Raymond Léon Rivoire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rivoire.
Raymond Léon Rivoire
P vip.svg

attendre le 27 septembre 2036

Naissance
Décès
(à 81 ans)
Paris 10e
Nom de naissance
Antoine Joseph Léon Raymond RivoireVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Formation
Maître
Distinctions
Médaille d'or du salon 1929
Œuvres réputées
Diane au Lévrier (1928) - installée à bord de L'Atlantique

Raymond Léon Rivoire, né le 21 octobre 1884 à Cusset[1] (Allier) et mort le 27 septembre 1966 à Paris (10e arrondissement), est un sculpteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Antoine Joseph Léon Raymond Rivoire est né dans une famille bourgeoise ; son père, Pierre Barthélemy Arthur Rivoire, était propriétaire à Cannes et son grand-père paternel avait été chef de division à la préfecture du Rhône. C'est du côté de sa mère, Clarisse Victoire Alice Millet, qu'il avait des attaches bourbonnaises ; son grand-père, Louis Léon Millet, avait été avoué à Cusset.

Élève d'Injalbert aux Beaux-Arts de Paris, il expose au Salon des artistes français en 1905. Il en reçoit une médaille d'argent en 1921 [2] et d'or en 1929. Il expose en France et à l'étranger (Londres, Rome, Buenos Aires).

Il a réalisé pour le paquebot Normandie un bronze représentant Neptune tiré par un cheval marin (disparu dans l'incendie du navire à New York en 1942), dont un second exemplaire orne toujours une fontaine à Cannes. Une autre de ses œuvres majeures est la Diane au lévrier, dite encore Artémis. A l'instar du Normandie, un exemplaire monumental de cette statue trônait dans le grand salon du paquebot L'Atlantique. Des souvenirs épars de l'œuvre ont été retrouvés lors de la démolition qui a suivi son incendie . Des tirages se trouvent dans plusieurs musées (musée du Louvre, musée de Newark (New Jersey, États-Unis), ainsi qu'au musée de Cusset qui conserve plusieurs de ses productions.

Il est nommé chevalier de la Légion d'honneur le 29 décembre 1932 [3] et décoré le 13 janvier 1933 par Jean Gautier, sous-directeur du conservatoire national des arts et métiers.

Sur la fin de sa vie, il a été pensionnaire, à Ris-Orangis, de la maison de retraite des artistes fondée par Dranem.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • L'Enfant à la tortue, première œuvre présentée au Salon des artistes français, à 20 ans[4],[5]
  • Centaure, exposé au Salon des Artistes français de 1914
  • Baigneuse, musée du Luxembourg
  • Jehanne d'Arc, cathédrale de Moulins
  • Chapelle Gillet, cimetière du Père-Lachaise, Paris
  • Monument aux morts de la Première guerre mondiale de Cusset (Allier), 1921
  • Soldat blessé, pour le monument aux morts de Châtel-Montagne (Allier)
  • Bacchante ou Femme au panier de pampres, bronze
  • Femme au lévrier (Diane ou Diane chasseresse, ou Artémis), bronze, musée du Louvre, 1928[6],[7],[8]
  • Neptune tiré par un cheval marin ou Fontaine Rivoire [9], Cannes, 1930
  • Supplice de Tantale, musée du Centre culturel Valery-Larbaud [10] à Vichy, 1935
  • Saint Louis juvénile, église Saint-Louis de Vichy, 1944
  • Statues de marbre de 1914 [11] disposées à ce jour dans le parc Saavedra à La Plata (Argentine) : L'enlèvement d'Europe par Zeus, Le Rio de La Plata.

Le Baiser de la Gloire[modifier | modifier le code]

L'œuvre, datée de 1907, est un groupe en marbre de Carrare [12] exposé à l'hôtel de ville de Riom[13],[14].

Elle est à l'origine un monument funéraire pour le poète Albert Samain (1858-1900) présenté au Salon de 1907 sous le titre de Communion suprême, et refusé par ses commanditaires. Le groupe sculpté, acheté par l'État en 1915 pour 12 000 francs, est déposé au Dépôt des marbres. En 1923, à la demande d'Étienne Clémentel, l'œuvre est affectée à titre de dépôt à la ville de Riom et sera considérée comme un monument aux morts de la Première Guerre mondiale.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Son acte de naissance précise : « né dans le pied-à-terre de ses père et mère, à Cusset, cours Tracy, maison Bessay-Martin ». La résidence habituelle de ses parents était à Cannes.
  2. Empêcher la guerre: Le pacifisme du début du XIXe siècle à la veille de la Seconde Guerre mondiale - Nadine Josette Chaline - 2016 [1]
  3. « suivant notice 19800035/707/80639 », sur http://www.culture.gouv.fr (consulté le 6 juin 2016)
  4. Monique Kuntz et Georges Frélastre, Hommes et femmes célèbres de l'Allier, Paris, Bonneton, , 160 p. (ISBN 2-86253-189-8)
  5. exposée au musée de Buenos Aires
  6. « Groupe sculpté : Artémis », sur http://www.culture.gouv.fr, (consulté le 7 juin 2016)
  7. « Diane au Lévrier, de Raymond Rivoire », sur artnet.fr (consulté le 18 avril 2016)
  8. « Plaquette du musée - 2013 », sur www.ville-cusset.com, (consulté le 19 juin 2016)
  9. « Fontaine rivoire », sur http://dossiersinventaire.regionpaca.fr, (consulté le 9 juin 2016)
  10. « Groupe exposé dans un msuée de Vichy », sur http://images.google.fr, (consulté le 19 juin 2016)
  11. « Monuments de la ville », sur http://www.laciudad.laplata.gov.ar (consulté le 21 juin 2016)
  12. « Le Baiser de la Gloire », sur http://www.culture.gouv.fr, (consulté le 7 juin 2016)
  13. Ville de Cusset, Raymond Rivoire, sculpteur, 1884-1966, catalogue de l’exposition, juin-octobre 1999, Cusset : Musée municipal de la Tour Prisonnière, 1999.
  14. Commission d’histoire de Riom, Riom Communauté, Promenades dans Riom, Clermont-Ferrand : Éditions Un, Deux… Quatre, 2009.