justin Williams (ici en 2009) remporte la Coupe Stanley avec les Kings et le Trophée Conn Smythe du meilleur joueur des séries.

La finale 2014 de la Coupe Stanley oppose donc les Rangers de New York de l'Association de l'Est aux Kings de Los Angeles de celle de l'Ouest. Les deux formations ne se sont rencontrées qu'une seule fois au cours de la saison régulière avec une victoire de chaque côté, chaque succès étant remporté sur la patinoire de l'autre équipe. La précédente confrontation lors des séries entre les deux franchises remonte aux séries de 1981 avec une victoire pour la ville de New York en quatre rencontres lors du premier tour[34].

Le premier match de la série se joue le 4 juin dans la patinoire des Kings, le Staples Center. Les dix premières minutes du match voient les deux équipes se neutraliser. Pouliot ouvre le score à la treizième minute en interceptant une passe destinée à Doughty ; l'attaquant des Rangers part en échappée et trompe Quick pour le premier but de la finale. Moins de deux minutes plus tard c'est au tour de Hagelin de se présenter en échappée devant Quick et d'inscrire le deuxième but des Rangers alors que ces derniers sont en infériorité numérique. Avant la fin du tiers temps, Clifford remet les Kigns dans la course en lançant la rondelle derrière Lundqvist. À la mi-match, Los Angeles revient au score par un but de Doughty. Le score n'évolue plus jusqu'à la fin des soixante minutes réglementaires même si les joueurs locaux tentent 20 lancers contre 3 lors du dernier tiers. Après 4 minutes de prolongation, Mike Richards sert idéalement Justin Williams qui bat Lundqvist au-dessus de son épaule[35].

Le début du deuxième match de la série ressemble à celui de la première rencontre : les deux équipes se neutralisent pendant les 10 premières minutes puis les Rangers inscrivent deux buts avant la fin du tiers-temps d'abord par McDonagh puis Zuccarello. Au tout début de la deuxième période, Stoll remet les Kings dans la course mais 10 minutes plus tard, St-Louis redonne deux buts d'avance aux Rangers en supériorité numérique. Le cinquième but de la soirée est inscrit par Mitchell pour les Kings à la 34e minute de jeu. Onze seconde après le but de Mitchell, Brassard marque un nouveau but pour les Rangers qui finissent le deuxième tiers-temps avec deux buts d'avance, 4-2. Au tout début du troisième tiers-temps, Dwight King se trouve en écran juste devant le gardien des Rangers quand Matt Greene effectue un lancer depuis la ligne bleue. Le palet est dévié par King dans le but de Lundqvist pour redonner l'espoir aux joueurs de Los Angeles. Marián Gáborík, ancien joueur des Rangers, égalise pour les Kings à la 47e minute. Le score reste inchangé jusqu'à la fin du match et une prolongation doit être jouée. Les premières vingt-minutes ne donnent rien ; le but de la victoire vient finalement après 90 minutes de jeu quand Brown dévie juste devant Lundqvist un lancer de la ligne bleue effectuée par Mitchell[36].

Le troisième match est joué au Madison Square Garden qui accueille la finale de la Coupe Stanley pour la première fois depuis 20 ans[37]. Cette fois-ci, les deux équipes se neutralisent pendant la quasi totalité de la première période mais les Kings parviennent à ouvrir la marque par Jeff Carter alors qu'il ne reste que 7 dixièmes de seconde à jouer. En début de deuxième tiers-temps, les Rangers sont pénalisés à deux reprises et les Kings en profitent pour marquer en supériorité numérique et mener 2-0. Richards marque ensuite un troisième but pour l'équipe visiteuse peu avant la fin de la période et Los Angeles rentre au vestiaire avec 3 buts d'avance. Aucune équipe ne marque ensuite de but lors du troisième tiers-temps, Quick réalisant un blanchissage, et les Kings remportent leur troisième victoire en 3 matchs[38].

