Politique de la personne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Politique de la personne est un recueil d'essais de l'écrivain suisse Denis de Rougemont publiés pour la plupart dans la revue Esprit en 1934.

Contenu de l'œuvre[modifier | modifier le code]

Cet ouvrage est caractérisé comme une des œuvres fondatrices du courant personnaliste.

Denis de Rougemont postule le primat de la personne et de son lien indissoluble à la communauté. L'homme, dans une vision protestante du terme (dans la lignée de Karl Barth ou de Søren Kierkegaard), doit être réhabilité et retrouver un destin spirituel.

De Rougemont dénonce à la fois la montée du péril totalitaire, le conformisme bourgeois et l'oppression capitaliste. Selon lui, l'homme a perdu "la mesure de l'humain". Le devoir des intellectuels est de rétablir la personne, i.e. l'homme en tant qu'acte libre et responsable. Dans son diagnostic de la crise de civilisation, de Rougemont affirme que le devoir des intellectuels est de conduire une critique des mythes, de rétablir les valeurs fondamentales et concrètes de la personne, et de bâtir des institutions qui la respectent, comme le fédéralisme.