Faux souvenirs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Syndrome des faux souvenirs)
Aller à : navigation, rechercher
Mémoire retrouvée (recovered memory), une sculpture de Nicola Hicks sur le thème de la mémoire retrouvée[1].

Le faux souvenir est le phénomène psychologique qui se produit lorsqu'une personne se remémore un événement qui, en fait, n'a jamais eu lieu. Les observations ou les hypothèses sur l'existence de faux souvenirs remontent aux débuts de la psychanalyse et de la psychologie clinique ; on les retrouve dans les écrits de Sigmund Freud et Pierre Janet.

Dans les années 1970s, les études expérimentales de la psychologue Elizabeth Loftus ont remis en cause la qualité que l'on peut attribuer aux témoignages dans le cadre d'affaires judiciaires, suscitant de nombreux débats et permettant de proposer des améliorations sur les techniques de recueil de témoignages, en particulier les témoignages d'enfants qui sont particulièrement influençables.

Ce débat a ouvert la question de la création artificiellement de souvenirs, dits faux souvenirs induits, lors de psychothérapie, débats animés par des associations, thérapeutes et psychologues scientifiques : certains suggèrent l'existence d'un syndrome de faux souvenir (qui altère la vie courante de la personne) mais ce syndrome reste débattu et n'est pas répertorié dans les classifications psychiatriques internationales.

Les études de Loftus ont également mis en évidence un effet de désinformation : certaines désinformations (événements qui ne se sont jamais produits), dans des conditions spécifiques et dans certains groupes de personnes, peuvent assez facilement être implantées en mémoire par un processus d'interférence rétroactive.

La question des faux souvenirs est une question scientifique qui reste très étudiée. Depuis les travaux précurseurs de Loftus, de nombreuses études ont validé le fait que les souvenirs peuvent être influencés et que de faux souvenirs peuvent être implantés en mémoire de plusieurs manières.

Les implications de ces questions scientifiques sont graves car en mettant en cause les témoignages, elle jette le discrédit sur les témoignages des victimes et comporte deux risques majeurs : si un témoignage est erroné, un innocent peut être accusé et condamné sur base de ce témoignage ; mais si on ne tient pas compte des témoignages des victimes, un coupable potentiellement dangereux peut demeurer en liberté. Cette question a été au cœur de plusieurs affaires d'abus sexuels sur mineurs qui ont fait l'objet de larges couvertures médiatiques. Les applications des recherches psychologiques dans le domaine visent à améliorer les techniques de recueil de témoignage et la qualité des témoignages des victimes.

Histoire de l'étude des faux souvenirs par les pionniers de la psychologie et de la psychanalyse[modifier | modifier le code]

Psychologie cognitive et neurosciences[modifier | modifier le code]

Malléabilité de la mémoire[modifier | modifier le code]

La mémoire humaine est un processus dynamique dépendant de nombreux processus complexes de perception et d'encodage, de stockage puis d'accessibilité et de rappel de l'information. À chaque niveau des divers processus peuvent se produire des erreurs[2]. Certaines de ces erreurs donnent lieu à la formation de faux souvenirs, qui sont relativement répandus et souvent mineurs chez les bien-portants et qui résultent même de phénomènes adaptatifs[2]. Ces faux souvenirs peuvent devenir problématiques dans certaines conditions pathologiques[3].

La psychologue Elizabeth Loftus a été pionnière dans l'étude systématique des faux souvenirs dans le domaine de la psychologie cognitive, bien qu'avant elle de nombreux autres psychologue aient observé les limites de la mémoire et les oublis et déformations de souvenirs. Depuis 1974, elle conduit de nombreuses recherches expérimentales dans ce domaine et est reconnue comme autorité scientifique sur la question[4]. Elle a mis en évidence que la mémoire est malléable et que de nombreuses influences peuvent venir changer ou créer de faux souvenirs. Dans ses expériences, elle demande à des sujets de visionner des vidéos d'événements ou des photos, telle que la photo d'un accident de la circulation par exemple. Elle pose ensuite des questions aux sujets pour explorer leurs souvenirs des faits observés. Or, elle a mis en évidence de nombreuses erreurs dans les témoignages, provoqués par la manière dont les questions sont posées. Un exemple typique est de demander aux sujet de quelle couleur était la camionnette stationnée derrière la scène (or la camionnette n'a jamais existé). De nombreux sujets sont influencés par cette question et pensent alors avoir vu une camionnette. Ses découvertes ont eu des conséquences appliquées sur les techniques d'interrogations de témoins dans les affaires judiciaires[5].

