Roméo Bouchard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bouchard.
Roméo Bouchard
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité

Roméo Bouchard (Normandin, Lac-Saint-Jean, le ) fut d'abord prêtre avant de devenir écologiste et militant environnementaliste québécois.

À la fin des années 1960, après ses études en théologie, il reviendra à Jonquière pour y enseigner la philosophie, les sciences religieuses et l’histoire sociale. Il quitte la prêtrise en 1967 et publie peu de temps après, «Deux prêtres en colère» en collaboration avec Charles Lambert, un confrère qui, comme lui, obtient sa dispense du Vatican. Cette publication a beaucoup fait jaser à l’époque. Il reprend ensuite les études de maîtrise en sciences politiques à l'Université de Montréal, où il devient rédacteur du Quartier Latin (journal étudiant de l'Université de Montréal) de 1968 à 1970. Dans les années suivantes, Il enseigne à l'UQAM en communication-journalisme et travaille comme journaliste-pigiste au Service d'information de la Confédération des syndicats nationaux (CSN).De 1975 à 1995, il a été agriculteur biologique à Saint-Germain-de-Kamouraska où il a dirigé pendant plusieurs années la Corporation de développement locale. Il sera par la suite,co-fondateur de l'Union paysanne qu'il présidera de 2001 à 2004[1], et coordonnateur de la Coalition pour un Québec des Régions et de la Coalition SOS-Pronovost.

Lors de l'élection provinciale de 2012, M. Bouchard a été le directeur général et porte-parole de la Coalition pour la constituante[2], le prolongement politique des SansParti dont il avait été un co-fondateur.

Si Roméo Bouchard n’est plus impliqué dans le parti depuis des années, on observe toutefois une évolution constante de son propre discours, se refermant dans l’identitarisme. La Constituante devient pour lui un moyen de renverser le « multiculturalisme » ambiant, de redonner le pouvoir aux régions contre l’influence des méchantes villes, des jeunes, des intellectuels inclusifs et de la modernité.

Indépendantiste convaincu, il n'est membre d'aucun parti politique mais milite aujourd'hui en faveur de la convocation d'une Assemblée constituante citoyenne et représentative mandatée pour proposer une première constitution pour le Québec et permettre ainsi au peuple québécois de reprendre le contrôle des décisions qui le concernent.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Deux prêtres en colère pour la libération des chrétiens, éditions du Jour, 1968
  • L'Université ou fabrique de « ronds de cuir », manifeste rédigé avec neuf de ses camarades de l'Université de Montréal, dont Louise Harel, février 1968.
  • Rebâtir les campagnes, Éd. Trois-Pistoles, 1997
  • Et le citoyen, qu'est-ce que vous en faites? pamphlet, Ed. Trois-Pistoles, 1998
  • Plaidoyer pour une agriculture paysanne, Écosociété, 2002
  • Y a-t-il un avenir pour les régions? : un projet d'occupation du territoire, Écosociété 2006
  • L'éolien : pour qui souffle le vent?, Écosociété, 2007
  • La Reconquête du Québec, Esdras Minville et le modèle gaspésien, Montréal, Écosociété, 2011
  • Constituer le Québec : pistes de solution pour une véritable démocratie, Atelier 10, 2014 [lire en ligne]
  • L'UPA: un monopole qui a fait son temps, 2018.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fabien Deglise, « Roméo Bouchard quitte la présidence de l'Union paysanne », Le Devoir,‎ (lire en ligne)
  2. http://www.sansparti.org/Coalition.htm

Liens externes[modifier | modifier le code]