Rue de Perpignan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant Paris
Cet article est une ébauche concernant Paris.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Anc. 9e arrt
Rue de Perpignan
(supprimée)
Angle de la rue des Marmousets et de la rue de Perpignan (à droite), par Charles Marville
Angle de la rue des Marmousets et de la rue de Perpignan (à droite), par Charles Marville
Situation
Arrondissement Anc. 9e (4e)
Quartier Cité
Début Rue des Marmousets-Cité[1]
Fin Rue des Trois-Canettes
Historique
Dénomination Domus in Cherauri
Vicus de Carro Aurici
Rue Charauri
Rue Charoui
Rue Champron
Rue Champrose, vis-à-vis le jeu de paume de Perpignan
Rue de Champourri
Rue de Champrousiers
Rue des Champs-Rousiers
Rue du Champ-Flori
Rue de Champrosy

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue de Perpignan (supprimée)

La Rue de Perpignan est une ancienne rue de Paris, disparue à la fin des années 1860. Elle était située dans l'ancien 9e arrondissement (actuel 4e arrondissement), quartier de la Cité, sur l'île de la Cité.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

La rue tiendrait son nom du jeu de paume dit de Perpignan qui était situé en face[1].

Situation[modifier | modifier le code]

Cette rue qui commençait rue des Marmousets-Cité[1] et finissait rue des Trois-Canettes était située dans l'ancien 9e arrondissement[2], puis dans le 4e arrondissement après 1859.

Les numéros de la rue étaient noirs[1]. Le dernier numéro impair était le no 11 et le dernier numéro pair était le no 12.

Historique[modifier | modifier le code]

En 1203 et 1235, elle est nommée Domus in Cherauri, puis en 1241 vicus de Carro Aurici et rue Charauri[3]
Elle est citée dans Le Dit des rues de Paris de Guillot de Paris sous la forme rue Charoui.
En 1370, elle devient la rue Champron, en 1399 rue Champrose, vis-à-vis le jeu de paume de Perpignan, en 1482 la rue de Champourri.
Par la suite elle prend ensuite, successivement, les noms de rue de Champrousiers, rue des Champs-Rousiers, rue du Champ-Flori, rue de Champrosy et enfin rue de Perpignan[1].

En 1702, la rue, qui fait partie du quartier de la Cité, possède 11 maisons et 2 lanternes[4]

Cette rue disparait lors des transformations de Paris sous le Second Empire afin de permettre la reconstruction de l'Hôtel-Dieu de Paris sur son site actuel[5].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Jean La Tynna, Dictionnaire topographique, étymologique et historique des rues de Paris
  2. Cadastre de Paris par îlot (1810-1836), plan 35e quartier « Cité », îlot nos 13 à 15, F/31/90/06, îlot nos 16 et 17, F/31/90/07, îlot nos 18 à 20, F/31/90/08
  3. Hurtaut, Dictionnaire historique de la ville de Paris et de ses environs, Tome IV
  4. Description de la ville de Paris par Jean de la Caille
  5. Reconstruction de l'Hôtel-Dieu. Réduction du plan exposé à la mairie du 4e arrondissement, Paris, impr. de Fourmage [lire en ligne]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean La Tynna, Dictionnaire topographique, étymologique et historique des rues de Paris
  • Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris
  • Antony Béraud et P Dufey, Dictionnaire historique de Paris, Tome II
  • Hurtau, Dictionnaire historique de la ville de Paris et de ses environs, Tome IV

Articles connexes[modifier | modifier le code]