Place aux Bleuets

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Place aux Bleuets
Image illustrative de l’article Place aux Bleuets
Le rang des arbalétriers Place aux Bleuets
Situation
Coordonnées 50° 38′ 28″ nord, 3° 04′ 04″ est
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Ville Lille
Quartier(s) Vieux-Lille
Morphologie
Type Place
Histoire
Anciens noms place des droits de l'homme
Monuments Hôtel des Bleuets, maisons
Protection Logo monument historique Classé MH (1926) Logo monument historique Classé MH (1984, 1987)

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Place aux Bleuets

Géolocalisation sur la carte : Nord

(Voir situation sur carte : Nord)
Place aux Bleuets

Géolocalisation sur la carte : Lille

(Voir situation sur carte : Lille)
Place aux Bleuets

La place aux Bleuets est une place de Lille.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

Elle est située dans le vieux-Lille, formée par la rencontre de trois rues : la rue Saint-Jacques, la rue de Courtrai et la rue des Urbanistes.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

Cette place n'était au Moyen Âge que l'espace dégagé et enclos des barrières d'octroi devant la porte Saint-Jacques. Le faubourg de Courtrai se développe le long du chemin du même nom avec ses guinguettes construites pour des raisons traditionnelles et défensives : en bois.

À ce moment-là, l'entraînement des compagnies d'archers et d'arbalétriers a encore lieu dans les lices du château de Courtrai. C'est grâce à leur aide que Jeanne Maillotte : héroïne lilloise, arrive à repousser une attaque de hurlus (protestants) en 1582.

Ce quartier va devenir intra muros lors du cinquième agrandissement de Lille (1617-1620). La place va garder sa forme d'origine en patte d'oie, et elle va se border de maisons en dur. La tradition de l'archerie va d'ailleurs perdurer sur le site, dans un jardin de l'arc, aménagé dans les maisons du rang des Arbalétriers qui datent de 1640 (de style renaissance flamande).

Lorsque Lille deviendra enfin française lors du traité d'Aix-la-Chapelle, le style des maisons va changer, plus rigide, plus français. La place porte le nom de « place de l'Arc » (légende retrouvé sur les plans du XVIIe siècle). Elle est pavée en 1685 et prend sans doute à cette occasion sa désignation actuelle de « place aux Bleuets », car le tir au papegai se déroulera désormais sur l'esplanade nouvellement construite au lieu-dit de la perche à l'oiseau.

Elle prend le nom de « place des Droits de l'homme à la Révolution ».

L'histoire des « Bleuets »[modifier | modifier le code]

On apprend dès 1476, la fondation de la « Grange aux Bleuets » des suites des guerres ravageuses qui opèrent dans la région. L'uniforme bleu que porte alors les enfants sera la cause de l'appellation populaire de la place. Cet orphelinat va prendre de l'ampleur jusqu'au milieu du XVIIIe siècle où il sera fusionné en 1765 avec l'"orphelinat des Bapaumes".

Hôtel des Bleuets[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Hôtel militaire des Bleuets.

L'hôtel des Bleuets, ou maison des Bleuets, est un ancien orphelinat. Il devient successivement :

  • bureau de poinçon en 1740
  • hôpital militaire en 1752
  • collège municipal de 1781 à 1791[1], transféré rue des Arts en 1796
  • magasin d'effets militaires en 1791
  • caserne en 1792
  • collège royal de 1845 à 1852[2],en attendant la construction du lycée de Lille, rue des Arts.

Puis, il deviendra un établissement à vocation uniquement militaire : l'actuel CIRFA de l'hôtel des Bleuets.

La période contemporaine[modifier | modifier le code]

  • Vers 1920, on démantèle les remparts de la ville, prolongeant ainsi la rue des Urbanistes.
  • Vers 1950, la construction du lycée Pasteur permet la création d'un parvis d'entrée sur la place qui double de taille (elle passe de 3 000 m2 à 6 000 m2).
  • 1984, le projet de la percée de la Treille qui prévoyait l'élargissement de la rue des Urbanistes jusqu'à la cathédrale avorte devant la place aux Bleuets.
  • 2009, un collectif de citadins planche sur un nouveau projet de réaménagement de la place.
  • 2018 : création d'une association de défense de la place. La PAB.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

  1. À la suite de l'établissement d'une résidence de Jésuites à Lille en 1589 à l'initiative de Jean Vendeville, professeur à l'Université de Douai et nommé évêque en 1588, le collège municipal est sous l'emprise des Jésuites de 1594 à 1765. Après l'expulsion des Jésuites, le collège municipal est déplacé de la maison des Jésuites (rue des Jésuites, actuelle Rue de l'Hôpital-Militaire) à la maison des Bleuets (« Collegium civitatis, fondatum ann. 1592, confirmatum ann. 1767, huc translatum ac restaurantum MDCCLXXXI »).
  2. Depuis 1796, le collège de Lille est établi rue des Arts. En 1845, est décidée la construction d'un lycée rue des Arts. Selon l'ordonnance du 12 juin 1845, « le collège communal de Lille (Nord) est déclaré collège royal et jouira de tous les avantages attribués aux établissements de cet ordre. Le collège royal de Lille sera provisoirement organisé en collège royal de troisième classe, et placé dans les bâtiments militaires de l'ancien collège dit de la place aux Bleuets, que le département de la guerre a mis à cet effet à la disposition temporaire de l'Université » - Ambroise Marie Modeste Rendu, Code universitaire, ou Lois, statuts et règlements de l'université royale de France, Hachette, (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]