Règle générale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Une règle générale est un principe qui fonctionne dans plusieurs situations, mais qui n'est pas systématiquement vraie ou précise. Une règle générale est une procédure facile à apprendre et à appliquer comme une approximation valable dans certaines situations. Elle peut se comparer à l'heuristique.

En anglais, on parle de rule of thumb (littéralement « règle du pouce »), qui pourrait se traduire par au doigt mouillé, bien que l'expression anglophone ne possède pas une connotation aussi hasardeuse.

Origine[modifier | modifier le code]

L'origine exacte de la phrase anglophone rule of thumb est incertaine. L'une des premières références à cette dernière provient de Heaven upon Earth (1685) de J. Durham : « plusieurs affirment que les Chrétiens sont des constructeurs fous, qui construisent au hasard, au doigt mouillé[trad 1],[1]. »

Une phrase similaire existe dans d'autres langues. En suédois, on parle de tumregel, alors qu'en norvégien et danois, c'est plutôt tommelfingerregel. Parfois, on utilise la variante règle du poing (rule of fist), comme en finnois (nyrkkisääntö), estonien (erusikareegel), allemand (Faustregel et Pi mal Daumen), hongrois (ökölszabály), néerlandais (vuistregel) et turc (parmak hesabı). En hébreu (כלל אצבע) et en persan (قاعده سرانگشتی), on parle de règle du doigt ou du bout du doigt.

Le pouce comme unité de mesure[modifier | modifier le code]

Caricature de la « règle du pouce » concernant la taille maximale autorisée pour un bâton servant à corriger.
Article détaillé : pouce (unité).

L'expression anglophone proviendrait d'une habitude de charpentier d'évaluer certaines mesures à l'aide de la largeur de leur pouce plutôt qu'avec un instrument de mesure quelconque[2].

Une autre origine de l'unité de mesure pourrait provenir du domaine de l'agriculture. Ainsi, les agriculteurs avaient l'habitude d'évaluer la profondeur de plantation des graines à l'aide du pouce.

Certains auteurs affirment que l'origine proviendrait d'une loi limitant l'épaisseur d'un bâton avec lequel un homme pouvait « corriger » sa femme[3],[4],[2]. Ainsi, avant le règne de Charles II, la loi anglaise permettait à un homme de « corriger modérément » sa femme. Cependant, cela n'impliquait pas de battre cette dernière et aucune « règle du pouce » (ou autre règle du genre) n'a été officiellement adoptée en Angleterre[5],[6],[7].

Cependant, les croyances en une telle règle remontent au moins jusqu'en 1782, alors que James Gillray publie la caricature Judge Thumb, critiquant la pratique d'évaluer l'épaisseur maximale d'un bâton de correction à l'aide du pouce en présentant le juge anglais Francis Buller (en) transportant plusieurs de ces bâtons « légaux »[8].


Exemples d'utilisation[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]

Babelite

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Rule of thumb » (voir la liste des auteurs).

  1. (en) « Many profest Christians are like to foolish builders, who build by guess, and by rule of thumb. »
  1. (en)"rule of thumb, n. and adj.". OED Online. December 2012. Oxford University Press. Retrieved 7 February 2013
  2. a et b (en)Christina Hoff Sommers, « Who Stole Feminism? », Christina Hoff Sommers,‎
  3. (en) Jennifer Freyd et J. Q. Johnson, Commentary: Domestic Violence, Folk Etymologies, & "Rule of Thumb", (lire en ligne)
  4. (en) « 28env - J.Straton - North Carolina.Violence women »
  5. (en) « Rule of thumb »
  6. (en) « Does "rule of thumb" refer to an old law permitting wife beating? », The Straight Dope,
  7. (en) Nicholas St. John Green, Criminal law reports: being reports of cases determined in the federal and state courts of the United States, and in the courts of England, Ireland, Canada, etc. with notes, vol. 2, Hurd and Houghton, (lire en ligne)
  8. (en) Elizabeth Foyster, Marital Violence: An English Family History, 1660-1857, Cambridge University Press, (ISBN 0521834511), p. 12