Pornocratie pontificale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Pornocratie)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Théodora et Marozie.

La pornocratie pontificale[1], parfois abrégée en pornocratie, est une expression qui désigne, dans l'historiographie traditionnelle, une période particulière de la papauté de 904 à 963. Cette période est qualifiée ainsi par le cardinal Baronius au XVIe siècle puis par les historiens allemands du XVIIIe siècle qui utilisent l'expression « Römisches Hurenregiment » signifiant littéralement « gouvernement romain des putains[2] ».

Définition[modifier | modifier le code]

Selon l'historiographie traditionnelle, cette période de l'histoire pontificale serait marquée par une papauté sous influence de courtisanes de la famille du « sénateur » Théophylacte : essentiellement Théodora l'Ancienne, épouse de ce dernier, et ses deux filles Théodora la Jeune et Marozie (mère d'Albéric II).

Les intrigues menées par quelques familles de la grande noblesse romaine conduisirent quelquefois à placer sur le siège épiscopal des laïcs incompétents[3].

Théophylacte, grand dignitaire du Latran (vestiarius), donna sa fille Marozie pour épouse à Albéric, un noble de Spolète d'origine franque. Ce dernier se posa un temps en rival du pape Jean X avant d'être tué. Son fils, Albéric II, devint patrice de Rome, contrôlant ainsi tout le Latium, et il fit son fils pape à l'âge de seize ans (Jean XII).

Les chroniqueurs du Moyen Âge, dont notamment Liutprand de Crémone, rapportent que la période fut marquée par la débauche, des actes de cruauté et des sacrilèges. Cependant, l'historiographie actuelle a largement relativisé cette vision, et assimile ces exagérations au fait d'écrivains partisans de l'empereur Otton. La période dite de la « pornocratie » étant en effet censée s'achever quand Otton le Grand, roi de Germanie, déposa Jean XII, plaçant son favori sur le siège épiscopal, et lançant la « restauration impériale ».

Liste des papes installés[modifier | modifier le code]

Autre acception[modifier | modifier le code]

  • Dans le vocabulaire contemporain, un pornocrate est un prosélyte de l'activité commerciale liée à la pratique de la pornographie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Anne-Marie Helvétius et Jean-Michel Matz, Église et société au Moyen Âge : Ve-XVe siècle, Paris, Hachette supérieur, coll. « Carré histoire » (no 68), [2e éd.] (réimpr. 2015) (1re éd. ), 302 p., 21 cm (ISBN 2-01-140336-7, 978-2-01-140336-0, 2-01-270919-2 et 978-2-01-270919-5, OCLC 870677104, notice BnF no FRBNF3770889b, SUDOC 176378464), partie 2, chap. 6 (« Les conflits d'intérêt au sein l'Église carolingienne »), p. 94 [lire en ligne (page consultée le 16 décembre 2015)].
  2. Jacques Brosse, Histoire de la chrétienté d'Orient et d'Occident, Albin Michel, , p. 400.
  3. Liutprand de Crémone écrit notamment que Jean XII ignorait la grammaire latine [1].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]