Le quatrième match, joué à nouveau à New York, ne peut être que gagné par les Rangers s'ils veulent espérer remporter la Coupe Stanley. Après un peu plus de 7 minutes de jeu, Pouliot donne l'avantage à New York qui mène 1-0 à l'issue de la première période. Les Rangers augmentent ensuite leur avance grâce à St-Louis qui reprend la rondelle après une frappe de Stepan repoussée par Quick. 2 minutes 19 plus tard, les Rangers en supériorité numérique en zone offensive perdent le palet que récupère Brown ; celui-ci parvient à marquer et les Kings réduisent la marque 2-1. Lors du troisième tiers-temps, les Kings dominent les Rangers 15 tirs au but à 1 mais Lundqvist repousse toutes les tentatives adverses et New York oblige Los Angeles à jouer un cinquième match[39].

Los Angeles accueille le cinquième match de la finale le 13 juin 2014 et à la treizième minute les joueurs locaux ouvrent le score. Sur un lancer de la ligne bleue de Willie Mitchell, Lundqvist fait l'arrêt mais laisse un rebond. Le gardien suédois des Rangers effectue un deuxième arrêt sur une tentative de King mais il ne parvient pas à arrêter un troisième palet de suite propulsé dans le fond du filet par Williams. Le score n'évolue pas avant la fin de la période et il faut attendre la mi-match pour voir l'égalisation des Rangers. Sur une supériorité numérique, McDonagh réalise une bonne passe à Kreider qui n'a qu'à dévier la rondelle dans les buts de Quick pour créer l'égalité. À moins d'un minute de la fin de la période et alors que les Rangers sont en infériorité numérique, Hagelin met la pression sur la défense des Rangers dans la zone neutre, récupère le palet et le transmet à Boyle. Ce dernier prend de vitesse son vis-à-vis, Doughty, et inscrit le deuxième but de son équipe de la soirée. Les Kings profitent également d'une supériorité numérique pour revenir dans le jeu. Ainsi, à la septième minute de la troisième période, Mats Zuccarello est pénalité pour avoir accrocher Jake Muzzin et dès le début de la supériorité, les Kings mettent la pression sur Lundqvist. Sur un lancer-frappé de Doughty dévié juste devant les buts par Gaborik, Lundqvist fait l'arrêt mais le rebond laissé revient dans la palette du joueur slovaque des Kings qui inscrit le but. Les deux équipes ne parviennent pas à se départager et une nouvelle fois des prolongations doivent être jouées malgré la domination des Kings au chapitre des lancers, 29 à 15. Comme lors du deuxième match de la série, la première prolongation ne voit aucune équipe marquer. Au bout de quinze minutes lors de la deuxième prolongation, les Kings sortent de leur zone par un jeu de passes entre Kyle Clifford et Tyler Toffoli. Ce dernier effectue un lancer sur la gauche de Lundqvist qui laisse un nouveau rebond. Martinez reprend victorieusement ce rebond pour donner la victoire et la Coupe Stanley aux Kings[40]. À l'issue de la rencontre, Justin Williams est désigné meilleur joueur[Note 1] des séries et reçoit le Trophée Conn Smythe[41].

4 juin Los Angeles 3-2 (Pr)
(1-2, 1-0, 0-0, 1-0)
New York Staples Center
18 399 spectateurs


7 juin Los Angeles 5-4 (2 pr)
(0-2, 2-2, 2-0, 0-0, 1-0)
New York Staples Center
18 532 spectateurs


9 juin New York 0-3
(0-1, 0-2, 0-0)
Los Angeles Madison Square Garden
18 006 spectateurs


11 juin New York 2-1
(1-0, 1-1, 0-0)
Los Angeles Madison Square Garden
18 006 spectateurs


13 juin Los Angeles 3-2 (2 pr)
(1-0, 0-2, 1-0, 0-0, 1-0)
New York Staples Center
18 713 spectateurs


Statistiques des séries[modifier | modifier le code]

