Plenitudo potestatis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La notion de plenitudo potestatis (« plénitude du pouvoir » en latin) est employée par les canonistes et les ecclésiologues du Moyen Âge pour désigner le pouvoir juridictionnel de la papauté.

Au terme de la réforme grégorienne du XIe siècle, qui transforme l'Église en monarchie pontificale, le Saint-Siège exerce en effet sa juridiction sur les décisions essentielles, ou causes majeures : déposition ou déplacement d'évêques, modification des limites des diocèses, érection d'abbayes, reconnaissance d'ordre religieux, convocation des conciles, procédure de canonisation. Le pape tranche aussi en appel et en dernier ressort pour toute autre affaire, tandis qu'il ne peut être jugé par personne.

La notion existe depuis le très haut Moyen Âge, mais Innocent III (pape de 1198 à 1216) est le premier à faire un usage régulier du terme, pour l'opposer, dans une logique hiérarchique, à la pars sollicitudinis, "part de sollicitude" détenue les évêques.

Bibliographie (chronologique)[modifier | modifier le code]

  • Hof, Hans, "Plenitudo potestatis und imitatio imperii zur Zeit Innocenz III", Zeitschrift für Katholische Theologie, 77, 1954-1955, p. 39-71.
  • Watt, John A., « The Use of the Term plenitudo potestatis by Hostiensis », dans Proceedings of the Second International Congress of Medieval Canon Law (1963), éd. S. Kuttner, J. J. Ryan, Cité du Vatican, BAV, 1965, p. 161-187.
  • Benson, Robert L. "Plenitudo potestatis : Evolution of a Formula from Gregory VII to Gratian", dans Collectanea Stephan Kuttner. Studia Gratiana 14, 1967, p. 195-217.
  • McCready, William D., "Papal Plenitudo Potestatis and the Source of Temporal Authority in Late Medieval Papal Hierocratic Theory", Speculum 48, 1973, p. 654-674.
  • Marchetto, Agostino, « In partem sollicitudinis… non in plenitudinem potestatis : evoluzione di una formula di rapporto primato-episcopato », dans Studia in honorem eminentissimi cardinalis Alphonsi M. Stickler, éd. R. J. Castillo Lara, Rome, Libreria Ateneo Salesiano, 1992, p. 269-298.
  • Kéry, Lotte, De plenitudo potestatis sed non de jure. Eine inquisitio von 1209/1210 gegen Abt Walter von Corbie (X, 5, 1, 22)", dans Licet preter solitum. Ludwig Falkenstein zum 65. Geburtstag, éd. L. Kéry, D. Lohrmann, H. Müller, Aix-la-Chapelle, Shaker Verlag, 1998, p. 91-117.
  • Recchia, Alessandro, L'uso della formula plenitudo potestatis da Leone Magno ad Uguccione da Pisa, Roma, Mursia, 1999.
  • Schmidt, Hans-Joachim, "The Papal and Imperial Concept of plenitudo potestatis : the Influence of Pope Innocent III on Emperor Frederick II"", dans Pope Innocent III and his World, éd. J. C. Moore, Aldershot, Ashgate, 1999, p. 305-314.
  • Julien Théry, « Innocent III et les débuts de la théocratie pontificale», dans Mémoire dominicaine, 21 (2007), p. 33-37. Texte lisible et téléchargeable librement sur le site halshs
  • Julien Théry, « Le triomphe de la théocratie pontificale, du IIIe concile du Latran au pontificat de Boniface VIII (1179-1303) », dans Structures et dynamiques religieuses dans les sociétés de l’Occident latin (1179-1449), dir. Marie-Madeleine de Cevins et Jean-Michel Matz, Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2010, p. 17-31, en libre accès et téléchargeable sur le site academia.
  • Rizzi, Marco "Plenitudo potestatis. Dalla teologia politica alla teoria dello stato assoluto", dans Images, cultes, liturgies. Les connotations politiques du message religieux, éd. P. Ventrone, L. Gaffuri, Rome, Paris, École Française de Rome, Publications de la Sorbonne, 2014, p. 49-60.
  • Julien Théry-Astruc, « Introduction », dans Innocent III et le Midi (Cahiers de Fanjeaux, 50), Toulouse, Privat, 2015, p. 11-35. [lire en ligne].

Articles connexes[modifier | modifier le code]