Rebirth

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rebirth (homonymie).

Le rebirth (traduction littérale « renaissance»), aussi appelé rebirthing ou rebirthing breathwork, et parfois également respiration consciente, est une méthode de développement personnel mise au point dans les années 1960 aux États-Unis par Leonard Orr, dans la contreculture de l'époque et reprise par la mouvance New Age[1].

Elle associe une respiration volontairement amplifiée, ou hyperventilation, des musiques spécifiques et un travail corporel personnalisé. Son objectif est de transformer les mémoires et croyances, notamment depuis la naissance, et d'amorcer ainsi un processus de guérison tout en comprenant nos limites, peurs et perceptions. Cet "objectif" a été abandonné par la plupart des écoles de formation au Rebirthing.

Sans réelle définition concrète ni preuve empirique de son efficacité, cette méthode est considérée par les autorités médicales comme une pseudo-science et régulièrement citée par la commission de l'Assemblée Nationale sur les dérives sectaires (MIVILUDES)[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

La pratique d'exercices de respiration pour modifier les états de conscience est présente dans nombre de traditions ancestrales telles que le yoga (Pranayama)[3] ou le taoïsme (Tao du souffle)[4].

Le point de départ du Rebirthing se trouve dans les communautés américaines de la Californie des années 1960 / 1970 telle que celle de la Theta house[5] ou de l'Institut Esalen, où il était pratiqué lors de séminaires collectifs ou de séances individuelles par des thérapeutes du New Age.

Léonard Orr et Sondra Ray, sa principale collaboratrice dans les premiers temps, écrivent ensemble "Le Rebirthing au Nouvel Age"[6] et développent et enseignent pendant 30 ans cette méthode.

La technique fut importée en France dans les années 1970 par plusieurs psychothérapeutes, entre autres Jacques de Panafieu[7] et la psychologue Dominique Levadoux[8]. S'y intégrèrent alors des éléments d'autres pratiques thérapeutiques comme la psychanalyse et la gestalt-thérapie et elle adopta le nom de Rebirth ou Rebirth-thérapie.

Exemple de liste de formations professionnelles en Rebirthing par différentes écoles

La séance de Rebirth[modifier | modifier le code]

Le patient, allongé sur le dos, porte son attention sur sa respiration, les yeux fermés. Ensuite la personne doit amplifier et accélérer sa respiration. Enfin, la personne entre dans le processus de « respiration consciente » proprement dit[9],[10].

Elle se pratique toujours de la même façon par des milliers de thérapeutes psycho-corporels, soit à sec, dans l'eau, par le nez ou par la bouche[11], selon les écoles et les objectifs de chacun, l'aspect théorique ou philosophique n'est pas maintenu ni véhiculé de la même manière par les différentes écoles actuelles.

Philosophie[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

La Respiration consciente ou Rebirthing ou Rebirth propose :

  • une technique très spécifique de respiration connectée et continue. Cette respiration volontairement amplifiée permet d'accéder, selon les praticiens, à une perception plus consciente des émotions et des pensées. Son objectif est d’actualiser et de regarder autrement les mémoires et croyances adoptées de manière inconsciente et même préverbale depuis la vie intra-utérine et d'amorcer ainsi un processus de bien-être, de sécurité, de pardon et d'estime de soi.
  • une philosophie spirituelle transmise par Léonard Orr et ses collaborateurs, notamment Sondra Ray, la plus importante d'entre eux, qui véhicule[12] :
  • La guérison du traumatisme de naissance :

Les praticiens en respiration consciente croient que le traumatisme vécu durant une naissance pratiquée de manière trop medicalisée, froide et même violente a un effet profond sur la psyché et la perception d’une personne, ainsi que sur sa perception du monde. Ces effets sont inconscients (par exemple, quelqu’un né par forceps aura tendance à se reposer sur les autres pour sortir de situations destructrices, ou aura du mal à demander de l’aide car la première expérience de l’aide, les forceps, a été difficile.). Les praticiens en respiration consciente croient et témoignent qu’il est possible de se souvenir de certains aspects de sa petite enfance, de sa naissance ou encore de la période de gestation et ainsi libérer les émotions associées à ces périodes via la respiration consciente permettrait une sensation de sécurité. Ils pensent que cette libération peut générer un changement de paradigme positif et une transformation émotionnelle durable.

En plus de la mémoire cellulaire conséquente au traumatisme de naissance, la Respiration consciente ou Rebirthing pense que les individus prennent, de façon inconsciente, au niveau préverbal et fondamental, des décisions (par exemple, quelqu’un qui nait par le siège peut avoir pris la décision « je fais mal », ou plus précisément « je fais mal aux femmes ».) et que, de ces décisions inconscientes découlent des situations récurrentes dans la vie d’une personne, jusqu’à ce que cette décision soit reconnue et transformée.

  • La croyance dans l'immortalité physique :

Les premiers écrits de Leonard Orr et de Sondra Ray décrivaient leurs croyances en l’immortalité. Une autre façon de décrire l’immortalité est «l’extension de vie » ou transit conscient de l’individu au-delà du trépas : un concept et une pratique yogique. Cette capacité à régénérer le corps est clef dans le concept de l’immortalité, ainsi que la capacité à créer un mode de vie basé sur « la liberté de choisir » au lieu d’adopter une attitude de réaction aux évènements quotidiens, qui est le cœur de la théorie et de la pratique de la respiration consciente ou rebirth. Ces concepts sont maintenant étendus dans la pratique de la « mindfulness ».

Effets physiologiques et contre-indications[modifier | modifier le code]

La respiration induite dans le Rebirth peut entraîner une crise spasmophilique par l'obtention d'une forte alcalose dans le sang artériel[13].

