Prévention primaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), la prévention primaire désigne l'ensemble des actes destinés à diminuer l'incidence d'une maladie ou d'un problème de santé, donc à réduire l'apparition des nouveaux cas dans une population saine[1] par la diminution des causes et des facteurs de risque[2]. L'OMS emploie aussi le terme de protection spécifique en tant qu'ensemble de mesures applicables à une maladie ou groupe de maladies pour en bloquer les causes avant qu'elles n'agissent sur l'homme ; en d'autres termes, pour empêcher la survenue de la maladie[3]. En agissant en amont, avant l'apparition de la maladie et de ses symptômes, cette prévention empêche l'apparition de cette maladie. Elle utilise l'éducation pour la santé, la promotion de la santé et l'information auprès de la population.

C'est une bonne prévention pour autant qu'elle puisse aboutir à l'éradication de la maladie en supprimant sa cause. Ce qui a été le cas, par exemple, pour la variole qui fut éradiquée grâce à des campagnes de vaccination massive menées par l'OMS. On la retrouve à l'échelon de l'individu dans la mesure où il répond aux diverses recommandations émises par les instances de santé publique touchant, par exemple, l'hygiène bucco-dentaire, physique ou alimentaire. Enfin, elle existe également sous forme de prévention primaire collective, avec des mesures de salubrité, l'élimination de déchets, la distribution d'eau potable, etc.

La prévention primaire est un élément essentiel de la santé publique. À ce titre, la prévention primale[4], en tant que composante de prévention primaire, est actuellement promue en raison de son bien-fondé à la lumière des apports des sciences fondamentales du vivant - en particulier de l'épigénétique[5] - et des récentes observations d'épidémiologie sociale dans les sociétés développées[6].

Les préventions primale et primaire précèdent les préventions dites secondaire et tertiaire (v. chapitre La prévention).

Prévention primale[modifier | modifier le code]

On a réuni sous l'expression prévention primale l'ensemble des mesures visant à favoriser le décours physiologique de la gestation et le bien-être du fœtus et du nouveau-né jusqu'à un an[7]. De tels efforts se justifient pleinement à la lumière du lien qui a été démontré, grâce aux développements récents de la biologie moléculaire, entre les impacts épigénétiques de l'environnement du fœtus et du nouveau-né et la santé du futur adulte[8],[9],[10]. En tant que promotion de la santé à long terme par excellence, la prévention primale est potentiellement la plus puissante des composantes de la prévention primaire. Les objectifs types des stratégies de prévention primale sont :

  • mettre à portée des futurs parents une information fiable quant aux conséquences défavorables, pour la santé future de leur enfant, des impacts épigénétiques du stress parental au cours de sa période primale[11];
  • accorder suffisamment de congé parental aux deux parents (ou à défaut avoir recours à des proches aidants), afin qu'ils puissent se protéger du stress sociétal[12],[13];
  • leur accorder une aide financière ponctuelle dans les cas où elle s'impose.

Prévention primaire et prophylaxie[modifier | modifier le code]

Si les deux termes sont très proches et parfois employés indifféremment, le terme « prophylaxie » tend de plus en plus à être réservé, dans le domaine de la santé publique, pour désigner un ensemble d'actions mises en œuvre pour protéger une personne ou une population contre des maladies transmissibles (épidémie, endémie)[14]. Il s'ensuit un certain nombre de directives[15] ou de procédures[16] à respecter dans le cadre d'une prophylaxie (physique ou chimique) dans une situation à risque. Par exemple :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF] Organisation mondiale de la santé, « Glossaire de la promotion de la santé », (consulté le 9 juin 2013)
  2. Banque de données en santé publique, « Glossaire multilingue » (consulté le 10 juin 2013)
  3. OMS, « Résolution des problèmes de santé mentale »,
  4. « http://www.preventionprimale.org »
  5. Darnell, James, RNA, Life's Indispensable Molecule, Cold Spring Harbor Laboratoy Press,2011,416 p., isbn=978-1-936113-19-4
  6. Wilkinson, Richard & Pickett, Kate,The Spirit Level, Penguin Books, Allen Lane, 2009,331 p., isbn=9781846140396
  7. Odent, Michel, Primal Health Research Database du Primal Health Researh Centre (London), que l'on trouve sur le site www.birthworks.org/primalhealth. Version française: Base de données - Database www.smar.info/article-2464845.html
  8. Gluckman PD, Hanson MA, Cooper C, Thornburg KL, Effect of in utero and early-life conditions on adult health and disease, The New England journal of medicine,359, 1, pp. 61-73, 2008
  9. Gollwitzer, Eva S., Marsland, Benjamin J., Impact of Early-Life Exposures on Immune Maturation and Susceptibility of Disease, Published Online: October 20, 2015, Elsevier Ltd. Published by Elsevier Inc.
  10. Scherrer, Urs, et al., Systemic and Pulmonary Vascular Dysfunction in Children Conceived by Assisted Reproductive Technologies, Circulation 125(15):1890-617, 2012
  11. Perry, Bruce D, Maltreated Children: Experience, Brain Development and the Next Generation, Norton Professional Books, 1996
  12. [6, op. cit.]
  13. Garcia, Patricia, Why Silicon Valley's Paid Leave Policies Need to Go Viral, Vogue, culture, opinion, 2015
  14. Didier Lavergne, « Prophylaxie », Encyclopædia Universalis,
  15. Organisation mondiale pour la santé, « Directives sur l’utilisation du cotrimoxazole pour la prophylaxie chez l’enfant, l’adolescent et l'adulte », OMS,
  16. Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), « Prophylaxie des infections conjonctivales du nouveau-né », (consulté le 10 juin 2013)
  17. VIH.org, « La prophylaxie pré-exposition (PrEP) »
  18. (en) Wilson W et al., « Prevention of infective endocarditis: guidelines from the American Heart Association », Journal of the American Dental Association, vol. 139, no Suppl.,‎ , p. 3S-24S (PMID 18167394, lire en ligne) modifier

Voir aussi[modifier | modifier le code]