Article détaillé : Elizabeth Loftus.

Provoquer de faux souvenirs en situation expérimentale contrôlée[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Effet de désinformation.
Photo souvenir de personnages de dessin animés (dont Bugs Bunny au centre) lors d'une parade (USA, 2007).

L'effet de désinformation (misinformation effect, en anglais) est le fait que des souvenirs du passé sont altérés par une information (source d'erreurs) qui se produit après l'exposition[4]. Le phénomène a été étudié en détail par la psychologie expérimentale depuis les années 1970[4]. Ce phénomène pose des questions pratiques (quand et qui est victime de cet effet et comment l'éviter ou le minimiser) et des questions théoriques (comprendre l'encodage en mémoire et ne particulier s'il y a permanence de nos souvenirs)[4],[5],[6].

Plusieurs paradigmes ont été utilisés pour tester l'hypothèse qu'il est possible de provoquer de faux souvenirs par des techniques de suggestion. Par exemple, des chercheurs (dirigés par Loftus) ont cherché à implanter des souvenirs impossibles comme la présence d'un personnage de dessin animé Buggs Bunny au parc Walt Disney (Buggs Bunny ne fait pas partie des personnages de Walt Disney donc il est impossible d'avoir rencontré le personnage sur ce lieu). En présentant une publicité du parc Walt Disney sur laquelle les expérimentateurs avaient placé le personnage Bugs Bunny, ils observent qu'entre 25% et 35% de personnes testées pensent se souvenir avoir effectivement rencontré Buggs Bunny lors de leur visite au parc Walt Disney : ces sujets déclarent avoir serré sa main (62%) et l'avoir serré dans leurs bras (46%). L'effet de faux souvenir provoqué par ce paradigme est répliqué dans plusieurs études[5]. Les faux souvenirs impossibles provoqués en situation expérimentale concernent aussi des procédures médicales (Royaume-Uni)[5].

La nacelle d'une montgolfière.

Les effets les plus forts sont observés dans la technique des fausses photos souvenir. Dans un paradigme par exemple, une photo du visage du sujet (dans sa jeunesse) est placée dans la nacelle d'une montgolfière ; les expérimentateurs ont vérifié que le sujet n'a jamais voyagé en montgolfière. On demande au participant de se remémorer ce baptême de l'air en montgolfière (qui n'a jamais eu lieu) et de le décrire de la manière la plus détaillée possible. Après deux sessions, 50% des sujets pensent se souvenir de ce souvenir d'enfance[5]. Cet effet est étonnant mais est démontré dans de nombreuses études : les souvenirs rapportés par les sujets peuvent être fortement influencés par des suggestions durant des entretiens[5].

Loftus et ses collaborateurs ont également tenté d'observer si de faux souvenirs pouvaient être implantés hors des conditions de laboratoire et dans des conditions plus naturelles, y compris sur des événements chargés sur le plan émotionnel, voire traumatiques. Elle a démontré, par exemple, la possibilité d'altérer certains souvenirs traumatiques en introduisant une désinformation (animal blessé qui en fait n'a jamais été vu) dans la mémoire des images d'attaques terroristes[4],[7].

