Queue (billard)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Queue.

Une queue de billard est la tige de bois servant à frapper les billes. Elle est généralement en bois d’érable, et peut être mono-bloc ou en deux parties.

Elle est composée d’un talon pour éviter de l’endommager, d’un fût et d’une flèche (reliés par un tourillon dans le cas de queues démontables). À l’extrémité de la flèche se trouve une virole sur laquelle est collé ou vissé un procédé[1]. Le procédé (parfois appelé pomérance en Belgique) est généralement une rondelle de cuir, d’un diamètre adapté à la virole, compris entre 9 et 14 mm en fonction de la taille des billes, du mode de jeu et/ou des préférences du joueur.

Billard_queue.png

Caractéristiques d'une queue[modifier | modifier le code]

Les queues peuvent être :

  • une pièce ou monobloc : le fût et la flèche sont collés.
  • 1/2 : le fût et la flèche sont vissés l'un à l'autre, ce qui permet de transporter plus facilement la queue.
  • 3/4 : la jointure se fait aux 3/4 de la flèche. La plupart des professionnels utilisent une queue 3/4 car la jointure dégrade beaucoup moins la qualité du coup. Il n'y a quasiment pas de différence avec une queue monobloc.
  • 3 pièces : Les queues ont 2 jointures, une à mi-queue (1/2) et l'autre aux trois quarts (3/4).
  • Avec une extension (à visser) : c'est le cas de toutes les queues de Snooker.
  • Avec une rallonge (à visser ou emmancher) potentiellement télescopique (surtout utile au snooker)

Le Procédé[modifier | modifier le code]

Destiné à recevoir la craie et à frapper la bille, la rondelle de cuir mono bloc ou multicouche (plus endurants) peut avoir une densité variable en fonction du toucher de bille souhaité ou du coup envisagé. Les procédés sont habituellement à coller, mais on trouve également des procédés à visser sur les queues d'entrée de gamme. Un procédé mou (soft) et long aura plus d'accroche pour plus d'effet qu'un procédé court et dur.

Un procédé se façonne et se change régulièrement. Pour le changer, il faut

  • faire sauter au cutter l'ancien procédé,
  • poncer ce qu'il reste de colle jusqu'à mettre parfaitement à nu la virole. la surface de la virole doit être parfaitement lisse pour que le collage se fasse de manière optimale
  • coller le nouveau procédé (légèrement plus large que la virole) avec de la colle cyanoacrylate
  • façonne le procédé
    • en amincissant le diamètre de ce dernier pour qu'il corresponde au diamètre de la flèche
    • en travaillant le procédé vers une forme de dôme, afin de garantir un contact optimal.

Avec le jeu les procédés ont toujours tendance à s'aplatir et à se dessécher, ce qui impacte grandement la qualité des effets et la précision du jeu. Il est recommandé de changer son procédé tous les 6 mois pour un jeu optimal.

La Virole[modifier | modifier le code]

La virole a pour but de fournir une surface plate pour un collage efficace du procédé (ou d'un filetage pour les procédés à visser). Elle a pour but également de répartir le choc dû à l'impact sur la flèche ainsi que de limiter les risques que cette dernière fende. La virole peut être soit en résine, soit en fibre de verre soit en métal (pour les flèches à faible diamètre). Les viroles en métal, par leur rigidité permettent de donner plus d'impact (vitesse) à la bille mais moins d'effet.

La Flèche[modifier | modifier le code]

Le but d'une flèche est d'être résistante aux chocs et souple pour transférer au mieux la force de l'impact et les effets. Le bois qui se prête le mieux à cet exercice est l'érable. Pour les débutants, il peut être recommandé de prendre des matériaux plus rigides, notamment en termes de facilité de jeu et d'accès financier. Le frêne voire la fibre de carbone peuvent être envisagés.

Les flèches peuvent être dépolies afin de faciliter la glisse. Il faut éviter de toucher la flèche avec le bleu lorsqu'on l'applique sur le procédé. En effet, le bleu étant extrêmement abrasif (même matière que le papier à poncer) il peut affaiblir cette dernière.

Enfin, certaines flèches ont leur extrémité évidée (côté virole) pour les alléger. Ceci à une grande influence sur la déflexion au moment de l'impact. Ces flèches sont souvent étiquetées "LD" (pour Low Deflection). Elles sont plus chères et présentent certains défauts, comma par exemple de dégrader la précision axiale du tir (la rotation intentionnelle de la queue autour de la main d'appui est augmentée). Elles sont surtout utilisées par les joueurs de billard américain (8-ball et 9-ball).

Le Fût[modifier | modifier le code]

Le fût permet de donner un poids à la queue, ses qualités mécaniques importent peu aussi les queues haut de gamme utiliseront des bois nobles et travaillés pour se différencier. Comme le fût est maintenu dans la main, sa texture peut être importante. Au final, certains joueurs recouvrent le fût d'un manchon afin d'alourdir la queue et ou obtenir un grip plus confortable.

Le Talon[modifier | modifier le code]

Le talon est en général composé de caoutchouc pour amortir la queue lorsque on la fait tenir sur le sol. Les queues de snooker ou de billard américain disposent quant à elles d'un filetage pour pouvoir y enclencher une extension.

Les queues spécifiques[modifier | modifier le code]

Le billard américain se joue avec au moins 3 queues :

  • une queue de casse, très rigide d'un gros diamètre, sans procédé ni virole.
  • une queue de jeu, classique
  • une queue de saut pour faire sauter la blanche au dessus d'une bille écran, cette queue est rigide avec un procédé dur, mais plus courte et légère que la queue classique.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le "billard" désignait initialement le bâton utilisé pour frapper les billes. Ce bâton était muni à sa tête d'une masse que l'on faisait glisser sur le tapis pour impacter les billes. Le bâton était tenu de manière inclinée un peu comme un balais. Cette manière de faire bouger les billes posait problème lorsque la bille était proche de la bande. Aussi les meilleurs joueurs étaient-ils autorisés à utiliser la queue du billard (le talon dirions-nous aujourd'hui) pour impacter les billes, malgré les risques de déchirement du tapis. Se rendant compte que la visée était optimisée (car on pouvait s'allonger sur la queue alors tenue horizontalement), jouer avec la queue du billard devint de plus en plus commun. D'ailleurs pour faciliter le jeu (en faisant glisser le talon à l'image de la masse) et prévenir les déchirements du tapis, les queues furent biseautées. Les queues de pool et de snooker ont gardé ce profilage encore de nos jours de manière purement esthétique.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. inventé par le professeur Mingard en 1823

Liens externes[modifier | modifier le code]

Matériel - queue de billard

Voir aussi[modifier | modifier le code]