Sexualité des papes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le pape Jules III (1487-1555), accusé d'avoir eu des relations sexuelles avec le cardinal Innocenzo Ciocchi del Monte par l'ambassadeur de Venise.

La sexualité des papes, bien que le célibat sacerdotal soit la règle dans l’Église catholique, est un sujet d'étude pour les historiens.

Plusieurs papes de l’Église catholique romaine auraient eu des activités sexuelles avant ou après leur élection au pontificat, et d'autres étaient formellement mariés. Hormis dans ce dernier cas, de telles relations étaient réalisées sans le sacrement du mariage et contrevenaient à la règle du célibat sacerdotal.

Sur les 266 papes, vingt auraient eu des activités sexuelles, et quelques-uns d'entre eux ont même eu des enfants illégitimes. Certains furent également décrits comme ayant eu des relations homosexuelles ou incestueuses, notamment par des adversaires ou opposants politiques.

D'après la Bible et les conciles[modifier | modifier le code]

Durant plusieurs siècles, le célibat des prêtres n'était pas une règle stricte. En vertu des mœurs de l'époque, il ne fait aucun doute que la plupart des Apôtres de Jésus étaient mariés et avaient une famille. Dans le Nouveau Testament (Mc 1:29–31; Mt 8:14–15; Lc 4:38–39; 1 Tim 3:2, 12; Tit 1:6), il apparaît clairement que Pierre était marié, et que les évêques, les prêtres et les diacres de l'Église des premiers siècles l'étaient également. Par ailleurs, le fait que la majeure partie des membres du clergé étaient alors mariés est également mentionné dans l'épigraphie, dans les déclarations des Pères de l'Église, dans la législation issue des synodes et dans les décrets de la papauté. Le célibat n'était pas exigé des candidats à l'ordination, mais il existait toutefois dans le christianisme ancien, pratiqué notamment par les premiers moines et les ermites.

Bien que certains conciles locaux aient exigé le célibat du clergé dans certaines régions, ce n'est qu'après le Deuxième concile du Latran (1139) que l'Église latine décide de n'accepter comme candidat à l'ordination que les hommes ayant fait vœu de célibat[1]. Les raisons de cette décision ne sont pas claires : d'ordinaire, le célibat était considéré comme un état plus précaire que le mariage, gage de stabilité, mais le mariage des prêtres a parfois posé le problème du legs de biens d'Église à l'épouse ou aux enfants. Par conséquent, bien qu'il s'agisse d'une tradition multi-séculaire, le célibat sacerdotal n'a pas de fondement doctrinal et relève uniquement de la politique de l'Église. Si c'était le cas, les diacres ne pourraient pas se marier, tout comme le clergé des Églises catholiques de rite oriental.

En somme, l'Église catholique considère comme célibataire une personne non mariée. Le célibat ne signifie cependant pas abstinence sexuelle, mais il l’entraîne néanmoins, dans la mesure où les relations sexuelles hors mariage sont proscrites.

Papes mariés avant leur ordination[modifier | modifier le code]

Le pape Clément IV (1265-1268), marié et père de deux filles avant d'entrer dans les ordres.
  • Saint Pierre (Simon-Pierre), apôtre de Jésus et premier évêque de Rome. Il est fait mention de sa belle-mère dans les Évangiles (Mt 8:14–15, Lc 4:38, Mc 1:29–31). Clément d'Alexandrie relève que « Pierre et Philippe eurent des enfants », et écrit : « Quand Pierre, béni soit-il, vit sa femme sur le point de mourir, il se réjouit de son retour auprès du Tout-puissant, et eut des mots très encourageants et réconfortants, s'adressant à elle par son nom et lui disant : "Souviens-toi du Seigneur." Ainsi était l'union des hommes bénis, et leur parfaite disposition à l'égard de ceux qui leur étaient chers. » Selon certaines légendes du VIe siècle, Pierre serait le père de Sainte Pétronille[2].
  • Hormisdas (514-523) était marié et veuf avant de devenir prêtre. Il est en outre le père du pape Silvère, dont le pontificat ne dura qu'un an (536-537)[3].
  • Jean XVII (1003) était marié avant son élection au pontificat et avait trois fils, qui devinrent tous prêtres[6].
  • Clément IV (1265-1268) était également marié avant de devenir prêtre. Il eut plusieurs enfants et petits-enfants dont la descendance se perpétue à ce jour[Note 1].

