René Le Fort

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Fort.
René Le Fort
René Le Fort.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 82 ans)
LilleVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

René Le Fort (1869 - 1951) est un chirurgien et médecin français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le Fort I fractures

René Lefort

Né à Lille le 30 Mars 1869 dans une famille médicale, son oncle est le fameux Leon Lefort, son père est étudiant en médecine lors de sa naissance.

René Lefort qui ne peut comme son oncle faire ses études à l’hôpital militaire de Lille fermé à cette date va les mener à la faculté de Médecine comme étudiant militaire. Il fut reçu premier au concours de l'Internat des Hôpitaux de Lille en 1888. Il devient docteur en médecine en 1890 après avoir soutenu une thèse sur la topographie cranio-cérébrale et ses applications chirurgicales qui lui vaudra le prix de thèse Parise en 1890. 
En 1893, il devient membre de l'Académie de médecine.

Atteint par une primo-infection tuberculeuse il est mis, le1 Avril 1899,  en non activité temporaire pour maladie. Incapable de rester sans rien faire il mettra à profit cette période pour mener les études expérimentales sur les fractures du maxillaire supérieur publiée en trois articles dans la revue de chirurgie, respectivement en Février, Mars et Avril 1901, qui le conduiront à proposer une classification qui sera universellement adoptée et reste de plein usage à ce jour.

Préférant l’enseignement à la carrière militaire il démissionne en 1902 pour rejoindre, en tant que chef de clinique, le service du Pr Folet à l’hôpital Saint Sauveur et devient Chirurgien du sanatorium de Saint Paul.

En 1904 il passe avec succès le concours d’agrégation et est nommé professeur de Médecine Opératoire, son affectation clinique reste à l’hôpital Saint Sauveur.

Lors du conflit des Balkans contre les Turcs en 1912, il pratique la chirurgie de guerre en Serbie et en Bulgarie. Mobilisé en1914 et chef d'ambulance du 1er Corps d'Armée, il doit évacuer de nombreux blessés en particulier lors de la retraite de Charleroi à la Marne. Cité à l'ordre du Service de Santé, il est ensuite nommé à Versailles comme chirurgien de l'Hôpital Dominique Larrey, service de chirurgie thoracique où il pratique avec succès de nombreuses extractions de projectiles notamment intra-cardiaque (la publication de son expérience dans ce domaine lui vaudra le prix de l’académie de chirurgie : prix Laborie en 1938). En 1918 et 1919, il est chargé par Clémenceau de réorganiser 1 'Hôpital des Invalides il le dirigera jusqu’en 1919.

 Revenu à Lille comme professeur de médecine Opératoire il devient en 1920 titulaire de la Chaire de Clinique Chirurgicale Infantile et Orthopédique. Il exerce comme Chirurgien-Chef du sanatorium National Vancauwenberghe de Zuydcoote, essentiellement en chirurgie orthopédique enfant et adulte,luxations congénitales et pathologiques de hanche, tumeurs sacro-coccygiennes, traitement du Mal de Pott par greffe d'Albee, résection de tumeur blanche du genou, arthrodèse par greffe de la sacro-coxalgie. Il contribua fortement à la révision du pronostic de la tuberculose ostéoarticulaire.

Membre fondateur de la Société Française d'Orthopédie présidera la Réunion extraordinaire de Bruxelles en 1935 puis sera élu président de la société Française d’orthopédie en 1936. Ses nombreuses communications à l'Académie de Chirurgie témoignent de ses qualités scientifiques. Commandeur de la Légion d'Honneur, Médaille Militaire, membre de 1' Académie de Médecine, il est unanimement reconnu. De 1934 à 1937, il est nommé Professeur de Clinique Chirurgicale à l'Hôpital de la Charité.

En croisière lors de la déclaration de guerre en 1939 il rentre en catastrophe pour être mobilisé, mais rayé des cadres de l’armée pour cause d’âge il pourra encore servir en remplacant à la Faculté ses collègues mobilisés.

En 1948 il fera changer à l’état civil, par ordonnance du tribunal civil du 12 Octobre, l’écriture de son nom : né Lefort il pensera à juste titre que l’ensemble de sa carrière justifiait que l’on l’écrive Le Fort…

Il passera le reste de sa retraite à voyager et à écrire un livre sur « les vieux hôpitaux lillois ». Il décède en 1951,à l'âge de 82 ans.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]