q-symbole de Pochhammer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant les mathématiques
Cet article est une ébauche concernant les mathématiques.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

En combinatoire, le q-symbole de Pochhammer est un symbole permettant de noter facilement certains produits. C'est l'élément de base des q-analogues. C'est le q-analogue du symbole de Pochhammer défini par Leo Pochhammer.

Définition et notations[modifier | modifier le code]

Le q-symbole de Pochhammer est[1] :

avec

.

On peut étendre la notation à des produits infinis :

On note parfois , lorsqu'il est clair que la variable est .

Fonctions génératrices de partitions[modifier | modifier le code]

Un grand nombre de séries génératrices représentant des partitions peuvent être exprimées de façon compacte avec ces symboles. Par exemple, celle du nombre de partitions de l'entier peut s'écrire :

.

Notons que l'on retrouve ici l'inverse de la fonction d'Euler.

Identités[modifier | modifier le code]

L'une des identités les plus simples est le théorème q-binomial[2] (exprimé ici avec la notation compacte) :

,

dont des cas particuliers sont les deux identités d'Euler :

.

On peut aussi réécrire des théorèmes, comme le théorème des nombres pentagonaux : , ou encore le triple produit de Jacobi.

Les calculs sur les q-séries permettent aussi de trouver des égalités entre objets combinatoires sans expliciter de bijection, c'est le cas par exemple des identités de Rogers-Ramanujan.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Eric W. Weisstein, « q-Series », MathWorld
  2. (en) George Gasper, « Lecture notes for an introductory minicourse on q-series »,‎ (arXiv math.CA/9509223), p. 3.