Papes ayant eu une activité sexuelle hors mariage avant leur ordination[modifier | modifier le code]

  • Pie II (1458-1464) avait au moins deux enfants illégitimes (nés hors mariage), un à Strasbourg et un autre en Écosse, tous deux nés avant son entrée dans les ordres. Pie a tardé à devenir prêtre en raison de la nécessité de faire vœu de chasteté[7].
  • Innocent VIII (1484-1492) a eu deux enfants illégitimes durant sa jeunesse, tous deux nés avant son entrée dans le clergé[8]. Le népotisme dont il faisait preuve envers eux a été jugé « aussi somptueux qu'éhonté »[9]. Il maria son fils aîné Franceschetto Cybo à la fille de Laurent de Médicis, qui en échange usa de ses relations pour créer cardinal son fils Giovanni, alors âgé de treize ans. Ce dernier deviendra pape en 1513 sous le nom de Léon X. Le prédicateur Jérôme Savonarole fustigea ses ambitions mondaines[10].

Papes ayant eu une activité sexuelle après leur ordination[modifier | modifier le code]

  • Paul III (1534-1549) eut quatre enfants illégitimes (trois fils et une fille) avec sa maîtresse Silvia Ruffini, après sa nomination comme cardinal-diacre de Santi-Cosimo et Damiano[13]. Il cessa toute relation avec elle aux alentours de 1513, et aucune source ne fait mention de relations sexuelles durant son pontificat. Selon certaines sources, Paul III aurait souhaité entrer dans les ordres afin de pouvoir continuer à mener un train de vie fastueux. Il fit de son fils Pierre-Louis Farnèse le premier duc de Parme et de Plaisance[14],[15]. Ce dernier participa au sac de Rome de 1527.

Papes accusés de relations sexuelles pendant leur pontificat[modifier | modifier le code]

Relations hétérosexuelles[modifier | modifier le code]

Le pape Jean XII, accusé de luxure et d'inceste. Selon Liutprand de Crémone, il aurait « transformé le palais sacré en bordel » et serait mort en pleine débauche.
Article détaillé : Pornocratie.
  • Serge III (904–911) fut accusé par ses détracteurs d'être le père du pape Jean XI (931-936), fils qu'il aurait eu de Marozie Ire, une noble romaine[17]. L'évêque lombard Liutprand de Crémone formule ces accusations dans son Antapodosis[18], qui figurent également dans le Liber Pontificalis[19],[20],[21]. Toutefois, le chroniqueur Flodoard de Reims (vers 894-966) estime que Jean XI était le frère d'Albéric II, fils de Marozia et son mari Albéric Ier, duc de Spolète. Par conséquent, le pape Jean XI serait également leur fils, et non celui de Serge III. L'historien Bertrand Fauvarque accrédite cette deuxième hypothèse, rappelant que les sources contemporaines sont peu fiables, Liutprand étant « enclin à l'exagération » et les autres mentions de cette paternité provenant de textes satiriques écrits par les partisans du pape Formose[22].
  • Jean X (914–928) eut une liaison amoureuse avec l'aristocrate romaine Théodora Ire, que Liutprand de Crémone qualifie de « prostituée éhontée », ainsi qu'avec sa fille Marozie[18],[23].
  • Jean XII (955-963) fut accusé de luxure et d'inceste par ses adversaires[24],[25]. Le moine Benoît de Soracte indique dans le volume XXXVII de ses Annales qu'« il aimait avoir auprès de lui toute une collection de femmes ». Selon Liutprand de Crémone, dans son Antapodosis, « certains témoignèrent à propos de ses pratiques de débauche, qu'ils n'avaient pas vues de leurs propres yeux, mais dont ils étaient néanmoins certains : il avait couché avec la veuve de Rainier, avec Stéphana, la concubine de son père, avec la veuve Anna, ainsi qu'avec sa propre nièce. Il transforma le palais sacré en bordel »[18]. Pour E. R. Chamberlin, Jean XII était « un Caligula chrétien, dont les crimes sont particulièrement odieux, en raison de la fonction qu'il occupe »[26]. Certaines sources affirment qu'il serait mort huit jours après avoir connu une soudaine crise de paralysie en pleine débauche[24]. D'autres affirment qu'il fut tué par un mari jaloux alors qu'il était en plein acte sexuel[27],[28],[29].
  • Alexandre VI (1492-1503) eut une longue relation amoureuse avec Vannozza Cattanei alors qu'il était prêtre. Membre de la famille Borgia, il eut quatre enfants avec elle : les princes César, Giovanni, Geoffroi, et la mécène Lucrèce Borgia. Quelques années plus tard, il fréquente Giulia Farnèse, la sœur du pape Paul III, qui donne naissance à une fille nommée Laura alors qu'Alexandre a plus de soixante ans et est déjà pape[30]. Il eut au moins sept enfants, et peut-être jusqu'à dix en tout. Habile stratège, il protégea les intérêts de sa famille en utilisant sa descendance pour créer des alliances avec d'autres familles influentes. Il accorda à Giovanni le titre de Capitaine général de l'Église, et fit de César un cardinal. Enfin, il les plaça chacun à la tête d'un duché indépendant composé d'une portion du territoire des États pontificaux[31].

