Ségur de la santé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Ségur de la santé est une consultation des acteurs du système de soin français qui se déroule du au [1].

Il fait suite au constat fait par Emmanuel Macron en mai 2020 que le plan « Ma santé 2022 » avait été une « erreur de stratégie », et que cette loi « ne portait pas assez de sens » et avait « un rapport au temps et une ampleur qui n’étaient pas du tout suffisants par rapport à l’état où était l’hôpital »[2]. En réaction, le ministre des Solidarités et de la Santé, Olivier Véran annonce le [3],[4],[5] une « grande réunion multilatérale des partenaires sociaux au ministère », et présenter un plan « cet été, pour traduire tout ce qui peut l'être dans le prochain budget de la sécurité sociale »[6],[7],[8].

L'origine du nom « Ségur » est l'adresse du ministère de la Santé, avenue de Ségur à Paris (en réalité son adresse officielle est dans une avenue perpendiculaire au 14 Avenue Duquesne), par analogie avec le Grenelle du ministère du Travail de mai 1968[9].

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

L'organisation[modifier | modifier le code]

Le Ségur de la santé est un cycle de consultations qui repose sur[10],[11] :

  • des concertations nationales à travers un comité Ségur national et un groupe de travail spécifique sur la question des carrières et des rémunérations ;
  • des retours d'expérience dans les territoires ;
  • Une consultation en ligne pour recueillir les témoignages des professionnels de santé.

Le Ségur de la santé doit également prendre en compte les travaux issus de la consultation citoyenne sur l'hôpital lancée par le Conseil économique, social et environnemental[11]

L'ancienne dirigeante de la CFDT, Nicole Notat, est choisie pour coordonner et animer le Ségur de la Santé[12].

Les thèmes de la consultation[modifier | modifier le code]

Quatre thèmes ont été définis[10]:

  1. Premier pilier : Transformer les métiers et revaloriser ceux qui soignent en omettant de placer les aides medico-psychologique au même palier de catégorie que les aides soignants.
  2. Deuxième pilier : Définir une nouvelle politique d’investissement et de financement au service des soins
  3. Troisième pilier : Simplifier radicalement les organisations et le quotidien des équipes
  4. Quatrième pilier : Fédérer les acteurs de la santé dans les territoires au service des usagers

Déroulement[modifier | modifier le code]


Les conclusions du Ségur de la santé[modifier | modifier le code]

Accord sur les revalorisations salariales (1er pilier)[modifier | modifier le code]

Le personnel paramédical et non soignant[modifier | modifier le code]

Le , les syndicats et le gouvernement se mettent d'accord sur un projet d'accord pour les revalorisations salariales pour le personnel non soignant de l'hôpital. Il prévoit notamment une revalorisation "socle" de 180 euros net mensuel pour tous les personnels hospitalier non médecins des secteurs public et privé non lucratifs (infirmiers, aides-soignants, techniciens, brancardiers, etc.). Cette hausse se fera en deux temps avec une première revalorisation de 90 euros net en et une seconde, de 90 euros net également, en [13].

Le projet d'accord prévoit également une hausse de 160 euros pour les personnels du secteur privé, également en deux temps[13].

Le , la CFDT, UNSA et FO signent l'accord qui entre donc en vigueur. Il devra ensuite être débattu au Parlement.

Le personnel médical[modifier | modifier le code]

Les syndicats de praticiens hospitaliers INPH, SNAM-HP et CMH signent l'accord qui prévoit un montant global de 450 millions d'euros de revalorisation[14].

Les internes et les externes[modifier | modifier le code]

Les internes et les externes doivent eux bénéficier respectivement d’une enveloppe de 124 millions d’euros[14] et de 55 millions d’euros[11].