Des crampes surviennent au contraste de l'alcalose sanguine avec l'acidose du muscle mais ces phénomènes désagréables sont présentés comme faisant partie du processus[14].

Des phénomènes émotionnels apparaissent, comme la colère, les cris, les larmes, le besoin de dormir, ainsi que des mouvements de succion. Certains pratiquants disent revivre des sensations ressemblant à celles de la naissance. Ensuite, quand la respiration redevient normale, les sensations seraient plus paisibles et des états de bien-être se manifesteraient[14].

L'expérience du rebirth est contre-indiquée pour les personnes ayant vécu des expériences hallucinatoires ou de délire, et pour les personnes ayant consommé des drogues[14].

Controverses[modifier | modifier le code]

La pratique du Rebirth, populaire dans les milieux du développement personnel, est jugée suspecte dans certains milieux scientifiques, en raison du manque de formation médicale des praticiens et en raison de recherches scientifiques insuffisantes à ce sujet.

Le Rebirth n'a pas de définition institutionnelle, n'est encadrée par aucune autorité, et un grand nombre de pratiques sans lien entre elles peuvent être proposées par des individus sous cette bannière. En conséquence, cette nébuleuse est régulièrement pointée du doigt par la commission de l'Assemblée Nationale sur les dérives sectaires (MIVILUDES)[2].

Le « rebirth », qui a connu un certain succès au cours des années 1980, est devenu plus controversé récemment à cause du risque des faux souvenirs induits[15].

Une technique différente, appelée Attachment therapy, a été interdite en 2002 aux États-Unis à la suite de la mort d'une enfant de 10 ans par étouffement en pratiquant une autre technique également appelé le Rebirthing[16]. À la suite d'une confusion par les médias qui ont associé « l’attachement therapie » à d'autres techniques comme « the Evergreen Model », « Rage Reduction », « Compression Therapy » ou encore le « Rebirthing ». Les écoles et beaucoup de professionnels en Rebirthing et en Rebirth décident de se servir de préférence, à partir des années 2000, de la dénomination « Respiration consciente » utilisée, comme indiquée précédemment, depuis toujours par son créateur. Léonard Orr décide, pour les mêmes raisons, de nommer sa technique Rebirthing Breathwork[17].

Au moins 800 personnes se sont déclarées « victimes » d'abus de confiance ou de délits plus graves lors de procès contre des Rebirth-thérapeutes aux États-Unis. En France, un pseudo-thérapeute de faux souvenirs induits a été condamné le 12 juin 2012 pour abus de faiblesse par le tribunal correctionnel de Paris[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « AFR - Livre La Respiration consciente de Leonard Orr », sur www.afr-rebirthing.com (consulté le 5 avril 2016)
  2. a, b et c « Les dérives sectaires dans le domaine de la santé », sur derives-sectes.gouv.fr.
  3. Pranayama
  4. Tao of Breathing
  5. (en) Sur Rebirthing Breathwork
  6. « AFR - Livre Rebirthing Renaissance au Nouvel Age », sur www.afr-rebirthing.com (consulté le 5 avril 2016)
  7. Le rebirth : respirer pour renaître Sur Psychologies.com
  8. Renaître : vers une psychanalyse du souffle
  9. Psychologies.com, « Leonard Orr : « Respirer en conscience débloque le co.rps » », sur www.psychologies.com (consulté le 11 avril 2016)
  10. ".Les séances
  11. Psychologies.com, « Le rebirth : respirer pour renaître : Le rebirth dans l’eau », sur www.psychologies.com (consulté le 5 avril 2016)
  12. « Celebration of Breath », sur www.amazon.fr (consulté le 11 avril 2016)
  13. J. EMILE et coll., « Troubles respiratoires d'origine neurologique », in E.M.C., 1976, 17044 H 10,9. p. 4
  14. a, b et c Site du médecin psychiatre Auriol, chapitre Rebirth
  15. Commentaire d'une psychologue sur Prévensectes
  16. Le Parlement américain condamne la thérapie Rebirth, Washington Post (The Associated Press) 17 septembre 2002 (sur le site prevensectes)
  17. « What is Rebirthing Breathwork? », sur Rebirthing Breathwork International (consulté le 6 avril 2016)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques de Panafieu, La Rebirth-thérapie, L'Âge d'être pocket, Paris 1989, (ISBN 2266051091)
  • Leonard Orr et Sondra Ray, Rebirthing, re-naissance au nouvel-âge, Guy Saint-Jean, Canada 1977/1980/1982, (ISBN 2920340085)
  • Léonard Orr, La Respiration consciente, Editions Ronan Denniel, 1985, (ISBN 2-907097-03-2)
  • Léonard Orr et Konrad Halbig, Rebirth, L’art de la respiration consciente, Editions Dangles, traduit en français en 1994. (ISBN 2-7033-0399-8)
  • Dominique Levadoux-Feuillet, Renaître, vers une psychanalyse du souffle, Chemins de l'harmonie, Paris 1997, (ISBN 2850768197)
  • Amiel Paule, Berquin Annick, « Le rebirth psychanalytique en groupe », Empan, 4/2002 (no48), p. 84-96. Article consultable en ligne: [1]
  • Stanislav Grof, Royaumes de l'inconscient humain, Éditions du Rocher, (ISBN 2268013065)
  • Phil Laut et Jim Léonard, Le Rebirth, l'art de jouir pleinement de sa vie, MCL editions, 1981
  • Anne-Marie de Vinci, La Respiration Consciente, RONAN DENNIEL éditeur, Paris 1991/1994/1998/2001/2003/2006

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]