Philippe Danilo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Danilo.

Philippe Danilo
Fonctions
Député de la 7e circonscription du Rhône
Maire de La Mulatière
conseiller général du canton de Saint-Genis-Laval
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Les Fougerêts (Morbihan)
Date de décès (à 85 ans)
Lieu de décès La Mulatière (Rhône)
Nationalité Française
Parti politique Rassemblement du peuple français
Profession représentant

Philippe Danilo, né le aux Fougerêts (Morbihan) et mort le à La Mulatière (Rhône), est un homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né dans le Morbihan, aux Fougerêts, Philippe Danilo y passa son enfance et son adolescence, dans une famille de cultivateur. Il a poursuivie ses études jusqu'au baccalauréat, puis devient représentant. Il se marie à Nantes, en 1922. Ce n'est qu'après la Seconde Guerre mondiale qu'il s'installe dans la banlieue lyonnaise. Il rejoint Rassemblement du peuple français (RPF) dès sa création par le Général de Gaulle au début de 1947. En 1953, le RPF étant de moins en moins actif, Philippe Danilo rejoint alors le Centre national des républicains sociaux[1].

Détail des fonctions et des mandats[modifier | modifier le code]

Mandats locaux[modifier | modifier le code]

Du 1947 au 1976, Philippe Danilo est élu maire de La Mulatière.

Du Octobre 1947 à 1964, il est élu conseiller général du canton de Saint-Genis-Laval.

Mandats parlementaires[modifier | modifier le code]

Du au , il est élu député de la 7e circonscription du Rhône : Il s’inscrit au groupe de l'Union pour la nouvelle République. Il siège à la Commission de la production et des échanges. Il fait quelques interventions dans l'hémicycle, notamment le , où il interroge le secrétaire d’État aux finances, Valéry Giscard d’Estaing, sur l’opportunité du maintien des zones de salaires. Le , il est élu secrétaire de l’Assemblée nationale, poste qu'il occupera quelques mois[1].

Du au , il est élu, pour son second mandat, député de la 7e circonscription du Rhône : il sera membre de la Commission de la Production et des échanges. À partir d'avril 1966, il rejoint la Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l’administration générale de la République. La même année, il est de nouveau élu secrétaire de l’Assemblée nationale[1].

À partir du au , il est élu, pour son troisième mandat, en tant que député de la 7e circonscription du Rhône[1]

Du au , il est élu, pour son dernier mandat de député de la 7e circonscription du Rhône : Comme lors de son premier mandat, il ’inscrit au groupe de l'Union pour la nouvelle République et siège à la Commission de la production et des échanges[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]