Pot à feu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le pot à feu est un ornement architectural composé d'un vase en pierre en ronde bosse surmonté d'une flamme.

Ce motif, utilisé surtout à partir du XVIe siècle, se retrouve principalement dans l'architecture classique et dans l'architecture baroque; il est inspiré de pièces d'artifice en forme de pot et remplies de fusées. Il est habituellement placé en amortissement.

Le pot à feu dans l'architecture baroque religieuse[modifier | modifier le code]

Dans l'architecture baroque religieuse, les pots à feu sont fréquemment utilisés pour sommer les frontons à volutes qui couronnent les façades des églises baroques.

Belgique[modifier | modifier le code]

On les retrouve, par exemple en Belgique, au fronton de l'église Notre-Dame du Finistère à Bruxelles, de la chapelle Sainte-Anne de Bruxelles, de la chapelle Notre-Dame des Affligés de Jumet, de l'église Notre-Dame-au-Bois de Jezus-Eik, de l'église Saint-Michel de Louvain et de l'église Saint-Loup de Namur.

Le pot à feu dans l'architecture baroque civile[modifier | modifier le code]

À la même époque, les pots à feu sont également utilisés dans l'architecture baroque civile : ils ornent le fronton de plusieurs maisons baroques de la Grand-Place de Bruxelles (1697-1699) ainsi que la cour de marbre et la cour royale du château de Versailles (1679-1680), où on en compte pas moins de cinquante-huit[1].

Le pot à feu dans l'architecture classique[modifier | modifier le code]

L'architecture classique recourt également à ce motif ornemental mais de façon plus variée : à l'abbaye de Parc à Louvain, les pots à feu ornent le portail et le clocher alors qu'à la cathédrale Saint-Aubain de Namur, ils décorent les parties latérales de la façade.

En architecture militaire, il est très utilisé avec pièce d'artifice, comme à l'hôtel des Invalides[2].

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  1. Grand Versaille numérique
  2. Évelyne Thomas, Vocabulaire illustré de l'ornement, Eyrolles, 2016, p. 233