Christina Hoff Sommers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Christina Hoff Sommers
Description de l'image Christina Hoff Sommers on Louder with Crowder.jpg.
Naissance
Petaluma (Californie)
Activité principale
Auteur, professeur des universités, membre du American Enterprise Institute
Auteur

Œuvres principales

Who Stole Feminism?, The War Against Boys, Vice and Virtue in Everyday Life

Christina Hoff Sommers (née en 1950) est une auteure américaine, ex-professeure de philosophie et chercheuse membre de l'American Enterprise Institute connue pour ses écrits critiques sur le féminisme contemporain [1],[2]. Ses travaux comprennent les livres  Who Stole Feminism? (1994) et The War Against Boys (2000), et ses textes sont publiés dans différents médias comme The Huffington Post, Time, The Atlantic et Slate . Elle présente aussi le blog vidéo The Factual Feminist.

Les positions de Sommers et de ses écrits sont décrits par  l'Encyclopédie de philosophie de Stanford sous l’appellation de féminisme d'équité, une perspective féministe libertarienne qui suggère que le principal rôle politique du féminisme est de s'assurer que le droit à la non-interférence coercitive est respecté [3]. Sommers oppose elle-même le féminisme d'équité au féminisme victimaire et au féminisme de genre, expliquant que la pensée féministe moderne contient souvent une "hostilité irrationnelle à l'égard des hommes" et une "incapacité à prendre au sérieux la possibilité que les sexes sont égaux mais différents"[4].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Pamela L. Shelton et Pamela Kester-Shelton, Feminist Writers, St. James Press, (ISBN 9781558622173, lire en ligne)
  2. Taylor Malmsheimer, « Conservatives Are Obsessed With Debunking the 1-in-5 Rape Statistic. They're Wrong, Too. », sur New Republic, (consulté le 13 avril 2016)
  3. Amy R. Baehr, Liberal Feminism, (lire en ligne)
  4. (en) « "What's Wrong and What's Right with Contemporary Feminism?" », sur AEI.org (archive de l'original)

Liens[modifier | modifier le code]