Relations homosexuelles[modifier | modifier le code]

Le pape Sixte IV (1471–1484), accusé de pédérastie. Il aurait distribué des offices en échange de faveurs sexuelles et nommé cardinaux plusieurs jeunes hommes réputés pour leur beauté. Il aurait également autorisé la sodomie durant les mois d'été.
  • Benoît IX (1032-1044, puis en 1045, et de 1047 à 1048) fut accusé d'immoralité et de luxure par de nombreux témoignages. Benno, évêque de Plaisance, l'accusa de « nombreux adultères »[32]. Dans le troisième tome de ses Dialogues, le pape Victor III (1086-1087) le peint comme l'un des pires souverains pontifes ayant existé : il déclare qu'il « se consacrait au plaisir et était beaucoup plus enclin à vivre comme épicurien que comme un pontife » et fait allusion au fait qu'il a commis « des viols... et d'autres actes terribles ». Saint Bonizône, évêque de Sutri, dit qu'il avait l’habitude de commettre de « lâches adultères et des homicides ». La Catholic Encyclopedia le décrit par exemple comme « un malheur pour la chaire de saint Pierre »[33], et Ferdinand Gregorovius écrit que c’est avec Benoît IX que la papauté atteint le sommet de la décadence morale : « il menait tranquillement au Latran la vie d’un sultan oriental »[34]. Enfin, sa vie dissolue inspira à Saint Pierre Damien (1007-1072) un ouvrage sur la sexualité hors mariage et l'homosexualité, le Liber Gomorrhianus. Ce dernier l'accuse de pratiquer la sodomie, la bestialité et d'organiser des orgies : « pataugeant dans l'immoralité, un diable venu de l'Enfer déguisé en prêtre, [...] un apôtre de l'Antéchrist, honte de l'humanité »[35]. En mai 1045, Benoît IX s'est démis de ses fonctions pour se marier[36].
  • Paul II (1464–1471) serait mort d'une indigestion due à des excès de melon[37],[38], mais une rumeur propagée par ses détracteurs veut qu'il mourût en pleine débauche avec des hommes[39].
  • Sixte IV (1471–1484) aurait été connu pour être un pédéraste. Selon l'historien italien Stefano Infessura, dans son ouvrage Journal de la ville de Rome, Sixte « aimait les jeunes garçons et les sodomites »[40]. Il accordait des largesses et nommait des évêques en échange de faveurs sexuelles[40]. Ainsi, il créa cardinaux de nombreux jeunes hommes, célébrés alors pour leur beauté[40],[41]. Parmi eux, son neveu Raphaël Riario, nommé cardinal à l'âge de dix-sept ans et accusé d'être son amant[42]. Toutefois, Infessura était proche de la famille Colonna et ne peut donc être considéré comme une source impartiale[43]. En outre, l'historien et inquisiteur espagnol Juan Antonio Llorente rapporte qu'il autorisa la sodomie durant les mois d'été à cause « de l'ardeur brûlante que provoque cette saison »[44].
  • Jules II (1503-1513). En plus d'avoir eu trois filles illégitimes alors qu'il était évêque, le pape Jules II fut également accusé d'homosexualité par ses détracteurs. Le Cinquième concile du Latran (1511), où des cardinaux conspirèrent pour tenter de le déposer, l'accusa d'être « un sodomite couvert de tares honteuses »[45].
  • Léon X (1513–1521) aurait également été homosexuel, selon plusieurs sources d'époque et des historiens contemporains. Son gouverneur, Francesco Guicciardini, écrit : « Au début de son pontificat, la plupart des gens le considéraient comme très chaste ; cependant, on découvrit par la suite qu'il s'adonnait avec excès — et chaque jour de manière de plus en plus honteuse — à ce type de plaisirs, que l'on ne peut nommer pour que l'honneur soit sauf »[46]. Les historiens de la papauté déclarèrent qu'il avait des « vices contre nature »[47]. Certaines sources rapportent que le comte Ludovico Rangone et le gentilhomme Galeotto Malatesta auraient été au nombre de ses amants, et que des pasquinades postées dans Rome auraient diffusé l'information[48]. Enfin, il eut un penchant amoureux pour le jeune Marcantonio Flaminio (en), dont il finança l'éducation[49].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • The Bad Popes, Chamberlin, E.R., Sutton History Classics, 1969 / Dorset; New Ed éditions, 2003.
  • The Pope Encyclopedia: An A to Z of the Holy See, Matthew Bunson, Crown Trade Paperbacks, New York, 1995.
  • The Papacy, Bernhard Schimmelpfennig, Columbia University Press, New York, 1984.
  • Lives of the Popes, Richard P. McBrien, Harper Collins, San Francisco, 1997.
  • Papal Genealogy, George L. Williams, McFarland& Co., Jefferson, North Carolina, 1998.
  • Sex Lives of the Popes, Nigel Cawthorne, Prion, London, 1996.
  • Popes and Anti-Popes, John Wilcock, Xlibris Corporation, 2005.
  • La véritable histoire des papes, Jean Mathieu-Rosay, Grancher, Paris, 1991.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les informations généalogiques sur la descendance du pape Clément IV proviennent des pièces du procès qui a été instruit pour son héritage, commencé vers 1272 et terminé seulement en 1339. Une grande partie de ces pièces sont reproduites dans le cartulaire de l'évêché de Maguelone

