Philippe de Clérambault

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Philippe de Clérembault)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Clérambault.

Philippe de Clérambault
Philippe de Clérambault

Naissance 1606
Décès (à 59 ans)
Paris
Mort au combat
Origine Drapeau du royaume de France Royaume de France
Dignité d'État Maréchal de France

Philippe de Clérambault, comte de Palluau, baron de Bouin né en 1606 et mort le à Paris, est un homme de guerre français, maréchal de France dit le maréchal de Palluau.

Biographie[modifier | modifier le code]

Philippe de Clérambault Palluau, issu d'une illustre famille du Bas-Poitou commence à porter les armes à l'âge de 16 ans. Simple capitaine d'une compagnie de chevau-légers, il part en Italie, au mois d'août 1636 et participe au combat du Tessin. En 1637, il se trouve au siège de Landrecies et en 1641 à l'attaque des lignes d'Arras.

Devenu maréchal de camp, il prend part au siège de Perpignan en 1642 et accompagne, l'année suivante, le Grand Condé au siège de Thionville et en 1644 à la bataille de Fribourg.

À la suite de la bataille de Nordlingen en 1645, il est promu mestre de camp général de la cavalerie légère. Sa vaillante conduite aux sièges de Philisbourg, de Courtray, de Dunkerque, de la Bassée et de Lens, lui valent en 1648 la lieutenance générale des armées du roi.

Son commandement aux sièges d'Ypres, de Bellegarde et de Montrond, ainsi que sa fidélité au Roi lors de la Fronde lui valent le bâton de maréchal de France, le .

Il épouse, le , Louise fille de Léon Bouthillier, comte de Chavigny dont il aura trois enfants :

Le il est nommé gouverneur du Berry, bailli de cette province, chevalier du Saint-Esprit. Il est alors à l'apogée de sa gloire.

Il décède le à Paris.

Témoignages[modifier | modifier le code]

Saint-Simon à l'occasion de la mort de l'épouse de Palluau, fait un portrait, et de sa meilleure veine, des deux époux[1] :

« Le maréchal de Clérambault était homme de qualité, bon homme de guerre, et avait été mestre de camp général de la cavalerie, fort à la mode sous le nom de comte de Palluau, avant qu'il prit son nom lorsqu'il devint maréchal de France. C'était un homme de beaucoup d'esprit, orné, agréable, plaisant, insinuant et souple, avec beaucoup de manège, toujours bien avec les ministres, fort au gré du cardinal Mazarin, et fort aussi au gré du monde et toujours parmi le meilleur. Sa femme, devenue veuve, fut gouvernante des filles de Monsieur, et accompagna la reine d'Espagne jusqu'à la frontière, en qualité de sa dame d'honneur. »

« C'était une des femmes de son temps qui avait le plus d'esprit, le plus orné sans qu'il y parût, et qui savait le plus d'anciens faits curieux de la cour, la plus mesurée et la plus opiniâtrement silencieuse. Elle en avait contracté l'habitude par avoir été constamment une année entière sans proférer une seule parole dans sa jeunesse, et se guérit ainsi d'un grand mal de poitrine. Elle n'avait jamais bu que de l'eau, et fort peu. Souvent aussi son silence venait de son mépris secret pour les compagnies où elle se trouvait et pour les discours qu'on y tenait ; mais lorsqu'elle était en liberté, elle était charmante, on ne la pouvait quitter. Je l'ai souvent vue de la sorte entre trois ou quatre personnes au plus chez la chancelière de Pontchartrain dont elle était fort amie. C'était un tour, un sel, une finesse, et avec cela un naturel inimitable. Elle fut allant, venant à la cour en grand habit presque toujours jusqu'à sa dernière maladie. Fort riche et avare. Par les chemins et dans les galeries, elle avait toujours un masque de velours noir. Sans avoir jamais été ni prétendu être belle ni jolie, elle avait encore le teint parfaitement beau, et elle prétendait que l'air lui causait des élevures. Elle était l'unique qui en portât, et quand on la rencontrait et qu'on la saluait, elle ne manquait jamais à l'ôter pour faire la révérence. Elle aimait fort le jeu, mais le jeu de commerce et point trop gros, et eût joué volontiers jour et nuit. »

Armoiries[modifier | modifier le code]

Figure Blasonnement
Heraldique couronne comte français.svg
Vaudemont Arms.svg

Burelé d'argent et de sable.[2]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Saint-Simon, Mémoires (1721-1723), Tome VIII, Éditions de la Pléiade-Gallimard, 1988, p 551-552
  2. Michel Popoff et préface d'Hervé Pinoteau, Armorial de l'Ordre du Saint-Esprit : d'après l'œuvre du père Anselme et ses continuateurs, Paris, Le Léopard d'or, , 204 p. (ISBN 2-86377-140-X)