Poble espanyol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Poble Espanyol
Village Espagnol
Poble1.JPG

Entrée du musée, reproduction de la muraille d'Ávila

Présentation
Type
Architecte
Construction
Statut patrimonial
Bien culturel d'intérêt local (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web
Géographie
Pays
Communauté autonome
Municipalité
Localisation
Coordonnées
Localisation sur la carte d’Espagne
voir sur la carte d’Espagne
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Barcelone
voir sur la carte de Barcelone
Red pog.svg

Le Poble Espanyol (nom catalan) ou Pueblo Español (nom espagnol), dont le nom signifie « village espagnol », est un musée à l'air libre situé sur la montagne de Montjuïc, dans la ville de Barcelone.

Présentation[modifier | modifier le code]

Le musée occupe une surface totale de 49 000 m2 et rassemble des reproductions grandeur nature de bâtiments, places et rues représentatives de plusieurs villes espagnoles, situées dans quinze des actuelles communautés autonomes d'Espagne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village est construit pour l'Exposition internationale de 1929. Il se veut alors une synthèse de la richesse architecturale et culturelle de l'Espagne.

L'idée est soutenue par l'architecte catalan Puig i Cadafalch et le projet est réalisé par les architectes Francesc Folguera et Ramon Reventós avec la participation du critique d'art Miquel Utrillo et du peintre Xavier Nogués. Tous entreprennent différents voyages à travers la péninsule afin de recueillir le matériel iconographique. Durant leur périple, ils prennent des centaines de photos et de notes et réalisent une grande quantité de dessins, ce qui leur permet d'élaborer parfaitement la base de l'idée qu'ils veulent exprimer. Au total, les artistes visitent mille six cents localités.

Le but du Poble n'est pas de réunir une collection de chefs d'œuvre de l'architecture espagnole mais plutôt de construire un village qui serait une synthèse de l'Espagne monumentale. C'était une manière d'avoir l'Espagne au sein de la Catalogne.

Appelé initialement Iberona, le site est rebaptisé Pueblo Español dans une Espagne alors sous la dictature de Primo de Rivera.

Si dans un premier temps il est prévu de ne conserver la construction que pendant la durée de l'exposition, le succès rencontré auprès du public permet son maintien jusqu'à aujourd'hui.

Description[modifier | modifier le code]

Bâtiments[modifier | modifier le code]

il compte 117 bâtiments provenant de quinze communautés autonomes d'Espagne :

Les communautés autonomes de La Rioja et des îles Canaries ne sont pas représentées. La Rioja parce qu'elle n'existait pas en tant que communauté autonome indépendante à cette époque et la communauté autonome des îles Canaries parce que la visiter aurait entraîné des frais de voyages incompatibles avec le budget limité disponible.

Le musée Fran Daurel[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'une collection privée ouverte au public qui réunit trois-cents œuvres d'auteurs incontournables de l'art contemporain comme Picasso, Dalí, Miró, Tàpies, Barceló, Guinovart et Amat, parmi beaucoup d'autres. Peintures, sculptures, tapis, dessins et pièces en céramique sont rassemblés dans ce musée qui comprend, en outre, un jardin sculptural — réunissant 41 sculptures de grand format — dans lequel art et nature se mêlent harmonieusement.

Céramique Picasso

L'activité de céramiste de Picasso se déroule entre 1947 et 1962. Picasso ne se limite pas seulement à apprendre et à utiliser la technique traditionnelle pour faire de la céramique. Il y inclut une lecture personnelle, c'est-à-dire qu'il recourt à des procédés qu'il invente lui-même, à sa propre capacité créatrice d'artiste.

Les pièces qui peuvent être admirées au musée Fran Daurel correspondent aux années 1950 et 1960. La céramique permet à Picasso d'exprimer ses sentiments du moment ; une immense joie de vivre, d'une part, parce que la Seconde Guerre mondiale vient de se terminer et, d'autre part, parce que ses deux enfants Paloma et Claude viennent de voir le jour.

Cette joie de vivre se remarque dans les thèmes choisis, essentiellement des visages souriants et des animaux. Nous constatons qu'il s'agit d'un art enfantin fait de compositions simples et schématiques et utilisant des couleurs primaires.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]