Les faux souvenirs ne sont pas forcément provoqués par une fausse information ou une suggestion intentionnelle. Le faux souvenir peut apparaître aussi lors d'une interprétation survenue au moment de l'apprentissage de l'information et nécessaire pour sa compréhension. Par exemple, lors de l'apprentissage de la phrase « la rockstar s'est plainte de la quantité d'alcool servie pendant la fête », les participants interprètent que la rockstar s'est plainte parce que la quantité n'était pas suffisante, or la quantité n'a jamais été précisée[6].

Comment distinguer un faux souvenir d'un vrai[modifier | modifier le code]

Dans les expériences où les expérimentateurs suggéraient un souvenir d'enfance par le biais d'une photo truquée, quelques différences émergent entre les vrais souvenirs et le souvenir induit par l'expérimentation. En moyenne (sur l'ensemble d'un groupe de participants), le degré de certitude est plus élevés quand les personnes racontent leurs vrais souvenirs[5]. Les participants hésitent plus souvent, ont des syntaxes verbales différentes ("je crois que...", "il me semble que...) indiquant une plus grande hésitation. Cependant, il n'est pas possible d'utiliser ce type de variation statistiques pour déterminer si un souvenir spécifique chez une personne spécifique est un faux souvenir ou s'il s'agit d'un événement qui s'est réellement produit[4].

Effets du temps[modifier | modifier le code]

Un des premiers principes explicatifs des faux souvenirs et de l'effet de désinformation est basé sur l'effet des intervalles de temps entre les événements. Plus un souvenir est ancien, plus la mémoire de l'événement s'affaiblit, moins la différence entre le souvenir et la nouvelle information est détectée. C'est le principe de détection de la divergence (Discrepancy Detection)[8]. Le principe de détection de l'information divergente prédit que le souvenir est plus susceptible de changer si la personne ne se rend pas compte de la différence entre son souvenir propre et la nouvelle information. Cela ne veut pas dire que la nouvelle information n'est pas acceptée si la personne remarque la différence : il arrive que la personne dise à l'expérimentateur qu'elle pensait se souvenir, par exemple, d'un panneau de signalisation indiquant un Stop mais qu'on lui parle maintenant d'un panneau "Laisser le passage" et qu'elle a dû mal mémoriser, acceptant ainsi de changer ses représentations et de croire à la nouvelle information[4]. Le temps entre la désinformation et le test expérimental influe également sur les résultats[4].

Effets de l'état mental passager[modifier | modifier le code]

Un état mental passager peut affecter les performances de la mémoire. Des sujets à qui on a fait croire qu'ils ont bu de l'alcool ou des sujets sous hypnose sont plus susceptibles de former de faux souvenirs dans des conditions expérimentales. Selon Loftus, ce phénomène s'explique certainement par le fait que les sujets détectent alors moins bien les divergences entre leurs souvenirs et la nouvelle information interférente ou désinformation[4].

Différences individuelles et développementales[modifier | modifier le code]

Les désinformations affectent certaines personnes plutôt que d'autres[4]. Il a été observé un effet de l'âge, les jeunes enfants étant plus vulnérables que les enfants plus âgés et adultes[9] ; les personnes âgées étant plus vulnérables que les adultes plus jeunes[10].

Effets des mises en garde[modifier | modifier le code]

Les chercheurs se sont posé la question de savoir si le fait de mettre en garde contre la fabrication de faux souvenirs avait un effet et pouvait diminuer l'occurrence de faux souvenirs. Plusieurs recherches montrent des résultats allant dans le même sens : prévenir des personnes avant la présentation de la désinformation leur permet de mieux résister aux influences et diminue la proportion de personnes construisant de faux souvenirs[11] ; cependant, prévenir les participants après coup, du fait qu'ils ont construit des faux souvenirs, a peu d'influence[12],[13].

Richesses des faux souvenirs[modifier | modifier le code]

Permanence des souvenirs[modifier | modifier le code]

L'observation de faux souvenirs en condition expérimentale a généré un débat scientifique quant à la nature des souvenirs en mémoire à long terme : sont-ils permanents ou peuvent-ils disparaître (et être remplacés) avec le temps et sous certaines conditions ? Ce débat a commencé à se développer dans les années 1980[4].

