Pokpung-ho

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pokpung-ho
Image illustrative de l'article Pokpung-ho
Un T-72, char sur lequel serait basé le châssis du Pokpung-ho.
Caractéristiques de service
Service 2002-aujourd'hui
Utilisateurs 1
Production
Concepteur Second Machine Industry Bureau
Année de conception 1992
Caractéristiques générales
Équipage 4
Longueur 6.63 m
Largeur 3.52 m
Hauteur 2.40 m
Masse au combat 40 tonnes
Blindage (épaisseur/inclinaison)
Type blindage réactif
blindage composite
Mobilité
Moteur diesel
Vitesse sur route 60 km/h
Puissance massique
Autonomie 370-500 km

Le Pokpung-ho (hangeul : 폭풍호, hanja : 暴風虎, ce qui signifie « Tigre de Tempête »[1]), est un char de combat principal nord-coréen, développé dans les années 1990 et qui incorpore des technologies du T-62, du T-72, du T-80, du T-90, du Type 88 et du Ch'ŏnma-ho[2]. Il est nommé à l'étranger M-2002 car les premiers essais se sont déroulés le 16 février 2002 bien qu'il soit produit depuis 1992. Mis au point par la Fabrique de chars de Ryu Kyong-su à Sinhung dans la province de Hamgyong du Sud[3].

Le coût unitaire d'un P'okp'ung-ho est estimé à 2 129 543 064 won, soit 1,76 million d'euros.

Historique[modifier | modifier le code]

Après la dislocation de l'URSS, un nombre important de T-72 est retiré du service actif de l'armée soviétique et revendu à l'exportation. La Corée du Nord en acquit certains ainsi que des T-80.

Inquiète par la destruction des T-72 irakiens par les chars occidentaux tels que le M1 Abrams lors de la guerre du Golfe de 1991, la Corée du Nord décide de moderniser son parc de blindés afin d'essayer de rivaliser avec le K1A1 sud-coréen et ainsi réduire partiellement le fossé technologique avec les puissances occidentales.

Disposant d'une meilleure mobilité (60 km/h pour une autonomie de 370-500 km) et de puissance de feu comparées au Ch'ŏnma-ho, le P'okp'ung-ho est équipé d'une caméra thermique et d'un télémètre laser. Il est par ailleurs doté une mitrailleuse lourde anti-aérienne KPV, d'une mitrailleuse coaxiale PK ainsi que 5 lance-grenades fumigènes situés sur chaque côté de la tourelle.

Son moteur dispose d'une puissance d'environ 900 à 1100 cv (dépendant des analystes, sources et méthodes d'analyses), la Corée du Nord ayant refusé le moteur du T-80 (1 250 cv), jugeant qu'il ne serait pas approprié au terrain montagneux de Corée. Au cours de missions offensives, il peut rapidement engager l'ennemi grâce à son excellente vitesse et accélération, tactique de base employée par les chars nord-coréens.

Les premières images du Pokpung-ho sont révélées en août 2010 et il apparaît également publiquement lors d'exercices militaires en 2012.

Blindage[modifier | modifier le code]

Peu d'informations fiables quand à la composition exacte de son blindage sont disponibles (et la composition pourrait probablement varier d'une génération de Pokpung-ho à l'autre) cependant, d'après diverses images montrant l'avant de la tourelle à courte distance, il est possible d'envisager que le blindage serais constitué d'une première couche d'acier (comme pour tout char au blindage classique) par dessus lequel du BDD (le BDD est une catégorie de blindage qui fut notamment utilisée par l'URSS pour moderniser des exemplaires de T-55 vieillissants durant les années 80 afin de les mettre à niveau du point de vue de la protection, le BDD se constitue d'une série de plaques d'acier de faible épaisseur (généralement 5mm) fortement inclinées, le tout entouré de plaques plus épaisses (généralement 30 a 50mm) et ensuite, tout espace vide laissé au sien de cet ensemble est rempli d'un matériaux plastique, probablement du polyuréthane) aurais été ajouté afin d'en renforcer nettement l'efficacité.

