Philippe Gleizes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Philippe Gleizes
Description de cette image, également commentée ci-après

Philippe Gleizes en concert au Triton en juin 2014

Informations générales
Naissance (49 ans)
Villeneuve-Saint-Georges
Genre musical jazz, musique improvisée
Instruments batterie
Influences Elvin Jones, Tony Williams, Rashied Ali, Christian Vander, Jack DeJohnette
Site officiel http://blasrudy8.wix.com/caillou

Philippe Gleizes est un batteur et compositeur de jazz, de musique improvisée et de rock d’avant-garde, né en 1968 à Villeneuve-Saint-Georges.

Biographie[modifier | modifier le code]

Études musicales[modifier | modifier le code]

Musicien autodidacte, il débute par la guitare à l’âge de 11 ans et joue dans des groupes plutôt rock. À 19 ans il se met à la basse puis à la contrebasse en découvrant John Coltrane, Miles Davis et plus généralement les musiques improvisées et ternaires. À 20 ans finalement c’est vers la batterie qu’il se tourne, cet instrument ayant pour lui « du sens par rapport à la vie, l’énergie, l’expression, les sentiments, qu’ils soient agréables ou désagréables, et une manière de s’exprimer [1]». Ses influences sont Elvin Jones, Tony Williams, Rashied Ali, Christian Vander, Jack DeJohnette… Il joue ainsi dans ses premières formations en tant que batteur (dont le groupe Chewbacca avec Jad Ayache, Stéphane Jaoui et Himiko Paganotti[2] ).

En faisant le bœuf aux Islettes il fait la connaissance de Médéric Collignon avec lequel il sympathise[3]. C’est le début d’une longue et riche collaboration toujours d’actualité, tout d’abord en duo avec Kollossal Kolonel (qui s’illustrera de manière marquante en défendant les droits des intermittents lors d’une nomination aux Victoires du jazz en 2003[4] ) puis avec le Jus de Bocse (3 albums à ce jour) et Septik qui revisite la musique d’Ennio Morricone.

Il rencontre tout un réseau de musiciens avec lesquels il enregistre plusieurs disques au sein du label Chief Inspector. C’est ainsi qu’il fait partie du Kolkhöze Printanium de Paul Brousseau, de United Colors of Sodom (avec entre autres Jean-Philippe Morel et Médéric Collignon), de Call the Mexicans !!! et de Mutatis Mutandis. Avec Dr Knock et en duo avec Laurent Bardainne, il obtient le premier et le troisième prix de groupe à la Défense en 2001.

Batteur puissant et généreux, il s’illustre dans ses propres formations qui laissent une large part à l’improvisation : Ank (avec Mathieu Jérôme et Benjamin Duboc) GleizKrew (avec Antonin Rayon et Hugues Mayot), Mother (avec Emmanuel Borghi et Benjamin Duboc). En 2013 il joue avec Christian Vander dans Offering et sort le premier disque de Caillou[5], formation de jazz-rock et de musique improvisée, menée par Philippe Gleizes et Rudy Blas.

L’album est salué par la critique, entre autres pour « sa perpétuelle et flamboyante alternance entre rock et jazz [6]», ses « ambiances sonores expressives suggérant un univers onirique en référence au cinéma [7]» et la « maîtrise époustouflante de [la batterie] par Philippe Gleizes[8] ». Le groupe est programmé au festival Rock In Opposition en 2014[9].

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • 2001 : Premier et troisième prix de groupe à La Défense avec Dr Knock et en duo avec Laurent Bardainne.
  • 2003 : Nomination aux Victoires du jazz avec Kollossal Kolonel, en duo avec Médéric Collignon.
  • 2006 : Grand prix du disque de la musique jazz de l'Académie Charles-Cros pour l'album Porgy and Bess.
  • 2010 : Victoires du jazz dans la catégorie "Artiste ou formation instrumentale française de l'année".
  • 2013 : Victoire du jazz dans la catégorie "Album de l'année", avec A la recherche du roi frippé.

Discographie[modifier | modifier le code]

  • 2003 : Mutatis Mutandis, Chief Inspector.
  • 2003 : Bardainne-Gleizes, Chief Inspector.
  • 2004 : Dr Knock, Chief Inspector.
  • 2006 : Porgy and Bess, Discograph.
  • 2007 : GleizKrew vol 1.1, MadRecordz.
  • 2008 : Kolkhoze Printanium, Kokhoznitsa vol.1, D'Autres Cordes.
  • 2009 : Call the Mexicans !!! Amputate My Arm Or Kill Me, MadRecordz.
  • 2010 : Shangri-Tunkashi-La, Plus Loin Music.
  • 2010 : GleizKrew, Vol 1.2 Marvejols Live, MadRecordz.
  • 2012 : À la recherche du roi frippé, Just Looking.
  • 2013 : Seven, Someone hears your prayer, Bandcamp, avec Daniel Jeand'heur, James MacGaw, Manuel Poletti, Jim Grandcamp, Philippe Bussonnet.
  • 2013 : Caillou, Soleil Mutant.
  • 2014 : Offering, concert Triton 2013, Seventh Records.
  • 2015 : Panorama Circus, Painter of soul.
  • 2015 : MoOvies, Just Looking.
  • 2016 : Roxinelle, Le Maxiphone Collectif.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (ja) « Caillou », Euro-Rock Press, no 60,‎
  2. Leroy, Aymeric, « Caillou », Big Bang Magazine, no 88,‎ (lire en ligne)
  3. Fougère, Stéphane, « Caillou, un groupe complètement stone », Traverses, no 35,‎ , p.32 à 38
  4. La vidéo est visible en ligne sur Youtube
  5. « Caillou, un groupe auquel on ne jettera pas la pierre ! », sur KoSmïk muZïk,‎ (consulté le 3 septembre 2014)
  6. Barriaux, Franpi, « Caillou (chronique) », sur Citizen Jazz,‎ (consulté le 3 septembre 2014)
  7. Eskenazi, Lionel, « Caillou », Jazz Magazine, no 654,‎
  8. Rossi, Christophe, « Caillou (chronique du disque) », Batteur Magazine, no 274,‎
  9. « Caillou », sur Rock Time (consulté le 3 septembre 2014)