Royaume de Shule

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Idéogrammes chinois Cette page contient des caractères chinois. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Royaume de Shule
疏勒

200 av.J.C. – 790

Description de cette image, également commentée ci-après
Le bassin du Tarim au IIIe siècle av. J.-C.. Le royaume de Shule est en mauve
Informations générales
Statut Monarchie
Capitale Kachgar
Langue Kanchaki (dialecte des langues scythes, une des langues iraniennes orientales)
Histoire et événements
200 av.J.C. Fondation
127 Devient un vassal de la dynastie Han
460 Redevient indépendant après la chute du Liang septentrional
Ve siècle Devient un vassal des göktürks
630 Redevient indépendant des Göktürks
632 Devient un vassal de la dynastie Tang
670 Conquête par l'empire du Tibet
673 Se déclare vassal de la dynastie Tang
692 Reconquête par les Tang
790 Reconquête par l'empire du Tibet et disparition du royaume

Le royaume de Shule (疏勒 en chinois) est un royaume indo-européen qui s'est développé autour d'une oasis du désert du Taklamakan, sur la branche nord de la route de la soie. Il a longtemps fait partie du Protectorat des Régions de l'Ouest, puis du Protectorat Général pour Pacifier L'Ouest, ce qui correspond actuellement a la province du Xinjiang, qui est située au Nord-ouest de la Chine. Il a pour capitale la ville de Kachgar[1], dont l'eau provient de la rivière homonyme. Comme dans la plupart des royaumes voisins, les habitants de Shule parlent le kanchaki, dialecte faisant partie des langues scythes, qui est une des langues iraniennes orientales[2].

Jusqu'à la fin du VIIe siècle, Shule est vassalisé tour à tour par la Chine, les Göktürk et les royaumes tibétains. Durant les années 790 ce royaume disparaît, absorbé par l'empire du Tibet. Par la suite, la région de Kashgar est absorbée par le royaume des Qarakhanides et c'est à partir de cette période que la région s'islamise et que les peuples indo-européens sont petit à petit remplacés par des peuples d'origine turque.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article connexe : Scythes.

La première mention connue du royaume de Shule date d'environ 120 av. J.-C., lorsque des envoyés de la dynastie Han arrivent à Kashgar alors qu'ils cherchent à entrer en contact avec les tribus Yuezhi[3]. En 127 av. J.-C., Shule commence à verser un tribut aux Han[3]. En 168, après l’assassinat du roi de Shule par Hede, qui devient le nouveau roi, les Han déclarent la guerre à Shule. Le conflit s’achève en 170 av. J.-C., après l'échec du siège de Zhenzhong[3].

En 220, lors de la chute de la dynastie Han, Shule a conquis les cités-États de Zhenzhong, Yarkand, Jieshi, Qusha, Xiye, et Yinai[3]. Pendant le Ve siècle, le royaume de Shule devient un vassal des Göktürks et leur verse un tribut. Ils ne regagnent leur indépendance qu'en 630, lorsque les Gokturks sont vaincus par les Chinois de la dynastie Tang[3]. Cette indépendance dure peu de temps, car en 632, Shule devient le vassal des Tang, suite à leur conquête des royaumes des oasis (en)[4]. Selon certaines sources, Shule se serait contenté de verser un tribut aux Tang, qui n'auraient eu de suzerains que le nom[5],[6],[7]. À partir de 640, Shule est véritablement annexé par les Tang et est intégré au Protectorat Général pour Pacifier L'Ouest, jusqu'en 790[8] Shule devient l'un des sièges des quatre garnisons d'Anxi[9].

En 670 Shule est conquise par l'empire du Tibet, mais le royaume se déclare vassal des Tang dès 673[10]. Il faut toutefois attendre 692 pour que les Tang réussissent à reconquérir Shule[11].

Selon certaines sources, Qutayba ben Muslim aurait attaqué Kashgar en 715, mais rien n'est moins sûr[12],[13].

Le royaume de Shule est reconquis par les Tibétains en 790 et les Tang n'arriveront jamais à le reprendre. À partir de cette date, le royaume de Shule disparaît définitivement.

