Rue Jean-François-Lépine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

18e arrt
Rue Jean-François-Lépine
Image illustrative de l’article Rue Jean-François-Lépine
Rue Jean-François-Lépine vue depuis la rue Marx-Dormoy.
Situation
Arrondissement 18e
Quartier Goutte-d'Or
Début 21, rue Marx-Dormoy
Fin 12, rue Stephenson
Morphologie
Longueur 192 m
Largeur 19,4 m
Historique
Création 1892
Dénomination 1896
Géocodification
Ville de Paris 4801
DGI 4891

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue Jean-François-Lépine

La rue Jean-François-Lépine est une voie du 18e arrondissement de Paris, en France.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

Voies SNCF franchies par la rue Jean-François-Lépine.

La rue Jean-François-Lépine est une voie publique située dans le 18e arrondissement de Paris. Elle débute au 21, rue Marx-Dormoy et se termine au 12, rue Stephenson. Elle est en partie constituée d'un pont qui franchit les voies SNCF issues de la gare du Nord.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Elle porte le nom de Jean-François Lépine (1811-1868), qualifié de « bienfaiteur de l'ancienne commune de La Chapelle », dans laquelle vivait sa famille[1], pour avoir « laissé une rente de 80 000 fr. aux pauvres du quartier ». Il n'a pas de parenté connue avec Louis Lépine, préfet de police de Paris.

Historique[modifier | modifier le code]

La rue Jean-François-Lépine

La rue, ouverte par décret du 13 décembre 1892, a pris sa dénomination actuelle par un arrêté du 28 juillet 1896. Le percement de la rue nécessite la destruction d'immeubles sur la rue Stéphenson, sur l'impasse de Jessaint (aujourd'hui disparue) et sur la rue de la Chapelle (actuelle rue Marx-Dormoy)[2].

Le pont Jean-François-Lépine, qui prolonge la rue au-dessus des multiples voies de la ligne de chemin de fer du Nord, a été construit en 1897[3],[4].

Lors de l'élargissement du faisceau ferroviaire de la gare du Nord dans les années 1970, les immeubles au milieu de la rue (vers l'impasse de Jessaint) ont été détruits[5],[2]. Le pont a alors été prolongé à l'est, ce qui explique pourquoi le grillage est plus moderne à cet endroit.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Lucien Lambeau, La Chapelle Saint-Denis, Paris, Ernest Leroux, coll. « Histoire des communes annexées à Paris en 1859 », , 605 p., p. 254.
  2. a et b Plan parcellaire municipal de Paris (fin XIXe), 71e quartier « Goutte-d'Or », 123e feuille, cote PP/11788/C.
  3. JRB, « Histoire ordinaire d'un immeuble dans le quartier de la Goutte-d'Or », sur 28rueaffre, (consulté le 7 juin 2015).
  4. Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, vol. I, Paris, Éditions de Minuit, (1re éd. 1963) (ISBN 2-7073-1054-9), p. 673.
  5. Atelier parisien d'urbanisme, « L'évolution physique du quartier de La Chapelle », février 1999 [lire en ligne].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]