Purikura

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Une cabine de purikura

Les purikura (プリクラ?) font référence à un type de photographies de divertissement prises en cabines, très répandues au Japon et à Taïwan. Ces machines sont plus grandes qu'un photomaton classique, et offrent de nombreuses options.

Origine et usages[modifier | modifier le code]

Le mot purikura est la contraction de print club (プリント倶楽部, purinto kurabu?) dans la prononciation japonaise, un exemple de wasei-eigo (de l'« anglais » qui n'existe qu'en japonais)[1]. Conjointement développé par Atlus et Sega, le premier purikura a été vendu en 1995 au Japon[1], et print club est une marque déposée.

Ces cabines photographiques sont extrêmement populaires au Japon ainsi qu'à Taïwan[réf. souhaitée] : beaucoup de salles d'arcade ont un niveau entièrement dédié à ces machines. Il existe quelques cabines de purikura en Europe. Le purikura est généralement utilisé par les adolescents, et plus particulièrement les filles, mais pas exclusivement. Beaucoup de jeunes filles emportent partout avec elles leurs albums de photos purikura pour les montrer et les échanger avec leurs amies[1].

Initialement, les purikura étaient principalement présents dans les salles d'arcade, mais on en trouve aujourd'hui dans les parcs d'attractions, les centres commerciaux et les gares à travers tout le Japon[1].

Description[modifier | modifier le code]

Une cabine typique est suffisamment grande pour accueillir huit personnes, et certaines sont encore plus grandes. Cela coûte environ 400 yens par tour[1]. Quand de la monnaie est insérée, entre deux et dix images différentes peuvent être prises. La pose la plus commune est de faire le signe V. Parfois, des perruques et autres outils de cosplay, à utiliser dans la machine, sont à louer par toute personne que cela pourrait intéresser.

Quand les images sont prises, les occupants sélectionnent celles qu'ils veulent garder et les impriment via un écran tactile. Les images peuvent être alors décorées sur l'écran avec un nombre considérable de tampons virtuels, bordures, textes[1]... Durant ce temps, de la musique J-pop est souvent jouée et une voix suraiguë de femme dirige les occupants dans les différentes étapes via des ordres tels Uan, Tsu, Surii, Pouzu (la prononciation japonaise des mots anglais One, Two, Three, Pose).

Finalement, le nombre et la taille des images à imprimer sont choisies, et après quelques minutes, les photos sont imprimées, sur des feuilles de papiers colorées, à découper et partager au sein du groupe. Généralement, le côté face peut être enlevé, les photos devenant alors autocollantes[1].

Il existe de nombreuses variations de ces cabines. Certaines images peuvent être prises sous différents angles dans la cabine, d'autres font des impressions sur des papiers spéciaux, d'autres cabines encore ont des fonds différents interchangeables, sont décorées avec des faux décors, utilisant différents éclairages, ou permettant encore d'ajouter des logos de marques déposées tel Hello Kitty. Les machines de purikura ont différents cadres (les images autour des photos), typiques de chaque machine réparties dans tout le Japon : ainsi, des personnes suffisamment motivées se prennent en photo dans chacune d'elles, complétant ainsi leur collection.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g Prenez-vous en « purikura » avec vos amis, Nippon.com, le 20 septembre 2015

Sur les autres projets Wikimedia :