exemple de BDD sur un T-62 modernisé:

http://www.abload.de/img/bddcutawayglacis1tgxmun.jpg

image de la tourelle d'un Pokpung-ho ayant servi de cible-test face à un missile bulsae:

http://www.massimotessitori.altervista.org/armoursite/nkindigenoustanks/chonma-songun/pokpoongdest2.jpg

certains pensent donc, en s'appuyant sur les proportions de la tourelle (épaisseur visible via l'angle lors de photos comme celle ayant servie d'illustration ci-dessus ainsi que comparaison avec la taille du canon sur des exemplaires vus lors de défilés et en comparaison avec la taille d'autres points pouvant servir de référence comme des trappes pour l'équipage) que ce sur-blindage à l'avant de tourelle, serais une épaisseur d'envirron 300mm de BDD rajouté sur une tourelle moulée de 200mm d'acier. cependant, l'absence d'analyses précises menées directement sur un exemplaire empêche de certifier totalement ce fait.

Puissance de feu[modifier | modifier le code]

Vraisemblablement, les 1eres générations de Pokpung-ho utilisaient encore une copie du 115mm 2A20 à âme lisse (comme les Ch'ŏnma-ho, eux mêmes copies du char T-62 soviétique), tandis que, les générations de Pokpung-ho

qui ont suivies utilisent désormais des copies du canon 2A46 russe à âme lisse d'un calibre de 125mm. Cependant,il subsiste des questionnements quand à la présence d'un équipage a 4 membres (et donc a chargeur manuel) ou d'un équipage a 3 membres à chargeur automatique.

les partisans de la théorie du chargeur manuel semblent généralement s'appuyer sur la faible masse du char (un chargeur auto étant plus lourd qu'un être humain), et sur le nombre de trappes d'équipage. Tandis que les partisans de la théorie du chargeur automatique

semblent s'appuyer sur la faible hauteur de la tourelle (puisqu'il a été observé, avec les chars soviétiques, que l'utilisation de chargeurs automatiques à permis d'obtenir des tourelles plus basses,) ainsi que sur le fait que la Corée du Nord, de par le fait qu'elle à pu avoir accès au 125mm 2A46 russe pour en faire des copies, à probablement également eue accès au chargeur automatique et aurais donc pu également le copier.

Cependant, en plus de ce canon principal et de la mitrailleuse coaxiale PK , certaines variantes les plus modernes (telles que le Pokpung-ho IV) disposent d'un tourelleau avec non plus une, mais deux mitrailleuses anti-aériennes (probablement toujours le modèle KPV de 14,5mm, mais difficile de l'affirmer avec certitude) ainsi que de deux lanceurs de missiles/roquettes qui semblent être des bulsae, mais dont l'utilité précise est encore non déterminée (puisque le canon de 125mm à âme lisse est en théorie compatible avec des ATGM de type invar, tirer des missiles par d'autres systèmes d'armement moins sécurisés peut sembler étrange).

exemples de Pokpung-ho IV durant un défilé:

http://www.massimotessitori.altervista.org/armoursite/nkindigenoustanks/chonma-songun/pokpung-hocamoright.jpg

https://pbs.twimg.com/media/C9cblxjXgAAZMld.jpg:large

Variantes[modifier | modifier le code]

  • Pokpung-ho I (canon principal de 115mm 2A20, variante initiale)
  • Pokpung-ho II (meilleure blindage composite et protection, canon principal de 125mm 2A46)
  • Pokpung-ho III (identique au Pokpung-ho II, blindage réactif supplémentaire sur le devant de la tourelle)
  • Pokpung-ho IV (similaire au Pokpung-ho III, avec ajout de deux lanceurs de missiles/roquettes, probablement de type "bulsae", et ajout d'une deuxième mitrailleuse anti-aérienne)

Pays utilisateurs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) M-2002 P'okpoong-Ho, GlobalSecurity.org, consulté le 27 janvier 2013
  2. (en) Pokpung-ho (Storm Tiger) M-2002 Main Battle Tank, MilitaryFactory.net
  3. (en) North Korea rolls out new tank, AsiaTimes, 6 juillet 2002
  4. (en) Special Forces of N.Korea reach 200 thousand, Defense Ministry estimates, The Hankyoreh, 31 décembre 2010

Liens externes[modifier | modifier le code]