Rose (chanson, 1981)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Rose

Chanson de Anne Sylvestre
extrait de l'album Dans la vie en vrai
Sortie 1981
Durée min 15 s
Genre Chanson française
Auteur-compositeur Anne Sylvestre
Label Anne Sylvestre

Pistes de Dans la vie en vrai

Rose est une chanson d'Anne Sylvestre parue en 1981 dans l'album Dans la vie en vrai.

Historique[modifier | modifier le code]

Cette chanson a été inspirée à Anne Sylvestre par un fait divers lu dans la presse.

« Dans le cas de Rose, c’est vraiment un fait divers, mais ce n’était pas seulement le fait divers qui m’avait fait réagir, c’était la façon dont il était relaté. C’était un petit article dans un journal qui parlait de cette infanticide qui avait seize ans et qui ironisait sur la pauvre fille en disant : « Alors voilà, elle a dit qu’elle ne l’aimait pas. Elle ne l’aimait pas ! », comme si l’instinct maternel était absolument obligatoire, inné, etc. Cette gamine de seize ans qui s’était fait coller un moutard, elle n’avait pas eu l’instinct maternel, elle n’avait pas su comment faire. J’avais été scandalisée par cette espèce de suffisance du journaliste du haut de son stylo ! Le désarroi, ça existe ! »[1]

Thématique[modifier | modifier le code]

Rose raconte l'histoire d'une adolescente qui n'a pas eu d'éducation sexuelle et n'utilisait donc pas de contraception. Elle se retrouve enceinte, et de plus rejetée par sa famille, alors qu'elle n'a pas encore la maturité pour s'occuper d'un enfant[2],[3].

L'enfant meurt de négligences de la jeune mère inexpérimentée (« Elle ne savait pas, et vous devez me croire, qu'un enfant ça diffère un peu d'une poupée »). Rose est alors jugée pour infanticide. La chanson dépasse alors le fait divers tragique pour se changer en réquisitoire contre une société qui abandonne les mères adolescentes mais qui se donne bonne conscience en les condamnant en cas d'accident[4],[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Entretien avec Anne Sylvestre (1993) », Je chante magazine, no11, 1993, mis en ligne le 10 janvier 2010.
  2. « Rose est abandonnée trois fois: par son petit ami, père de l'enfant, par ses propres parents et par la société qui n'intervient pas », Plume, « Ce qui se passe dans l'esprit d'une mère maltraitante », blog Le Bord du gouffre, 31 janvier 2011.
  3. « Ces adolescentes sont souvent totalement isolées après la naissance, elles sont souvent incapables d’élever leur enfant, car trop immature pour cette fonction : les maltraitances sont beaucoup plus fréquentes, les morts subites du nourrisson et les morts dans la petite enfance par infections sont multipliées par cinq chez ces enfants d’adolescentes. » Michèle Uzan, Rapport sur la prévention et la prise en charge des grossesses des adolescentes [PDF], La Documentation française, 1999, p. 24-25.
  4. « Anne Sylvestre évoque l'idée d'une culpabilité sociale: le vrai responsable, ce serait cette société qui n'est pas intervenue et non cette jeune mère en difficulté. », Plume, « Ce qui se passe dans l'esprit d'une mère maltraitante », blog Le Bord du gouffre, 31 janvier 2011.
  5. Virginie Prud’Homme, Infanticide : une actualisation conjugale de problématiques singulières : problématique de mort d’enfants : analyse du parcours de vie des femmes, thèse Université Rennes 2, 2012.

Voir aussi[modifier | modifier le code]