René Blondlot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
René Blondlot
Naissance
Nancy (France)
Décès (à 81 ans)
Nancy (France)
Nationalité française
Domaines Physique
Renommé pour rayons N

Prosper-René Blondlot né et mort à Nancy ( - ) est un physicien français.

Biographie[modifier | modifier le code]

René Blondlot est le fils de Nicolas Blondlot, célèbre médecin et chimiste nancéien[1].

René Blondlot prépare une thèse de physique expérimentale pour le doctorat ès sciences au laboratoire de recherches physiques de la faculté des sciences de Paris.

Grand physicien expérimental français, il a acquis une grande réputation dans les années 1890 à 1900 grâce à ses expériences qui ont permis notamment de confirmer les résultats de Heinrich Hertz en 1893 sur la polarisation des champs magnétiques.

Il est surtout connu pour avoir commis l'une des plus grandes erreurs du XXe siècle en physique expérimentale, en annonçant, en 1903, sa découverte des rayons N. Ce rayonnement hypothétique, ainsi nommé en l'honneur de l'Université de Nancy où il professait, était censé être capable d'augmenter la luminosité d'une lumière de faible intensité. En 1904 le physicien Robert William Wood révéla, dans la revue scientifique Nature, que le phénomène était purement subjectif et n'avait aucune origine physique : le phénomène avait été « observé » alors qu'il en avait pourtant retiré, clandestinement, le dispositif déclencheur.

Postérité[modifier | modifier le code]

  • Un parc, qu'il a légué à la ville de Nancy, porte son nom.
  • Une rue à Nancy honore à la fois Nicolas et René Blondlot.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]