Liste des rois burgondes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Roi burgonde)

Cet article dresse la liste des souverains burgondes connus. Les données les concernant sont assez incertaines.

Liste des rois burgondes[modifier | modifier le code]

Tableau[modifier | modifier le code]

Nom Dates de règne Notes
Gibica début Ve siècle Ancêtre historique ou mythique des rois burgondes, il en fonde la dynastie.
Godomar Ier 406/407-411 Fils aîné et successeur de Gibica. Sous son règne, son peuple traverse le Rhin en 406 et s'installe en Gaule. Son frère Giselher (en) lui succède.
Gondicaire 411/413-437 Fondateur du royaume des Burgondes, son peuple obtient le statut de fédéré et s'établit sur la rive gauche du Rhin, avec Worms comme capitale. Luttant tour à tour contre les Romains, les Suèves, les Alamans et les Huns, il est tué lors d'une bataille contre ces derniers en 437.
Gondioc 437-473 Fils et successeur de Gondicaire, il règne comme roi associé dès 435. Sous son règne, les Burgondes se déplacent dans les provinces romaines de Germania prima puis de Maxima Sequanorum à l'encontre de leur statut de fœdus. Ils s'installent finalement en Sapaudie en 443 et reprennent le titre de « peuple fédéré » par l'armée romaine d'Aetius.
Chilpéric Ier 437- v. 480 Fils possible de Gondicaire et frère de Gondioc, il lui survit et demeure encore plusieurs années au pouvoir.
Gondebaud 473-516 Fils aîné de Gondioc, il lui succède avec ses frères Godégisile, Chilpéric II et Godomar II, avant de leur survivre et de régner seul à partir de 500. Durant son règne, il s'efforce d'unir les Burgondes et les Gallo-Romains et réussi à créer une entité et une identité commune à ces deux peuples, forgeant un particularisme burgonde, qui se perpétuera même après l'intégration au royaume franc des Mérovingiens, dans le royaume de Bourgogne. Il promulgue en 502 une loi à son peuple qui porte son nom, la loi Gombette. Il demeure le roi des Burgondes le plus connu et le plus prestigieux.
Godégisile 473-500 Fils cadet de Gondioc, il lui succède avec ses frères Gondebaud, Chilpéric II et Godomar II. Demeuré neutre lors du conflit opposant Chilpéric et Godomar à Gondebaud en 486, il s'allie au roi franc Clovis Ier en 500 afin de devenir seul maître du royaume burgonde, mais est défait et tué par Gondebaud. Il est peut-être grand-père de Gondioque, l'épouse du roi franc Clodomir.
Chilpéric II 473-486 Troisième fils de Gondioc, il lui succède avec ses frères Gondebaud, Godégisile et Godomar II. Il se ligue avec Godomar pour détrôner leur frère Gondebaud, mais il est emprisonné avec sa famille à Vienne puis exécuté par ce dernier en 486. Il est le père de Clotilde, l'épouse du roi franc Clovis Ier.
Godomar II 473-486 Quatrième fils de Gondioc, il lui succède avec ses frères Gondebaud, Godégisile et Chilpéric II. Il se ligue avec Chilpéric pour détrôner leur frère Gondebaud, mais il est tué à Vienne au cours d'une bataille en 486.
Sigismond 516-524 Fils aîné de Gondebaud, il est associé au trône dès 513. Contrairement à son peuple et à sa famille attachées à l'arianisme, il se convertit au christianisme nicéen au début du VIe siècle, à l'instar du roi franc Clovis Ier (premier roi païen converti). Trois des fils de ce dernier, Clodomir, Childebert Ier et Clotaire Ier, décident de conquérir le royaume des Burgondes et déclenchent la guerre de Burgondie en 523. Sigismond est défait et s'enfuit, mais est capturé puis livrer par l'aristocratie burgonde à Clodomir, qui le fait exécuté avec toute sa famille le . Il est le père de Suavegothe, épouse du roi franc Thierry Ier qui ne participera pas au conflit.
Godomar III 524-534 Fils cadet de Gondebaud, il succède à son frère Sigismond. Demeuré fidèle à l'arianisme comme la majorité de son peuple à l'inverse de son frère devenu catholique, il reçoit le plein soutien de la noblesse et de l'armée burgonde. Il s'empare du pouvoir lors de la guerre de Burgondie, après la capture et l'exécution de son frère Sigismond, et défait les rois francs à la bataille de Vézeronce le , entraînant la mort de Clodomir. Après une paix relative de quelques années, les rois francs Childebert Ier et Clotaire Ier relancent une offensive sur le royaume burgonde en 532 et parviennent à le conquérir entièrement en 534 avec le fils du roi franc Thierry Ier, Thibert Ier. Godomar est alors défait et se serait réfugié au Valgodemar, vallée qui porte aujourd'hui son nom. Sa défaite amène la disparition du royaume des Burgondes, qui va devenir sous les Mérovingiens puis les Carolingiens le royaume de Bourgogne.