Les principales autres mesures[modifier | modifier le code]

Le , Nicole Notat et Olivier Véran présentent les conclusions du Ségur de la Santé et les 33 mesures retenues pour réformer le système de santé français[15]

Sur le financement (2e pilier)[modifier | modifier le code]

Olivier Véran a fait plusieurs annonces importantes[16]:

  • Financement de 4 000 lits "à la demande" doté d'une enveloppe de 50 millions d'euros dès l'hiver 2020-2021
  • Suppression du Comité interministériel de la performance et de la modernisation de l’offre de soins hospitaliers qui sera remplacé par un Conseil national de l’investissement chargé d’examiner les projets supérieurs à 100 millions d’euros
  • Réduction de la part du financement à l'activité (T2A)
  • Un investissement de 6 milliards d'euros pour les EHPAD

La mise en place d'une mission de refonte de l'ONDAM a également été annoncée qui devrait aboutir à des mesures pour le PLFSS de 2022[16].

Sur la gouvernance (3e pilier)[modifier | modifier le code]

Sur l'articulation entre la ville et l'hôpital (4ième pilier)[modifier | modifier le code]

Postérité[modifier | modifier le code]

En 2022, les sénateurs font un bilan sévère du Ségur de la santé, et pour répondre au découragement des personnels, proposent contre l'avis du gouvernement l’instauration de ratios de patients par soignant, et de remettre en cause le principe décrié de la tarification à l’activité[17]. À l'approche de l'été, les services d'urgences hospitalières traversent une crise sans précédent, qui fait annoncer à Emmanuel Macron le lancement d’une « mission d’information »[18].

Références[modifier | modifier le code]

  1. DICOM_Marie A et DICOM_Marie A, « La Ségur de la santé : 50 jours de concertation », sur Ministère des Solidarités et de la Santé, (consulté le )
  2. « « On a sans doute fait une erreur dans la stratégie » : le mea culpa d’Emmanuel Macron sur l’hôpital public », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. BFMTV, « Patrick Pelloux: « Le Ségur de la santé est une grande foutaise » », BFMTV (consulté le )
  4. « « Ségur de la santé » : sept semaines pour « refonder » le système de soins français », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  5. « Lancement du « Ségur de la Santé » », sur Gouvernement.fr (consulté le )
  6. Le Point magazine, « TRIBUNE. 23 propositions nouvelles et indépendantes pour l'hôpital public de demain », sur Le Point, (consulté le )
  7. « « Ségur de la santé » : les 5 points qui pourraient changer l’hôpital français », sur L'Obs (consulté le )
  8. « EXCLUSIF - Ségur de la santé : les hôpitaux de Paris proposent d'abolir le ticket modérateur », sur Les Echos, (consulté le )
  9. « Pourquoi le « Ségur de la santé» s’appelle-t-il ainsi ? », sur CNEWS (consulté le )
  10. a et b CAB_Solidarites et CAB_Solidarites, « Communiqué de presse - Lancement du Ségur de la santé - 25 mai 2020 », sur Ministère des Solidarités et de la Santé, (consulté le )
  11. a b et c « DOSSIER Le « Ségur de la santé » », sur Les Echos, (consulté le )
  12. « Véran choisit une figure historique (mais contestée) du syndicalisme pour son "Ségur de la santé" », sur Le HuffPost, (consulté le )
  13. a et b « Ségur de la santé : un projet d’accord élaboré pour les personnels hospitaliers, hors médecins », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  14. a et b « Ségur de la santé : de l’argent et des questions », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  15. Wladimir Garcin-Berson, « Ségur de la santé : ce qu’il faut retenir du plan annoncé par le gouvernement », sur Le Figaro.fr, (consulté le )
  16. a et b « Ségur de la Santé : les principales mesures sur l'investissement et la gouvernance », sur Les Echos, (consulté le )
  17. « Hôpital : les sénateurs dénoncent l’insuffisance du Ségur de la santé », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  18. « Crise de l’hôpital : face à la catastrophe annoncée, comment sauver les urgences ? », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )

Articles connexesArticles connexes[modifier | modifier le code]