Statistiques des joueurs en série[1]
Nom PJ  B   A  Pts Pun +/-
Kopitar, AnžeAnže Kopitar 26 5 21 26 9 14
Williams, JustinJustin Williams 26 9 16 25 13 35
Carter, JeffJeff Carter 26 10 15 25 5 4
Gáborík, MariánMarián Gáborík 26 14 8 22 6 6
Doughty, DrewDrew Doughty 26 5 13 18 2 30
Brown, DustinDustin Brown 26 6 8 14 7 22
Toffoli, TylerTyler Toffoli 26 7 7 14 6 10
Muzzin, JakeJake Muzzin 26 6 6 12 6 8
Pearson, TannerTanner Pearson 24 4 8 12 10 8
King, DwightDwight King 26 3 8 11 5 20
Richards, MikeMike Richards 26 3 7 10 -6 −6 17
Martinez, AlecAlec Martinez 26 5 5 10 1 12
Voynov, SlavaSlava Voynov 26 2 7 9 4 16
Clifford, KyleKyle Clifford 24 1 6 7 -2 −2 39
Stoll, JarretJarret Stoll 26 3 3 6 6 18
Lewis, TrevorTrevor Lewis 26 4 1 5 -6 −6 6
Mitchell, WillieWillie Mitchell 18 1 3 4 10 20
Greene, MattMatt Greene 20 0 4 4 5 16
Regehr, RobynRobyn Regehr 8 0 2 2 0 7
Schultz, JeffJeff Schultz 7 0 0 0 -1 −1 0
Nolan, JordanJordan Nolan 3 0 0 0 -3 −3 2