Études chez les espèces non humaines[modifier | modifier le code]

Les faux souvenirs ont été induits expérimentalement et observés sur des espèces animales comme les gorilles[14], pigeons et rats[15].

Des neurologues travaillant sur la souris ont réussi à induire de faux souvenirs chez des souris, par différentes techniques, dont une expérience qui a utilisé des techniques de stimulation neuronale pendant que les souris rêvaient d'un lieu pour modifier leur impression sur ce lieu[16],[17].

Études en imagerie cérébrale[modifier | modifier le code]

Le phénomène de faux souvenirs provoqués par un effet de désinformation a été observé pour la première fois par des techniques d'imagerie cérébrale en 2005, par les chercheurs Yoko Okado et Craig Stark[18],[4].

Psychothérapie et hypothèses des souvenirs refoulés[modifier | modifier le code]

L'expression faux souvenirs induits désigne le fait d'induire par le biais de techniques d'entretiens psychothérapeutiques, de faux souvenirs d'abus ou de maltraitances chez un patient.

Le syndrome des faux souvenirs désigne l'apparition du souvenir d'un évènement qui ne s'est jamais produit ou bien le souvenir altéré d'un évènement réel.

La résurgence tardive de souvenirs autant que la notion de souvenirs implantés par un thérapeute dans la mémoire de son patient sont controversées[19].

L'hypnose de spectacle ou l'hypnothérapie peut créer de faux souvenirs[20].

Procès judiciaires impliquant le syndrome de faux souvenirs[modifier | modifier le code]

Wikitext.svg
La mise en forme de cette section ne suit pas les recommandations concernant la typographie, les liens internes, etc. (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).
Découvrez comment la « wikifier ».

L'affaire Freyd[modifier | modifier le code]

Jennifer Freyd est une psychologue américaine née en 1957. Elle travaille principalement sur les abus sexuels[21]. Dans les années 1990, elle accusa de façon non officielle son père, Peter Freyd, de l'avoir abusée pendant son enfance, ce qui incita ce dernier à fonder la fondation pour le syndrome des fausses mémoires. Selon Jennifer, il ne s'agit pas de faux souvenirs induits implantés par un thérapeute mais de souvenirs clairs d'abus[22]. Jennifer Freyd était soutenue dans ses accusations par la mère et le frère de Peter Freyd (cf https://web.archive.org/web/20130225044634/http://fmsf.com/ethics.shtml

http://www.informaworld.com/smpp/content~db=all~content=a918444283)

L'expression « faux souvenirs induits », d'origine américaine, False Memory Syndrome, a été développé par Peter Freyd après qu'il eut été accusé en privé d'abus sexuel par sa fille. Il créera avec sa femme la False Memory Syndrome Foundation (FMSF) en 1992 avec le soutien actif du psychologue américain Ralph Underwager. Celui -ci s’était jusqu’alors spécialisé dans la défense de personnes accusées de pédophilie (témoignant plus de 200 fois dans la presse ou lors de procès)  critiquant ouvertement les programmes de protection de l’enfance. En 1991 Ralph Underwager affirme ouvertement ses positions pro -pédophile lors d’un interview auprès du média hollandais Paidika: The Journal of Paedophilia{http://www.nostatusquo.com/ACLU/NudistHallofShame/Underwager2.html} [archive]. La révélation au public de cet interview contraindra Underwager a démissionné de la False Memory Syndrome Foundation (cf Underwager Resigns From False Memory Syndrome Foundation Advisory Board, Wakefield and Others Remain, by Lana R. Lawrence (Moving Forward, Vol. II, No. 5, p. 3, 1993).

