Pyxide d'al-Mughira

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pyxide d'al-Mughira
Pyxid Al Mughira OA 4068.jpg

Pyxide d'al-Mughira

Date
Type
Technique
Dimensions
(H)
15 cm ; 8 cm de diamètre
Localisation
Propriétaire
Numéro d’inventaire
OA 4068[1]

La pyxide d'al-Mughira est une boîte en ivoire taillée d'un seul bloc dans une défense d'éléphant (le fond n'a donc pas été rapporté), réalisée en al-Andalus en 968. Retrouvée dans la ville califale de Madinat al-Zahra, elle constitue un chef d'œuvre de l'art islamique de cette période par son décor extrêmement fin et détaillé. Elle est conservée au musée du Louvre depuis son acquisition par le musée en 1898.

Description[modifier | modifier le code]

Le décor de cet objet circulaire est réalisé avec une grande maîtrise technique, le décor s'enfonçant sur 1,5 cm alors que l'épaisseur totale de la paroi est de 1,8 cm. Il s'organise en plusieurs médaillons polylobés, autour desquels et dans lesquels se trouvent différentes scènes figuratives et animales et des motifs végétaux. Entourant le couvercle court une inscription en arabe koufique qui donne le nom d'al-Mughira, dernier fils du calife Abd al-Rahman III.

Les décors sont souvent organisés de manière symétrique : dans un cartouche, deux personnages se tournant le dos portent la main vers des nids de faucon de part et d'autre d'un arbre, dans un autre, un musicien joueur de luth se trouve debout entre deux personnages assis. On note aussi la présence de chasseurs affrontés de part et d'autre d'un palmier, d'animaux combattants et de symboles royaux, comme le paon. Si certaines scènes (animaux affrontés ou combattant, musiciens) sont conformes à l'iconographie des plaisirs princiers, fréquente dans les arts de l'Islam, d'autres sont uniques et posent des difficultés d'interprétation.

Francisco Prado-Vilar, et plus tard Sophie Makariou, proposent d'y voir une allégorie du pouvoir, le palmier, arbre oriental par excellence, symbolisant l'exil de la dynastie, et les faucons dont on dérobe les œufs ou que les chiens mordent, les Umayyades.

La destination d'un tel objet elle aussi est sujette à caution. La pyxide renfermait sûrement des objets ou des matériaux précieux, comme du fard, des bijoux ou des parfums.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Sophie Makariou, L'Andalousie arabe, Hazan - Les Ateliers du monde, 2000 (ISBN 978-2850257520).
  • Collectif, Les Andalousies de Damas à Cordoue, Hors série de la revue L'Œil, 2000 (ISBN 978-2843700651)
    Catalogue de l'exposition à l'Institut du monde arabe 28 novembre 2000 / 15 avril 2001
  • Sophie Makariou, La Pyxide d'al-Mughira, Somogy éditions d'art, Collection Solo, Paris, 2011 (ISBN 978-2757204771)
  • (en) Francisco Prado-Vilar, Circular Visions of Fertility and Punishment: Caliphal Ivory Caskets from al-Andalus, Muqarnas 14, 1997, pp. 19-41.
  • (en) Francisco Prado-Vilar, Enclosed in Ivory: The Miseducation of al-Mughira, Journal of the David Collection 2.1, 2005, pp. 138-163.