Chronologie[modifier | modifier le code]

Liste des rois burgondes
Les données concernant les rois burgondes sont très incertaines
Le roi Gondebaud, dans la loi Gombette :
TITRE III, De la liberté de nos esclaves, cite les noms de ses aïeux « de royale mémoire » :
Gibica, Godomar, Giselher (ou Gisclar-Gislahar), Gundahar (ou Gondicaire-Gondichaire)
En Germanie
Gibica ?
Ancêtre historique ou mythique des rois burgondes
Godomar I ? Giselher (Gislahar) ? Gundahar (nom latin : Gondicarius) ?
Ont-ils régné en même temps ou l'un après l'autre ?
Royaume de Worms ?
Gondichaire († vers 450 ?)
Installation en Sapaudia, (région de Genève)
et expansion du royaume : vallées Rhône, Saône et Alpes (future Burgondie)
Gondioc († vers 463 ?) Chilpéric Ier († vers 476 ?)
Chilpéric Ier seul († vers 476 ?)
Pas de postérité masculine
Quatre fils de Gondioc
Godomar II
(† date inconnue : avant 476. Ne règne pas[1])
Chilpéric II
(† date inconnue : avant 476. Ne règne pas[1])
Père de Clotilde
Godégisèle Gondebaud
Godégisèle († 500) Gondebaud († 516)
Gondebaud seul († 516)
Gondebaud († 516) Sigismond
Sigismond († 523)
Godomar III
(† date inconnue ; après 534)
Chute et fin du royaume. Partagé entre les rois francs

Généalogie et parenté de la dynastie burgonde[modifier | modifier le code]

Les rois burgondes sont en gras, tandis que les femmes sont en italique.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Gibica
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Godomar Ier
 
Giselher (en)
 
Gondicaire
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Gondioc
 
 
 
 
 
Chilpéric Ier
 
 
 
Dynastie amale
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Théodelinde (en)
 
Godégisile
 
Chilpéric II
 
Godomar II
 
 
 
 
 
Gondebaud
 
 
 
 
 
Théodoric
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
N
 
 
 
Clotilde
 
Clovis Ier
 
Ne
 
Godomar III
 
Sigismond
 
Ostrogothe (en)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Gondioque
 
 
 
 
 
Clodomir
 
Thierry Ier
 
Suavegothe
 
 
 
 
 
 
 
Ségéric
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Gonthier
 
Thibaut
 
Clodoald
 
 
 
Théodechilde
 
 
 
 
 
 
 


Annexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Justin Favrod, p. 74.

Sources bibliographiques[modifier | modifier le code]

Sources historiographiques[modifier | modifier le code]

Sources littéraires[modifier | modifier le code]

  • (fr) Sidoine Apollinaire, Œuvres, éd. et trad. par A. Loyen, Paris, Les Belles Lettres, 19760-1970 (3 vol.).

Ouvrages sur la période[modifier | modifier le code]

  • Urbain Plancher, Histoire Générale et particulière de Bourgogne, Dijon, .
  • Katalin Escher, Les Burgondes : Ier – VIe siècle apr. J.-C., Paris, Éditions Errance, coll. « Civilisations et cultures », , 283 p. (ISBN 978-2-87772-325-1 et 2-87772-325-9).
  • Odet Perrin, Les Burgondes : Leur histoire, des origines à la fin du premier Royaume (534), Éditions de la Baconnière Neuchâtel, , 590 p.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Postérité