Pietro Favret

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la céramique image illustrant une personnalité image illustrant italien
Cet article est une ébauche concernant la céramique et une personnalité italienne.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Pietro Favret
Naissance
Sequals, Frioul (Italie)
Décès
Nevers
Nationalité italienne
Pays de résidence Drapeau de la France France
Profession
Distinctions
Descendants
Marcelle, épouse Isidore Odorico fils. Eva, Gisela, Rosina

Pietro Favret, né en 1871 à Sequals dans le Frioul (Italie), et mort en 1936 à Nevers, est un mosaïste français d'origine italienne actif à Nevers.

Biographie[modifier | modifier le code]

Originaire de Sequals dans le Frioul[1], Pietro Favret est issu d'une famille de mosaïstes et de spécialistes du terrazzo. Il s'installe à Nevers à la fin du XIXe siècle, comme de nombreux artistes italiens avant lui. Il y décore de nombreux édifices publics et privés, et travaille dans de nombreuses régions de France, y compris avec celui qui était devenu entretemps son gendre, Isidore Odorico fils. Son atelier était situé à Nevers au no 6 rue du Lycée (aujourd'hui rue des Francs-Bourgeois). Il fonctionna sous sa direction jusqu'à sa mort en 1936[2]. L'atelier fut repris par un ancien ouvrier et continua jusque dans les années 1950.

L'atelier du mosaïste à Nevers[modifier | modifier le code]

Arrivé à Nevers depuis son Frioul natal (Italie) à la fin du XIXe siècle, il ouvre son atelier au 8 rue des Francs-Bourgeois. On peut citer ses œuvres pour les magasins : « Chaussures Pierre », « Au Pacha », « Le Négus », et pour le sol de l'entrée de l'église Saint-Pierre, les sols de la station thermale de Saint-Honoré-les-Bains, etc.

Un nom de rue lui est dédié aujourd'hui à Nevers.

Principales réalisations[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ainsi que la majorité des mosaïstes italiens dans la lignée de Giandomenico Facchina ou encore Isidore Odorico père.
  2. Favret, p.48-49.
  3. http://www.laetitia-mounier.com/categorie-10413275.html
  4. http://www.cypris58.fr/geo/nievre/saint-honore_les_bains/saint_honore_les_bains.html
  5. Philippe Landry, « Quelques mésaventures du fameux hôtels du Parc de Saint-Honoré », in Vents du Morvan, numéro 57, hiver 2015, p. 104-105.
  6. d'argiles

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marie-Christine Vallet, Cécile Vallet, Nevers autre(s) regard(s), Nevers, La Fabrique,
  • Hélène Guéné, Odorico, mosaïste art déco, éd. Archives d'architecture moderne, Bruxelles, 1991 (2e édition, 2000).
  • ouvrage collectif du Conservation départementale des musées de la Nièvre, d'argiles : la céramique dans l'architecture, Nevers, Conseil Général de la Nièvre, , 48 p., p. 34-39