Que sait-on vraiment de la réalité !?

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Que sait-on vraiment de la réalité !?
Titre original What the Bleep Do We Know!?
Réalisation William Arntz
Betsy Chasse
Mark Vicente
Scénario William Arntz
Betsy Chasse
Mark Vicente
Acteurs principaux
Durée 109 min
Sortie 2004

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Que sait-on vraiment de la réalité !? (What the Bleep Do We Know!?) est un docu-fiction sorti en novembre 2007.

Les sujets abordés par ce docu fiction sont la neurologie, la physique quantique, la psychologie, l'épistémologie, l'ontologie, la métaphysique, la pensée magique, et la spiritualité. Ceux-ci étant traités du point de vue d'une photographe sourde, elle-même confrontée à ce questionnement, et régulièrement illustrés d'images de synthèse.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Filmé à Portland, dans l'Oregon, Que sait-on vraiment de la réalité !? mélange les genres entre documentaire et fiction, incluant interviews de spécialistes, séquences de fiction et illustrations en images de synthèse. Le film présente un point de vue sur l'univers physique et la vie qu'il renferme afin de démontrer l'existence d'un lien entre science (neurosciences, physique quantique, etc.) et spiritualité.

Les idées traitées sont les suivantes :

  • l'univers se construit non pas par la matière, mais par la pensée (ou les idées) ;
  • ce qui fut longtemps considéré comme « un espace vide » est loin d'être vide (cf. Énergie sombre) ;
  • nos croyances sur qui nous sommes et ce qui est réel ne se résument pas à de simples observations, mais plutôt à la façon dont nous appréhendons la réalité ;
  • les peptides produits par notre cerveau provoquent une réaction physiologique donnant de nouvelles perspectives à la notion de pensée positive.

Controverse[modifier | modifier le code]

Selon Physics Today, sous couvert d'arguments scientifiques, Que sait-on vraiment de la réalité !? cherche à promouvoir les pseudo-sciences [1].

« Qu’est-ce que la réalité !? » est un docu-fiction pseudo-scientifique, traité avec un éventail d’idées issues du New Age qui récupèrent les concepts de la physique selon un usage jugé hors contexte par la majorité des scientifiques. Le film a été produit par l’école de l’Illumination de Ramtha, fondée par Judy Zebra Knight, qui a affirmé que ses enseignements étaient basés sur son dialogue avec une entité désincarnée âgée de 35000 ans et nommée Ramtha. J.Z. Knight a fait un usage controversé de certains aspects de la mécanique quantique, y compris le principe d’incertitude de Heisenberg et « l’effet de l’observateur », ainsi que de la biologie et la médecine[2]. De nombreux critiques ont rejeté le film comme entrant dans la catégorie des pseudo-sciences. En France, le rapport 2010 de la Miviludes présente le groupe Ramtha comme suspect en raison de ses thèses apocalyptiques et des conditions des stages[3].

John Gorenfeld rapporte que les trois coréalisateurs du film sont des membres actifs de l'École de Sagesse de Ramtha (Ramtha's School of Enlightenment), un culte fondé autour des révélations que Judy Zebra Knight prétend recevoir d'une entité lémurienne nommée Ramtha[4].

Le Guardian Unlimited a également publié les réactions de certains membres de la communauté scientifique britannique dont Richard Dawkins, Clive Greated, Simon Singh et João Magueijo. D'ailleurs, d'après ce dernier, membre du Imperial College, le film déforme délibérément la science[5].

Le physicien David Albert qui apparaît dans le « documentaire » s'est dit « outrageusement choqué » du produit final du film. Dans une entrevue accordée au magazine Popular Science, M. Albert raconte qu'il a passé plus de quatre heures avec les réalisateurs du film leur expliquant que la mécanique quantique n'avait rien à voir avec la spiritualité et le domaine de la conscience. Après avoir soigneusement déformé les propos du physicien lors du montage, les réalisateurs auraient présenté M. Albert comme étant en parfait accord avec le discours tenu par le « Guerrier Lémurien ». « J'ai été extrêmement crédule mais j'ai eu ma leçon », a-t-il déclaré au magazine[6].

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Production et scénario[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Témoignages[modifier | modifier le code]

Effets visuels[modifier | modifier le code]

  • Evan Jacobs – Supervision des effets spéciaux
  • Atomic Visual Effects – Animation du cerveau
  • Mr. X Inc – Animation des cellules
  • Lost Boys Studios – Effets rabbit-hole

Récompenses[modifier | modifier le code]

Suites[modifier | modifier le code]

  • Il existe un coffret de 6 DVD, sorti le 1er août 2006, contenant deux versions longue durée de What the Bleep Do We Know!? ainsi qu'une suite, nommée What the Bleep!? – Down the Rabbit Hole[9].
  • What the Bleep do we know!? est également le titre du livre qui reprend en détail tous les thèmes présentés dans le documentaire. Il fut publié pour la première fois en 2005 par Health Communication, Floride, USA. Ce livre fut édité en français en 2007[10] sous le titre Que sait-on vraiment de la réalité ? par Ariane Éditions inc, Québec, Canada, (ISBN 978-2-89626-024-9).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Fred Kuttner et Bruce Rosenblum, « Teaching physics mysteries versus pseudoscience », Physics Today, American Institute of Physics, vol. 59, no 11,‎ , p. 14 (lire en ligne). John Gorenfeld utilise même le terme de secte pour qualifier ce mouvement.
  2. http://www.abc.net.au/science/features/bleep/ What the Bleep are they On About?! Australian Broadcasting Corporation
  3. http://www.miviludes.gouv.fr/sites/default/files/publications/francais/ra2010_mise_en_ligne.pdf Rapport 2010 de la Miviludes, voir page 81.
  4. (en) John Gorenfeld, « "Bleep" of faith », Salon,‎ (lire en ligne)
  5. "The minds boggle".The Guardian Unlimited'
  6. Article dans le magazine Popular Science
  7. (Catholic International Theological Commission, qui a démissionné du lycée de Maynooth en Irlande (Maynooth College) à la suite d'une déclaration privée effectuée concernant une affaire d'abus sexuel sur mineur (cf. "Irish Times", article du 1er/06/2002)
  8. « 2004 Pigasus awards »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 8 avril 2013) James Randi Educational Foundation
  9. BOX OFFICE MOJO
  10. Traduction de Jean Hudon

Lien interne[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]