Procès aux États-Unis[modifier | modifier le code]

Le doute généré par la question du syndrome des faux souvenirs a provoqué une série de procès aux États-Unis dans les années 1990[23], dont plusieurs cas sur les abus sexuels[24],[25]. Toutes les plaintes concernant la construction de faux souvenirs n'ont pas été jugées crédibles mais plusieurs étaient suffisamment étayées pour aboutir[26]. Les personnes ayant avoué avoir volontairement partagé publiquement de "faux souvenirs" ont été appelées des rétractants (retractors)[27]. Un débat s'est ouvert tournant autour de l'aubaine potentielle que représenterait le syndrome des faux souvenirs pour les accusés voulant nier leur comportement criminel en accusant de faux souvenirs les personnes (victimes) en remettant en cause la véracité de leur témoignage[28].

La FMSF a été accusée d'ignorer, discréditer ou déformer les témoignages scientifiques et celles de victimes ayant obtenues des aveux de leurs agresseurs[1]. La FMSF est accusée de harcèler, diffamer et attaquer en justice ceux qui la critiquent, ainsi que les thérapeutes d’enfants abusés, sans faire avancer le débat scientifique. (cf Anne SALTER attaquée par Wakefield et Underwager, qui obtiendra un jugement en sa faveur de la District Court du Western District of Wisconsin confirmé en avril 1994 par le jugement de la U.S. Court of Appeals for the Seventh Circuit.)   Des thérapeutes jusqu’alors reconnus et respectés se sont vu retirés le droit d’exercer leur métier sous le coup des procès intentés et d’articles de presse diffamatoires (cf Jim Singer Pennsylvania clinician pourtant soutenu par le gouverneur Tom Ridge ) ou dans l’impossibilité de continuer leurs travaux (Dr Kathleen Failer chercheur reconnue; Dr Charles Whitfield, David Calof qui avait 25 ans de pratique sans jamais avoir fait l’objet d’une plainte a subi des pressions, menaces et attaques pendant plus de trois ans…) cf https://web.archive.org/web/20130225044634/http://fmsf.com/ethics.shtml). 

En France[modifier | modifier le code]

Selon la MIVILUDES, à la fin des années 1970, le groupe Saint-Erme (également « La famille de Nazareth »), institut séculier fondé et dirigé par Marcel Cornélis, prêtre catholique belge, avait environ 450 membres et comptait 72 médecins, des professeurs d'université, des psychiatres, psychologues. Des pratiques diverses (transes, croyances en rapport avec Satan) ont provoqué une rupture avec l'Église catholique. Une des thèses développées était celle de la relation dominant/dominé comme cause de toutes les maladies. Ce qui aurait eu pour conséquence de développer chez certains membres un rejet de la femme, de la mère etc. Des patients auraient ainsi envoyé à leurs parents de violents courriers alléguant des relations incestueuses dans leur petite enfance (au total 200 familles furent impliquées). Un procès conduira finalement à la dissolution du groupe[29].

Controverses scientifiques sur le "syndrome de faux souvenirs"[modifier | modifier le code]

Le syndrome des faux souvenirs n'a pas été intégré à la liste des diagnostics de l'Association américaine de psychiatrie. 17 chercheurs ont publié une déclaration stipulant que malgré les apparences, l'expression n'appartenait pas à la psychologie mais qu'elle avait été créée par une fondation privée pour soutenir les parents accusés (Carstensen et al. 1993, p. 23) Handbook for Teaching Introductory Psychology: With an Emphasis on Assessment par Richard A. Griggs p. 85 et Misinformation concerning child sexual abuse and adult survivors par Charles L. Whitfield, Joyanna L. Silberg, Paul Jay Fink p. 16 Crisis or Creation? A Systematic Examination of "False Memory Syndrome" [archive]

Le syndrome des faux souvenirs a été et reste contestée par une grande partie de la communauté scientifique et des spécialistes de l'inceste: « il n’y a aucune évidence scientifique présentement pour prouver qu’on peut créer une fausse mémoire d’abus sexuel chez quelqu’un qui n’a pas de traumatisme dans son passé » écrit Daniel L. Schachter psychologue et chercheur diplômé d’Harvard dans son livre Searching for memories (1996). Les scientifiques anglais ont également fortement contesté cette théorie  (cf http://dailynews.yahoo.com/h/nm/20000313/sc/health_memory_2.html )

À l’inverse, une étude scientifique publiée dans le Journal of Consulting and Clinical Psychology aux États-Unis a démontré que 38% des femmes victimes d'inceste durant l'enfance ne se souvenaient pas de l'abus rapporté 17 ans auparavant (cf Williams LM. Recall of Childhood Trauma : A prospective Study of Women's Memories of Child Sexual Abuse. J Consult Clin Pharmacol 1994; 62 (6) : 1167-1176) .

