Théodora Ire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Théodora Ire
Marozia e Teodora.jpg

Portrait de Marozie et Théodora

Fonction
Sénatrice
Biographie
Décès
Conjoint
Enfant

Théodora Ire ou Théodora l'Ancienne (née vers 870 et morte après 916), aristocrate romaine, est l'épouse du vestararius et magister militum Théophylacte, la mère de Marozie et la grand-mère du pape Jean XI.

Biographie[modifier | modifier le code]

Senatrix et serenissima vestaratrix de Rome, elle fut la concubine du pape Serge III, dont le pontificat, autant qu'on le connaît, ne se signala par rien d'autre que par les débordements de la pornocratie de Théodora et de ses filles ; c'est une période qu'on a appelée le « règne des Catins » ou le « gouvernement romain des putains ».

Theodora fut la grand-mère du pape Jean XI (un fils de Marozie) et — selon Liutprand de Crémone et le Liber Pontificalis — du pape Serge III. Une troisième source contemporaine, pourtant — l'annaliste Flodoard (c. 894-966) —, dit que Jean XI était le frère d'Albéric II, ce dernier étant issu de Marozia et son mari Albéric I. En ce cas Jean serait probablement lui aussi le fils de Marozia et d'Albéric Ier.

Theodora a été qualifiée par Liutprand de « prostituée éhontée... qui a exercé le pouvoir sur la communauté romaine comme un homme. » Mais cet évêque de Crémone a été décrit par la Catholic Encyclopedia comme souvent injuste envers ses adversaires[1] et il pourrait être partial dans ses jugements ; au reste un autre historien de l'époque, Eugenius Vulgarius, va jusqu'à écrire que Théodora « était remplie de vertus authentiques »[2], ce qui est exagéré dans l'autre sens.

Théodora dite l'Ancienne
 ép. Théophylacte
 │
 └─Marozie (?-?). 
   1) 905 relation supposée avec Serge III (pape) donnant Jean XI
   2) 906 ép. Albéric Ier  :  enfants (Jean XI?), Albéric II
   3) 925 ép. Guy de Toscane (cf. Carolingiens)
   4) 932 ép. Hugues d'Arles (cf. Bosonides) (demi-frère par la mère du précédent)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. On lit à l'article le concernant : « he is ever a strong partisan and is frequently unfair towards his adversaries. »
  2. George L. Williams, Papal Genealogy: The Families And Descendants Of The Popes, Éditions MacFerland, 1998, Jefferson (Caroline du Nord), p. 13.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]