Saïd Akl

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Said Akl)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Said Akl (journaliste).
Said Akl
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 102 ans)
BeyrouthVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
سعيد عقلVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Parti politique

Saïd Akl, né probablement le [4] à Zahlé au Liban et mort le à Beyrouth au Liban[5] à l'âge de 102 ans, est un poète libanais.

Plusieurs de ses poèmes ont été repris dans les chansons de la diva Fairouz, qu'il a qualifiée de « notre ambassadrice aux étoiles ». Il fut un grand ami du poète-compositeur Mansour Rahbani, qui a dit à propos de lui qu’il fut « le messager d’amour entre Fairouz et Assy Rahbani ». Il fut le réalisateur du magazine Yara.

Biographie[modifier | modifier le code]

Au cours de ses premières années, Akl était adhérent du Parti social nationaliste syrien (en arabe الحزب السوري القومي الإجتماعي) dirigé par Antun Saadeh. Il est finalement expulsé par Saadeh en raison de conflits idéologiques irréconciliables[6].

Akl adopta une doctrine puissante autour du supposé caractère millénaire authentique du Liban résonnant avec un sens exalté de la dignité libanaise. Son admiration pour l'histoire et la culture libanaises fut marquée par une forte opposition à une identité arabe du Liban. Il aurait déclaré : "Je me couperais la main droite juste pour ne pas être arabe". En 1968, il déclara que la langue arabe littéraire disparaîtrait du Liban.

Saïd Akl était chrétien. Il soutenait que les Libanais ne sont pas Arabes, mais Phéniciens. Il a élaboré une transcription du dialecte libanais en caractères latins. Il fut aussi le maître à penser du parti des Gardiens des Cèdres fondé par Étienne Sacr et qui joua un rôle actif durant la guerre civile du Liban.

Alphabet latin pour l'arabe libanais proposé par Saïd Akl[modifier | modifier le code]

Utilisé dans Lebnaan[7].

  • 1. aleef - C avec diacritique
  • 2. be - B
  • 3. pe - P
  • 4. te - T
  • 5. tahh - T avec diacritique
  • 6. jiin - J
  • 7. xe (ḥ) - X
  • 8. ke - K
  • 9. daal - D
  • 10. daad - D avec diacritique
  • 11. re - R
  • 12. zayn - Z
  • 13. zaah - Z avec diacritique
  • 14. siin - S
  • 15. saad - S avec diacritique
  • 16. ciin - C
  • 17. ayn - Y avec diacritique
  • 18. gayn - G
  • 19. ge - G avec diacritique
  • 20. fe - F
  • 21. ve - V
  • 22. qaaf - Q
  • 23. laam - L
  • 24. miim - M
  • 25. nuun - N
  • 26. he - H
  • 27. waaw - W
  • 28. a - A
  • 29. ah - A avec diacritique
  • 30. i - I
  • 31. eh - E
  • 32. ə - E avec diacritique
  • 33. o - O
  • 34. u - U
  • 35. uh - U avec diacritique
  • 36. ye - Y

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Décés du poète et linguiste libanais Saïd Akl à 102 ans », Culturebox (avec AFP), (consulté le 16 octobre 2017)
  2. (en)« Mass celebrates poet Said Akl on the occasion of his 100th birthday », sur The Daily Star (en), (consulté le 10 septembre 2012)
  3. 'Abd Allâh Na'mân, Naqadât 'âbir sabîl, Dâr Na'mân lil thaqafa, Jounieh (Liban), tome II, 2013, pages 37-50)
  4. Les sources ne s'accordent pas sur la date de naissance. Les notices biographiques de la BNF et de la Bibliothèque du Congrès indiquent le 4 juillet 1912, ce qui correspond à l'âge couramment indiqué au moment de son décès (102 ans)[1]. Cependant, d'autres sources indiquent une naissance le 4 juillet 1911[2], voire plus tôt : lors d'un entretien avec l'historien Abdallah Naaman, à Zahlé, Said Akl exhibe une carte d'identité qui précise qu'il est né en 1908[3].
  5. « Le poète libanais Saïd Akl est décédé », L'Orient-Le Jour,‎ (lire en ligne)
  6. (en) Mordechai Nisan, The Conscience of Lebanon: A Political Biography of Etienne Sakr (Abu-Arz), Frank Cass, (ISBN 9780714653921, lire en ligne)
  7. Kadmous.org: اللغة اللبنانية بالحرف اللاتيني بين رسائل الهاتف والعقل الالكتروني…وسعيد عقل (en arabe)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Durtal, Said Akl, un grand poète libanais, Nouvelles Éditions latines, 1970.
  • Plonka Arkadiusz, L’idée de langue libanaise d’après Sa‘īd ‘Aql, Paris, Geuthner, 2004 (ISBN 2-7053-3739-3).
  • Le nationalisme linguistique au Liban autour de Sa‘īd ‘Aql et l’idée de langue libanaise dans la revue « Lebnaan » en nouvel alphabet, Plonka Arkadiusz, Arabica, 53 (4), 2006, p. 423–471.
  • (it) Akl Said, Yaara - Inno alla donna, Elie Kallas et Anna Montanari, Venise, Cafoscarina, 1997.
  • (en) Franck Salameh, Language Memory and Identity in the Middle East; The Case for Lebanon, Lanham (MD), Lexington Books, 2011 (ISBN 0-7391-3738-7)
  • (ar) شعرية سعيد عقل, Hind Adeeb, Dar Al Farabi Éditions

Liens externes[modifier | modifier le code]