Trois organisations professionnelles américaines (l'American Psychiatric Association, l'American Medical Association et l'American Psychological Association) reconnaissent également la réalité d'abus sexuels occultés ( cf Côté J. La Controverse sur les Fausses Mémoires (extrait du livre de Jean Côté, psychologue, intitulé La Thérapie par le Tunnel, p. 52-64), Provirtuel et Jean Côté, 2001) . La plupart des thérapeutes scientifiques et chercheurs déclarent que les survivants de ces abus tendent à nier plutôt qu'à exagérer leurs souvenirs horribles et que les mécanismes de répression et d'oubli sont très bien documentés dans les articles de psychiatrie   (cf  Landsberg, M. L'Etiquette de Mémoire Fictive est Inventée par un Groupe de Pression (paru dans le Toronto Star du 13 novembre 1993)..

Psychogénéalogie et recherche de souvenirs[modifier | modifier le code]

En France, la psychogénéalogie est à l'origine d'affaires impliquant des psychothérapeutes ayant une "formation" minimaliste sanctionnée par des diplômes non reconnus par le Conseil de l'Ordre, n'ayant donc pas le droit d'exercer aux termes de la loi du 1er juillet 2010; ces affaires portent sur les faux souvenirs induits et les dégâts qu'ils occasionnent dans les familles : rejet de la famille, des parents, procès pour viol, divorces... Ces pratiques participent dans la plupart des cas de la dérive sectaire[30].

Témoignages en justice et faux souvenirs[modifier | modifier le code]

