Pont de la Légende

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Pont de la Légende
Image illustrative de l’article Pont de la Légende
Géographie
Pays France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Commune Sauveterre-de-Béarn
Coordonnées géographiques 43° 23′ 49″ N, 0° 56′ 27″ O
Fonction
Franchit Gave d'Oloron
Caractéristiques techniques
Type Pont fortifié
Matériau(x) Pierre
Construction
Construction XIIe siècle
Historique
Protection Logo monument historique Classé MH (1886)

Géolocalisation sur la carte : Aquitaine

(Voir situation sur carte : Aquitaine)
Pont de la Légende

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

(Voir situation sur carte : Pyrénées-Atlantiques)
Pont de la Légende

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Pont de la Légende

Le pont de la Légende se situe sur la commune de Sauveterre-de-Béarn, dans le département français des Pyrénées-Atlantiques. Pont fortifié du XIIe siècle, il est classé aux monuments historiques par arrêté du .

Présentation[modifier | modifier le code]

Remanié par Gaston VII de Béarn au XIIIe siècle puis par Gaston Fébus au XIVe siècle, le pont fortifié de la Légende était le point de passage et de sortie vers la Navarre. Initialement muni d’un simple tablier en bois sur des piles de pierre, le pont est par la suite renforcé d'une tour, d'un escalier à vis, d'une chambre de manœuvre, d'une bretèche et d'un pont-levis permettant de traverser le gave d'Oloron vers l’île de la Glère[1].

Il était l'un des trois ponts qui reliaient primitivement la ville de Sauveterre, sur la rive droite du gave d'Oloron, à la rive opposée, avec le pont de la Réclusy et le pont du Miéy de la Glère. Cet ensemble de trois ponts a longtemps favorisé la prospérité de la cité. Le pont de la Légende, antérieurement nommé pont Mayor, puis pont de l’Hôpital, est le seul qui résiste finalement à une violente crue en 1732 qui emporte tout sur son passage[2].

Selon la légende qui lui a laissé son nom, la reine Sancie y aurait subi le jugement de Dieu en 1170.

À l’entrée du pont, à l’emplacement de l’hôtel actuel, se trouvait le vieil hôpital Saint-Jacques accueillant les pèlerins de Compostelle, près de la maison du Sénéchal[2].

Le pont est classé aux monuments historiques par arrêté du [3].

La légende[modifier | modifier le code]

À la mort du vicomte Gaston V de Béarn en 1170, sa veuve, la reine Sancie, est accusée publiquement d’avoir volontairement donné la mort à son fils nouveau-né. Le roi Sanche VI de Navarre, frère de Sancie, décide que seule l’épreuve de l’eau peut certifier la culpabilité ou l'innocence de l'accusée.

L'ordalie a lieu en présence de 3 000 personnes massées aux abords du pont. La reine est précipitée dans le gave, pieds et poings liés. Mais au lieu d’être englouti par les eaux vives, le corps est transporté par les eaux en surface et déposé sur la grève à trois portées de flèches.

La reine ainsi innocentée est acclamée par la foule. En reconnaissance à la Vierge qu’elle avait invoquée, elle brode un riche manteau qu’elle envoie à Notre-Dame-de-Rocamadour[2].

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Béarn des Gaves, dépliant édité par l'office de tourisme du Béarn des Gaves.
  2. a b et c Panneau de présentation du pont de la Légende, consulté sur site.
  3. « Classement du pont de la Légende », notice no PA00084528, base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 14 août 2012.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]