Lors de l'effondrement de l'empire du Tibet, la région de Kashgar est absorbée par le royaume des Qarakhanides; c'est alors que l'islamisation et la turquification de la région commencent. D'après le linguiste turc Mahmoud de Kachgar, au XIe siècle on parle toujours des langues non turques dans la région de Kashgar, comme le kanchaki et le sogdien[14]. En se basant sur les sources existantes, les linguistes pensent que le kanchaki, la langue parlée à Shule, fait partie des langues scythes[15],[16] et que la turquisation du bassin du Tarim est achevée à la fin du XIe siècle[17].

Économie[modifier | modifier le code]

Shule faisant partie de la branche nord de la route de la soie, la plus grande partie de ses échanges commerciaux empruntent le Yumenguan[18] et le massif du Pamir[19]

La position de Kashgar, la capitale du Royaume de Shule, est indiquée sur la carte

La branche nord de la route de la soie qui passe par Kashgar se divise en deux branches après l'oasis. La route qui passe par le nord du bassin du Tarim part de Kashgar et traverse Aksu, Kucha, Korla, traverse les portes de fer, continue à traverser Karasahr, Jiaohe, Tourfan, Gaochang et Kumul, avant de s'achever à Anxi. La route du sud du bassin du Tarim part également de Kashgar et traverse Yarkant, Karghalik, Pishan, Hotan, Keriya, Niya, Qarqan, Qarkilik, Miran et Dunhuang, avant d'arriver également à Anxi[20].

Voir également[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Millward 2007:23
  2. Xavier Tremblay, "The Spread of Buddhism in Serindia: Buddhism Among Iranians, Tocharians and Turks before the 13th Century", in The Spread of Buddhism, eds Ann Heirman and Stephan Peter Bumbacker, Leiden: Koninklijke Brill, 2007, p. 77.
  3. a, b, c, d et e (en) Jeong Su-il, The Silk Road Encyclopedia, Seoul, Seoul Selection (ISBN 1624120768)
  4. Wechsler, Howard J.; Twitchett, Dennis C. (1979). Denis C. Twitchett; John K. Fairbank, eds. The Cambridge History of China, Volume 3: Sui and T'ang China, 589–906, Part I. Cambridge University Press. p. 225–227. (ISBN 978-0-521-21446-9).
  5. Whitfield 2004, p. 47.
  6. Twitchett 2000, p. 116–118.
  7. Wechsler 1979, p. 226–228.
  8. (en) James A. Millward, Eurasian Crossroads: A History of Xinjiang (illustrated ed.), Columbia University Press, (ISBN 0231139241), p. 30.
  9. Xue, p. 596-598.
  10. Wechsler 1979, p. 226.
  11. Beckwith, 36, 146.
  12. (en) Michael Dillon, Xinjiang and the Expansion of Chinese Communist Power: Kashgar in the Early Twentieth Century, Routledge, , 7– p. (ISBN 978-1-317-64721-8, lire en ligne)
  13. (en) Marshall Broomhall, Islam in China: A Neglected Problem, Morgan & Scott, Limited, , 17– p. (lire en ligne)
  14. (en) Scott Cameron Levi et Ron Sela, Islamic Central Asia: An Anthology of Historical Sources, Indiana University Press, , 72– p. (ISBN 0-253-35385-8, lire en ligne)
  15. (en) Ahmad Hasan Dani, B. A. Litvinsky et Unesco, History of Civilizations of Central Asia: The crossroads of civilizations, A.D. 250 to 750, UNESCO, , 283– p. (ISBN 978-92-3-103211-0, lire en ligne)
  16. (en) Ahmad Hasan Dani, History of Civilizations of Central Asia: The crossroads of civilizations: A.D. 250 to 750, Motilal Banarsidass Publ., , 283– p. (ISBN 978-81-208-1540-7, lire en ligne)
  17. (en) Akiner, Cultural Change & Continuity In, Routledge, , 71– p. (ISBN 978-1-136-15034-0, lire en ligne)
  18. Bonavia, Judy (2004). The Silk Road From Xi’an to Kashgar. Revised by Christoph Baumer. 2004. Odyssey Publications.
  19. (en) « ''Silk Road, North China'', C.Michael Hogan, the Megalithic Portal, ed. A. Burnham »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Megalithic.co.uk (consulté le 10 août 2009)
  20. (en) « Silk Road Trade Routes », University of Washington (consulté le 25 août 2007)