La psychologie cognitive et sociale permet de mieux comprendre les processus expliquant les oublis et les faux souvenirs et de permettre ainsi d'améliorer les techniques de recueil de témoignages[31].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Recovered Memory
  2. a et b (en) « The seven sins of memory: Insights from psychology and cognitive neuroscience. », American Psychologist, vol. 54, no 3,‎ (ISSN 1935-990X et 0003-066X, DOI 10.1037/0003-066X.54.3.182, lire en ligne)
  3. Anne Guyard et Pascale Piolino, « Les faux souvenirs : à la frontière du normal et du pathologique », Psychologie & NeuroPsychiatrie du vieillissement, vol. 4, no 2,‎ (ISSN 1760-1703, lire en ligne)
  4. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l (en) Elizabeth F. Loftus, « Planting misinformation in the human mind: A 30-year investigation of the malleability of memory », Learning & Memory, vol. 12, no 4,‎ , p. 361–366 (ISSN 1072-0502 et 1549-5485, PMID 16027179, DOI 10.1101/lm.94705, lire en ligne)
  5. a, b, c, d, e, f et g (en) Elizabeth Loftus, « Our changeable memories: legal and practical implications », Nature Reviews Neuroscience, vol. 4, no 3,‎ , p. 231–234 (ISSN 1471-003X, DOI 10.1038/nrn1054, lire en ligne)
  6. a et b (en) Steffens MC & Mecklenbräuker S, « False memories: Phenomena, theories, and implications », Zeitschrift für Psychologie/Journal of Psychology, 2007;215(1):12–24.
  7. Veronika Nourkova, Daniel Bernstein et Elizabeth Loftus, « Altering traumatic memory », Cognition and Emotion, vol. 18, no 4,‎ , p. 575–585 (ISSN 0269-9931, DOI 10.1080/02699930341000455, lire en ligne)
  8. J. P. Tousignant, D. Hall et E. F. Loftus, « Discrepancy detection and vulnerability to misleading postevent information », Memory & Cognition, vol. 14, no 4,‎ , p. 329–338 (ISSN 0090-502X, PMID 3762387, lire en ligne)
  9. S. J. Ceci et M. Bruck, « Suggestibility of the child witness: a historical review and synthesis », Psychological Bulletin, vol. 113, no 3,‎ , p. 403–439 (ISSN 0033-2909, PMID 8316609, lire en ligne)
  10. (en) Karen J. Mitchell, Marcia K. Johnson et Mara Mather, « Source monitoring and suggestibility to misinformation: adult age-related differences », Applied Cognitive Psychology, vol. 17, no 1,‎ , p. 107–119 (ISSN 1099-0720, DOI 10.1002/acp.857, lire en ligne)
  11. Anna M. Carmichael et Angela H. Gutchess, « Using warnings to reduce categorical false memories in younger and older adults », Memory, vol. 24, no 6,‎ , p. 853–863 (ISSN 0965-8211, PMID 26274627, DOI 10.1080/09658211.2015.1059454, lire en ligne)
  12. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées :0.
  13. Deborah K. Eakin, Thomas A. Schreiber et Susan Sergent-Marshall, « Misinformation effects in eyewitness memory: the presence and absence of memory impairment as a function of warning and misinformation accessibility », Journal of Experimental Psychology. Learning, Memory, and Cognition, vol. 29, no 5,‎ , p. 813–825 (ISSN 0278-7393, PMID 14516215, DOI 10.1037/0278-7393.29.5.813, lire en ligne)
  14. (en) Bennett L. Schwartz, Christian A. Meissner, Megan Hoffman et Siân Evans, « Event memory and misinformation effects in a gorilla (Gorilla gorilla gorilla) », Animal Cognition, vol. 7, no 2,‎ , p. 93–100 (ISSN 1435-9448 et 1435-9456, DOI 10.1007/s10071-003-0194-7, lire en ligne)
  15. Garry, Maryanne, and David N. Harper. "Pigeons, Rats, and Humans Show Analogous Misinformation." International Journal of Comparative Psychology 22.2 (2009).
  16. Guillaume Jacquemot, « Des faux souvenirs implantés pendant le sommeil »
  17. (en) Gaetan de Lavilléon, Marie Masako Lacroix, Laure Rondi-Reig et Karim Benchenane, « Explicit memory creation during sleep demonstrates a causal role of place cells in navigation », Nature Neuroscience,‎ (lire en ligne)
  18. (en) Yoko Okado et Craig E. L. Stark, « Neural activity during encoding predicts false memories created by misinformation », Learning & Memory, vol. 12, no 1,‎ , p. 3–11 (ISSN 1072-0502 et 1549-5485, PMID 15687227, PMCID PMC548489, DOI 10.1101/lm.87605, lire en ligne)
  19. Le syndrome n'a pas été intégré à la liste des diagnostics de l'Association américaine de psychiatrie. 17 chercheurs ont publié une déclaration stipulant que malgré les apparences, l'expression n'appartenait pas à la psychologie mais qu'elle avait été créée par une fondation privée pour soutenir les parents accusés (Carstensen et al. 1993, p. 23) Handbook for Teaching Introductory Psychology: With an Emphasis on Assessment par Richard A. Griggs p. 85 et Misinformation concerning child sexual abuse and adult survivors par Charles L. Whitfield, Joyanna L. Silberg, Paul Jay Fink p. 16 Crisis or Creation? A Systematic Examination of "False Memory Syndrome"
  20. Hypnose et faux souvenirs, par Frédérique Robin, dossier « L’hypnose : charlatanisme ou avancée médicale ? », SPS no 313, juillet 2015]
  21. (en) « Science of Child Sexual Abuse », Dynamic.uoregon.edu (consulté le 14 décembre 2010)
  22. (en)Cult and ritual abuse par James Randall Noblitt, Pamela Sue Perskin, Greenwood Publishing Group, 2000, p. 229
  23. (en) « Recovered Memory Lawsuit Sparks Litigation », Psychiatrictimes.com (consulté le 12 décembre 2010)
  24. (en) « Are Recovered Memories Reliable? », Religioustolerance.org (consulté le 12 décembre 2010)
  25. (en) Colleen Born, « Elizabeth Loftus », Muskingum.edu (consulté le 12 décembre 2010)
  26. (en) « The Recovered Memory Project », Brown.edu, (consulté le 12 décembre 2010)
  27. (en) G Macdonald, Making of an Illness: My Experience with Multiple Personality Disorder, Sudbury, Laurentian University Press, (ISBN 978-0-88667-045-0, lire en ligne), p. 111
  28. (en) C. Whitfield, « The "False Memory" Defense Using Disinformation and Junk Science In and Out of Court », Journal of Child Sexual Abuse, vol. 9, no 3/4,‎ , p. 53–78 (DOI 10.1300/J070v09n03_04, lire en ligne)
  29. Rapport de la MIVILUDES 2007, p. 40-42 rapport 2007 de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires
  30. Le rapport 2007 de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires [PDF] (MIVILUDES) met en garde contre la pratique des faux souvenirs induits, un dévoilement des méthodes psychothérapeutiques qui serait en progression en France.
  31. Nathalie Przygodzki-Lionet, « Le témoignage en justice : les apports de la psychologie sociale et cognitive », Histoire de la justice, no 24,‎ , p. 115–126 (ISSN 1639-4399, lire en ligne)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages et études scientifiques[modifier | modifier le code]