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Herbert Thurston, « Celibacy of the Clergy », sur Catholic Encyclopedia, (consulté le 23 novembre 2014)
  2. (en) Johann Peter Kirsch, « St. Petronilla », sur Catholic Encyclopedia, (consulté le 24 novembre 2014)
  3. (en) Johann Peter Kirsch, « Pope St.Hormisdas », sur Catholic Encyclopedia, (consulté le 22 novembre 2014)
  4. (en) James Loughlin, « Pope Adrian II », sur Catholic Encyclopedia, (consulté le 24 novembre 2014)
  5. (pl) K. Dopierala, Księga Papieży, Poznan, Pallotinum, , p. 106
  6. (en) Johann Peter Kirsch, « Pope John XVII », sur Catholic Encyclopedia, sur Wikisource, (consulté le 24 novembre 2014)
  7. (en) Nicholas Weber, « Pope Pius II », sur Catholic Encyclopedia, (consulté le 24 novembre 2014)
  8. (en) Nicholas Weber, « Pope Innocent VIII », sur Catholic Encyclopedia, (consulté le 24 novembre 2014)
  9. (en) Encyclopædia Britannica,
  10. (en) Roberto Ridolfi, The Life of Girolamo Savonarole, Alfred A. Knopf, , 325 p.
  11. (en) George L. Williams, Papal Genealogy: The Families And Descendants Of The Popes, McFarland & Company, (ISBN 0-7864-2071-5) :

    « p. 74 : "Clément fit de son fils Alexandre de Médicis (son fils illégitime avec une esclave nubienne) le Premier duc de Florence." »

  12. (en) Michael Ott, « Pope Julius II », sur Catholic Encyclopedia, (consulté le 24 novembre 2014)
  13. (en) James Loughlin, « Pope Paul III », sur Catholic Encyclopedia, (consulté le 24 novembre 2014)
  14. (en) Jean de Pins, Letters and Letter Fragments, Libraire Droze, (ISBN 978-2-600-01101-3), p. 292
  15. (en) Katherine McIver, Women, Art, And Architecture in Northern Italy, 1520-1580: Negotiating Power, Ashgate Publishing Ltd, (ISBN 0-7546-5411-7), p. 26
  16. a et b Michael Ott, « Pope Gregory XIII », sur Catholic Encyclopedia, (consulté le 24 novembre 2014)
  17. (en) Horace Mann, « Pope Sergius III », sur Catholic Encyclopedia, (consulté le 27 novembre 2014)
  18. a b et c (en) Lindsay Brook, « Popes and pornocrats: Rome in the Early Middle Ages », Foundations,‎ (lire en ligne)
  19. (la) Liber Pontificalis, première édition vers 500
  20. (en) Révérend Horace K. Mann, The Lives of the Popes in the Early Middle Ages,  :

