Quintette en ut majeur de Schubert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Quintette à cordes en ut majeur, D. 956 (op. posth. 163), dit aussi « Quintette à deux violoncelles », est un chef-d'œuvre de Franz Schubert, généralement considéré comme l'une des plus belles œuvres de la musique de chambre du XIXe siècle[1].

Dans le film de Gérard Patris et François Reichenbach L'Amour de la vie consacré au célèbre pianiste Arthur Rubinstein (1969), ce dernier qualifie l'Adagio (2ème mouvement) de « musique des anges ».

Il a été composé durant l'été 1828, deux mois avant la mort du musicien. Il a été créé en 1850 au Musikverein de Vienne et publié en 1853.

L'œuvre comprend quatre mouvements et son exécution dure un peu moins d'une heure.

  1. Allegro ma non troppo
  2. Adagio
  3. Scherzo. Presto – Trio. Andante sostenuto
  4. Allegretto

Analyse[modifier | modifier le code]

Traditionnellement, la formation en quintette (dans la lignée de Mozart) associe un second alto aux quatre instruments à cordes du quatuor. Mais ici, semblable aux quintettes du violoncelliste Luigi Boccherini (de même que ceux que George Onslow[2] composera à partir de 1829), le quintette de Schubert se caractérise par la présence d'un deuxième violoncelle, équilibrant l'ensemble d'une sonorité plus grave et plus riche que l'alto.

La dimension orchestrale de l'œuvre est prégnante, et il s'installe, tout au long des quatre mouvements, densité et tension, sans morbidité mais plutôt une sorte de vitalité métaphysique[3]. Schubert parvient à une synthèse entre expressivité et logique, entre finesse de détails et architecture d’ensemble, et il se hisse pleinement aux côtés de Mozart et Beethoven, qu'il vénère profondément[4].

Utilisation dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Note[modifier | modifier le code]

  1. (en) Christopher H. Gibbs, James H. Ottaway Jr Professor of Music Christopher H. Gibbs et Jonathan Cross, The Cambridge Companion to Schubert, Cambridge University Press, (ISBN 9780521484244, lire en ligne)
  2. Alfred Einstein, Schubert: A Musical Portrait, Oxford University Press, 1951, New York City, page 291
  3. « Schubert a écrit deux quintettes », sur www.maisondelaradio.fr (consulté le )
  4. (en) Stephen Hefling, Nineteenth-Century Chamber Music, Routledge, (ISBN 9781135887629, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]