  • McNally, R.J. The Science and Folklore of Traumatic Amnesia. Clinical Psychology Science and Practice 11 (1): 29–33. doi:10.1093/clipsy/bph056. 2004
  • McNally RJ « Dispelling confusion about traumatic dissociative amnesia » Mayo Clin. Proc. 82 (9): 1083–90. DOI:10.4065/82.9.1083 PMID 17803876. 2007
  • McNally RJ Is traumatic amnesia nothing but psychiatric folklore?. Cogn Behav Ther 33 (2): 97–101; discussion 102–4, 109–11. doi:10.1080/16506070410021683.PMID 15279316. 2004
  • McNally RJ Debunking myths about trauma and memory. Can J Psychiatry 50 (13): 817–22. PMID 16483114.

Ouvrages de vulgarisation[modifier | modifier le code]

  • Les faux souvenirs, article de Elizabeth Loftus dans Pour la Science, no 242, décembre 1997. (Le même article en anglais)
  • Faux souvenirs et manipulation mentale, dossier de Brigitte Axelrad dans les Dossiers de l'Observatoire Zététique, 13 décembre 2008. [1]et sur le site de l'OZ [2]
  • Enlevé par les extraterrestres ?, Cerveau&Psycho, no 2, juin-août 2003, article sur l'hypothèse de Richard Mc Nally.
  • La mémoire violée, Cerveau&Psycho, no 27, mai-juin 2008, sur les troubles de la personnalité multiple iatrogène.
  • Le syndrome des faux souvenirs - Ces psys qui manipulent la mémoire, Elizabeth Loftus et Katherine Ketcham, 1997, (ISBN 2-911-52512-4 et 2-911-52525-6)
  • Les origines du "Syndrome des faux souvenirs", dossier de Brigitte Axelrad dans les Dossiers de l'Observatoire Zététique, 31 août 2008.[3]et sur le site de l'OZ [4]
  • Faux souvenirs et personnalité multiple, dossier de Brigitte Axelrad dans les Dossiers de l'Observatoire Zététique, 27 novembre 2009 sur le site de l'OZ [5]
  • La guerre des souvenirs, article de Nicolas Gauvrit dans Science et pseudo-sciences, no 281, avril 2008. [6]
  • Faux souvenirs et thérapies de la mémoire retrouvée, article de Brigitte Axelrad sur le site de l'AFIS, Science et pseudosciences, 2 janvier 2009. [7] [8]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]