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le terme de « meilleur joueur » correspond au terme « joueur le plus utile », ou en anglais « Most valuable player » - MVP.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « 2013-14 Los Angeles Kings roster and scoring statistics », sur www.hockeydb.com (consulté le 16 juin 2014)
  2. Dan Rosen et Curtis Zupke, « Les Sharks et les Kings prêts pour une rude et dure confrontation californienne », sur www.nhl.com, (consulté le 21 avril 2014).
  3. (en) « 2013-2014 - Regular Season - San Jose Sharks - Skater - Summary - Points », sur www.nhl.com (consulté le 21 avril 2014).
  4. (en) « 2013-2014 - Regular Season - Los Angeles Kings - Skater - Summary - Points », sur www.nhl.com (consulté le 21 avril 2014).
  5. Corey Masisak, « Les Sharks résistent aux Kings et l'emportent 6-3 », sur www.nhl.com, (consulté le 21 avril 2014).
  6. Corey Masisak, « Les Sharks marquent sept fois contre les Kings », sur www.nhl.com, (consulté le 21 avril 2014).
  7. Corey Masisak, « Les Sharks prennent les devants 3-0 dans la série grâce au but de Marleau en surtemps », sur www.nhl.com, (consulté le 28 avril 2014).
  8. Corey Masisak, « Les Kings défont les Sharks pour éviter l’élimination », sur www.nhl.com, (consulté le 2 mai 2014).
  9. Corey Masisak, « Les Kings dominent les Sharks et demeurent en vie », sur www.nhl.com, (consulté le 2 mai 2014).
  10. (en) « Kings beat Sharks 3-0 to force Game 6 », sur www.usatoday.com, (consulté le 2 mai 2014).
  11. « Sharks : Vlasic blessé, Niemi remplacé par Stalock dans le filet », sur www.nhl.com, (consulté le 2 mai 2014).
  12. Corey Masisak, « Les Kings signent un troisième gain de suite, il y aura un match no 7 à San Jose », sur www.nhl.com, (consulté le 2 mai 2014).
  13. Corey Masisak, « Les Kings complètent leur remontée face aux Sharks, affronteront maintenant Anaheim », sur www.nhl.com, (consulté le 1er mai 2014).
  14. Corey Masisak, « Les Kings et les Ducks transportent leur rivalité à un autre niveau dans leur premier affrontement en séries éliminatoires », sur www.nhl.com, (consulté le 2 mai 2014).
  15. Bernie Wilson, « Les Kings battent les Ducks 3-2 », sur www.lapresse.ca, (consulté le 8 mai 2014).
  16. « Les Kings prennent l'avance 2-0 contre les Ducks », sur www.lapresse.ca, (consulté le 8 mai 2014).
  17. Mathieu Boulay, « Les Ducks sortent la tête de l’eau », sur www.journaldequebec.com, (consulté le 9 mai 2014).
  18. Curtis Zupke, « Le gardien recrue John Gibson blanchit les Kings; les Ducks égalent la série », sur www.nhl.com, (consulté le 12 mai 2014).
  19. Curtis Zupke, « Smith-Pelly et Gibson aident les Ducks à prendre les devants 3-2 dans la série », sur www.nhl.com, (consulté le 19 mai 2014).
  20. (en) Curtis Zupke, « Kings hold off Ducks to force Game 7 », sur www.nhl.com, (consulté le 19 mai 2014).
  21. Curtis Zupke, « Les Kings éliminent les Ducks et se frotteront aux Blackhawks », sur www.nhl.com, (consulté le 20 mai 2014).
  22. Curtis Zupke, « Teemu Selanne est déçu de la fin, mais heureux d’avoir joué si longtemps », sur www.nhl.com, (consulté le 22 mai 2014).
  23. (en) Shawn P. Roarke, « Kings, Blackhawks meet again in Western Final », sur kings.nhl.com,
  24. Corey Masisak, « Les Blackhawks défont les Kings, prennent les devants 1-0 dans la série », sur www.nhl.com, (consulté le 19 mai 2014)
  25. Corey Masisak, « Les Kings marquent six buts sans réplique et nivèlent la série contre les Blackhawks », sur www.nhl.com, (consulté le 22 mai 2014)
  26. « Les Kings renversent les Blackhawks », sur www.lequipe.fr, (consulté le 25 mai 2014).
  27. « Los Angeles en contrôle », sur ici.radio-canada.ca, (consulté le 25 mai 2014).
  28. Corey Masisak, « Les Kings battent les Blackhawks et se retrouvent à une victoire de la finale », sur www.nhl.com, (consulté le 29 mai 2014).
  29. Corey Masisak, « Les Blackhawks demeurent en vie en battant les Kings en deuxième prolongation », sur www.nhl.com, (consulté le 29 mai 2014).
  30. « NHL - Finale de conférence Ouest: Chicago arrache la victoire de l'espoir », sur www.lematin.ch, (consulté le 29 mai 2014).
  31. Greg Beacham, « Les Blackhawks battent les Kings et forcent un 7e match », sur www.lapresse.ca, (consulté le 1er juin 2014).
  32. « Los Angeles 5/Chicago 4: les Kings de l'Ouest », sur www.lapresse.ca, (consulté le 2 juin 2014).
  33. « Vainqueurs de Chicago, les Los Angeles Kings joueront la finale de la Coupe Stanley contre les N.Y. Rangers », sur www.rts.ch, (consulté le 2 juin 2014).
  34. Shawn Roark et Dan Rosen, « La vitesse des Rangers contre la profondeur et la robustesse des Kings », sur www.nhl.com, (consulté le 11 juin 2014)
  35. Emna Achour, « Justin Williams donne la victoire aux Kings en prolongation », sur www.nhl.com, (consulté le 12 juin 2014)
  36. Emna Achour, « Brown marque en 2e prolongation et les Kings prennent une avance de 2-0 en Finale », sur www.nhl.com, (consulté le 12 juin 2014)
  37. (en) Jeff Z. Klein, « Back Home, Rangers Seem Lost », sur www.nytimes.com, (consulté le 14 juin 2014).
  38. Jean-François Chaumont, « Plus qu'une victoire... », sur tvasports.ca, (consulté le 14 juin 2014).
  39. Jean-François Chaumont, « Les Rangers résistent... Une 1re fois! », sur tvasports.ca, (consulté le 14 juin 2014).
  40. Emna Achour, « Martinez joue les héros en 2e prolongation et les Kings remportent la Coupe Stanley », sur www.nhl.com, (consulté le 14 juin 2014)
  41. « Justin Williams remporte le Conn Smythe », sur www.nhl.com, (consulté le 14 juin 2014)

Feuilles de match[modifier | modifier le code]

Les feuilles de match sont issues du site officiel en français de la Ligue nationale de hockey : http://www.nhl.com.

Voir aussi[modifier | modifier le code]