    « Jean XI était-il le fils du pape Serge par Marozie, abandonnée par la suite? Liutprand affirme que oui, tout comme l'auteur anonyme du catalogue du Liber Pontificalis, dans sa notice d'une ligne sur Jean XI. »

  21. (en) Anura Gurugé, The Next Pope: After Pope Benedict XVI, WOWNH LLC, (ISBN 978-0-615-35372-2), p. 37
  22. Bertrand Fauvarque, De la tutelle de l'aristocratie italienne à celle des empereurs germaniques : Histoire de la papauté, 2 000 ans de missions et de tribulations, Paris, Tallandier, (ISBN 2-02-059006-9), p. 163
  23. (en) Joseph McCabe, Crises in The history of The Papacy: A Study of Twenty Famous Popes whose Careers and whose Influence were important in the Development of The Church and in The History of The World, Londres, G.P. Putnam's Sons, , p. 130
  24. a et b (en) Johann Peter Kirsch, « Pope John XII », sur Catholic Encyclopedia, (consulté le 27 novembre 2014)
  25. (en) Martin Malachi, Decline and Fall of the Roman Church, New York, Bantam Books, (ISBN 0-553-22944-3), p. 105
  26. Chamberlin et al. 1969
  27. (en) Peter de Rosa, Vicars of Christ: The Dark Side of the Papacy, Dublin, Poolbeg Press, , p. 211–215
  28. (en) Hans Kung, The Catholic Church: A Short History, New York, Modern Library, , p. 79
  29. (en) Dr. Angelo S. Rappaport, The Love Affairs of the Vatican,
  30. (en) Eamon Duffy, Saints and Sinners: A history of the popes, Yale University Press,
  31. (en) Salvador Miranda, « The Cardinals of the Holy Church », sur Université internationale de Floride (consulté le 27 novembre 2014)
  32. (en) Les moines bénédictins de l'abbaye Saint-Augustin, The Book of Saints, A.C. Black, (ISBN 978-0-7136-5300-7)
  33. (en) Herbert Mann, « Pope Benedict IX », sur Catholic Encyclopedia, (consulté le 29 novembre 2014)
  34. (it) Claudio Rendina, I papi. Storia e segreti, Ariccia, Newton&Compton editor, , p. 365
  35. (la) Saint Pierre Damien, Liber Gomorrhianus, vers 1050 (ISBN 88-7694-517-2)
  36. (en) Dr. Angelo S. Rappaport, The Love Affairs of the Vatican, , p. 81–82
  37. (la) Michael Canensius, Vita Pauli Secundi Pontificis Maximi, , p. 175
  38. (it) Anna Modigliani, « Paolo II », sur www.treccani.it, (consulté le 29 novembre 2014)
  39. (en) Leonie Frieda, The Deadly Sisterhood: A Story of Women, Power, and Intrigue in the Italian Renaissance (1427-1527) - Chapter 3, HarperCollins, (ISBN 978-0-06-156308-9)
  40. a b et c (it) Stefano Infessura, Diario della città di Roma (1303-1494), Rome, Ist. St. italiano, Tip. Forzani, , p. 155-156
  41. (en) Nigel Cawthorne, Sex Lives of the Popes, Prion, , p. 160
  42. « Sixte IV », sur BS Encyclopédie (consulté le 29 novembre 2014)
  43. (en) Egmont Lee, Sixtus IV and Men of Letters, Rome,
  44. Juan Antonio Llorente, Portrait politique des papes considérés comme princes temporels. t. II, Paris, Béchet Aîné,
  45. (en) Louis Crompton, Homosexuality and Civilization, Cambridge, Massachusetts, Harvard University Press, (ISBN 978-0-674-01197-7), p. 278
  46. (it) Francesco Guicciardini, Storia d'Italia (1537–1540)
  47. (en) Joseph McCabe, History of the Popes, Londres, , p. 409
  48. (it) Valerio Marucci, Pasquinate del Cinque e Seicento, Rome, , p. 170
  49. (it) G. A .Cesareo, Pasquino e pasquinate nella Roma de Leone X, Rome,
  50. (en) Francis A. Burkle-Young & Michael Leopoldo Doerrer, The Life of Cardinal Innocenzo del Monte: A Scandal in Scarlet, New York, Lewiston,