Postal²

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Postal.
Postal²
Éditeur Whiptail Interactive
Développeur Running With Scissors

Date de sortie 2003
Version Postal 2: 1337
Postal 2 STP: 1409
Postal 2 AW: 1411
Genre jeu de tir subjectif
Mode de jeu Un joueur, Multijoueur
Plate-forme Windows, Mac OS, Linux
Média CD-ROM, téléchargement
Langue Anglais (usa)
Contrôle clavier, souris

Moteur Unreal Engine 2.0
Configuration minimum - PC
Processeur 733 MHz
Mémoire vive 128 Mo
Carte graphique 32 Mo

Postal² est un jeu vidéo de tir subjectif d'une très grande violence, développé par le studio Running With Scissors en 2003 sur PC. Interdit de vente dans de nombreux pays dont la France, de par la violence gratuite proposée aux joueurs, le jeu est devenu célèbre grâce à Internet.

Il constitue la suite du jeu Postal sorti en 1997, lui-même ayant été très controversé.

Le terme « postal » vient ici de l'expression américaine « Going postal (en) » qui signifie littéralement « commettre des meurtres en masse ». Cette expression fait référence à une série de massacre perpétrés dans les années 1970 par des employés des Postes aux États-Unis d'Amérique.

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Le joueur incarne un marginal qui a une tendance aux comportements hystériques, le Postal Dude. C'est un homme grand et fin, qui porte des lunettes de soleil et un grand manteau noir. Le jeu se passe dans la ville fictive d'Arizona appelée Paradise, et se découpe en 5 jours, du lundi au vendredi. Le joueur doit effectuer diverses tâches tout au long de chacune de ses journées.

Par exemple, la première mission consiste à aller chercher le chèque de la paie dans une société de jeux vidéo. Mais cette dernière est prise d'assaut par des manifestants contre la violence dans les jeux vidéo. Les missions suivantes varient entre déposer le chèque à la banque, diverses courses à faire, de la visite à la famille, rendre un livre à la bibliothèque… Mais souvent, un évènement indépendant de Postal Dude rendra la mission plus difficile. En ce qui concerne les achats, il s'avère vite que le chèque de départ n'est pas suffisant pour tout prendre. Le joueur se verra alors contraint de trouver de l'argent en tuant des passants, en pénétrant dans les maisons, en faisant un casse à la banque… ou alors d'attaquer le vendeur pour ne pas avoir à payer. La situation peut donc engendrer beaucoup de violence gratuite.

À l'instar de la série Grand Theft Auto, le jeu cherche à être non-linéaire en permettant au joueur d'explorer Paradise. Toutefois, et comme le fait également GTA, les premiers niveaux se passent dans une zone délimitée, qui s'ouvre en progressant dans le jeu.

Chaque jour qui passe, les passants sont de mieux en mieux armés, de nouveaux équipements sont disponibles, comme des armures à la place du gilet de protection en kevlar, les représentants de l'ordre laissent place à des militaires.

L'aire de jeu est découpée en plusieurs zones, qui nécessite un temps de chargement pour passer de l'une à l'autre.

Le jeu comporte également un caméo de Gary Coleman qui fait une brève apparition durant une mission où le joueur doit obtenir son autographe.

Les voitures sont présentes dans le jeu, mais ne peuvent être conduites.

Remarque  : Il existe un niveau caché (présent uniquement sur l'addon Share the Pain ou une fois le patch 1337 installé) derrière la caravane que le Postal Dude habite, dans un tunnel menant aux égouts. Ces égouts sont habités par des milliers de fanatiques au physique de talibans. En évoluant dans ces égouts, vous pourrez trouver une arme bactériologique inédite et des murs de prière, entre autres. De même, le tunnel secret à sens unique (vous ne pouvez l'emprunter que dans un sens) qui part de la réserve du magasin repère de « talibans » et arrive dans un buisson devant la bibliothèque permet de récupérer un lance-roquettes et de se mesurer pour cela avec des chiens morts-vivants.

Controverse[modifier | modifier le code]

Les développeurs réfutent les critiques sur la violence de leur jeu en expliquant que le joueur est libre, et qu'il est seul à décider ou non, de l'utilisation de la violence pour arriver à ses fins. Les développeurs font remarquer que les différentes missions à accomplir peuvent s'effectuer sans que le joueur ne génère de violence, mais celui-ci peut délibérément la créer[réf. nécessaire].

Malgré cela, les critiques considèrent que le jeu incite le joueur à avoir un comportement de tueur. En effet, des groupes d'habitants de Paradise peuvent également attaquer le joueur rien que parce qu'ils le détestent. Il existe d'ailleurs des groupes contre à peu près tout, contre la violence des jeux vidéo, contre la destructions des arbres pour faire des livres (manifestants qui mettront feu a la bibliothèque). Enfin, il y a souvent de longues queues durant les missions ce qui souvent pousse à tirer dans le tas afin d'aller plus vite[réf. nécessaire].

Kimveer Gill, le tueur du collège Dawson à Montréal (Québec), jouait régulièrement à toutes les versions de Postal et s'habillait quotidiennement comme le Postal Dude dont il avait en outre l'apparence physique. Depuis la tuerie du 13 septembre 2006, l'interdiction de vente des jeux du genre est de plus en plus évoquée au Québec et au Canada[réf. nécessaire].

Un bon nombre d'éléments du décor comme les noms de magasins ont un rapport avec la violence et l'humour noir. Par exemple, sur les publicités pour une assurance-vie, le slogan utilisé est « Hey Kids! Your parents are going to DIE! », « Eh les Enfants ! Vos parents vont MOURIR ! »)

Série[modifier | modifier le code]

La série est actuellement constituée de quatre volets :

  • Postal² :
    • Postal²: 1337 Patch permettant d'avoir de nouvelles armes et débloquant des codes,
    • Postal²: Apocalypse Week-end Nouveau mods avec une toute autre histoire se déroulant dans de nouveaux lieux,
    • Postal²: AW7 reprenant le jeu d'origine postal mais sur 7 jours au lieux de 5 avec plus de 30 armes différentes comme la sainte grenade, la faux de la mort, des seringues empoisonnées, des futs de Zyklon B, la machette etc.,
    • Postal²: Share the Pain, comportant un mode multijoueur,
    • Postal²: Share the Pain Free Multiplayer, comportant un mode multijoueur en téléchargement gratuit,
    • Eternal Damnation est un Mod de jeu qui est sorti en 2006, c'est un projet amateur accepté par RWS produit par Resurrection Studios. Contrairement à la plupart des mods de Postal (tels que A Week In Paradise), Eternal Damnation met en scène un nouveau personnage, dans des cartes totalement inédites,
    • A Very Postal Christmas est un mod développé par Resurrection Studios, ce mod reprend les aventures de Postal Dude, le héros de Postal², dans un tout nouvel environnement enneigé ;

De nombreuses mises à jour et extensions en tous genres (armes supplémentaires, nouveaux codes de triche, traduction des textes en français…) ont vu le jour, notamment les extensions Apocalypse Weekend (par Running With Scissors) comportant deux jours supplémentaires (le samedi et le dimanche, d'où le nom), ou Apocalypse Weekend 7Days, qui permet de jouer les sept jours sans interruption, et qui est maintenant renommé A Week in Paradise en intégrant la plupart des armes de Eternal Damnation et en supprimant quelques parties soumises au droit d'auteur.

Le film Postal a été tourné en 2007, produit et réalisé par Uwe Boll.

Notes et références[modifier | modifier le code]


Liens externes[modifier | modifier le code]