Rue des Couronnes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

20e arrt
Rue des Couronnes
Image illustrative de l’article Rue des Couronnes
Rue des Couronnes vue depuis la place Henri-Krasucki.
Situation
Arrondissement 20e
Quartier Belleville
Début 56, boulevard de Belleville
Fin Place Henri-Krasucki
Morphologie
Longueur 825 m
Largeur 10 m
Historique
Création Avant 1730
Ancien nom Grand'Rue de Ménilmontant
Géocodification
Ville de Paris 2391
DGI 2398

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue des Couronnes
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue des Couronnes est une voie située dans le quartier de Belleville du 20e arrondissement de Paris, en France.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

Elle croise la rue Julien-Lacroix au niveau du 66, rue des Couronnes.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Elle porte le nom d'un lieu-dit dénommé autrefois « les Couronnes sous Savies ». Savies était l'appellation de Belleville du VIIe siècle au début du XVIIIe siècle[1] ; ce nom en langue franque signifiait « montagne sauvage[2] ».

Historique[modifier | modifier le code]

C'est dans un cabaret à l'enseigne de La Haute Borne de la « Grand'Rue de Ménilmontant », que Louis Dominique Cartouche, fut arrêté le 20 septembre 1721, après s'être servi de ses pistolets[3]. Ce cabaret prendra alors l'enseigne de Cabaret des pistolets[4].

La section comprise entre le boulevard de Belleville et la rue Julien-Lacroix est tracée sur le plan de Roussel de 1730. Cette partie était située dans l'ancienne commune de Belleville jusqu'à son rattachement à la voirie parisienne par le décret du 23 mai 1863.

Le reste de la voie, de la rue Julien-Lacroix à la place Henri-Krasucki, a été ouverte par un décret du 25 mars 1878.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

  • Elle donne son nom à la station de métro Couronnes située au carrefour avec le boulevard de Belleville.
  • No 45 : emplacement du Cabaret des pistolets où fut arrêté Cartouche[5].

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

  1. Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris.
  2. Félix Rochegude, Promenades dans toutes les rues de Paris. XXe arrondissement, Librairie Hachette, Paris, 1910, p. 30, consultable dans Wikisource .
  3. « Cartouche Louis Dominique », www.parisrevolutionnaire.com.
  4. Francisque Michel Édouard Fournier, Histoire des hôtelleries, cabarets, courtilles…, vol. 2.
  5. « L'ancêtre d'Arsène Lupin », www.lexpress.fr.

Articles connexes[modifier | modifier le code]